SNCF et Covid : TGV, TER, Transilien, quelles adaptations du trafic ?

SNCF et Covid : TGV, TER, Transilien, quelles adaptations du trafic ? SNCF et COVID. L'entreprise ferroviaire a adapté son plan de transport sur ces TGV, Intercités, trains en régions (TER) et Eurostar en raison de la recrudescence du Covid-19 et du renforcement du télétravail impactant la fréquentation des trains. Les prévisions de trafic.

[Mis à jour le 20 janvier 2022 à 21h01] Confrontée aux effets de la 5ème vague de Covid-19 (baisse des réservations de 30% depuis le début de l'année en particulier en semaine due au télétravail, conducteurs et personnels cas-contact), la SNCF a adapté son plan de transport. "Depuis plusieurs semaines, toute l'entreprise se prépare à cette nouvelle vague et a renforcé son dispositif de suivi et d'adaptation aussi bien dans la gestion de ses infrastructures que des trains" explique le service communication de la SNCF. 

Quelles sont les adaptations de circulation prévues en raison de la crise sanitaire du Covid-19 ?

"Comme cela se fait début de la crise Covid il y a près de deux ans, SNCF Voyageurs adapte en permanence son plan de transport aux conséquences de la situation sanitaire", explique le service communication de la SNCF, contactée par nos soins. Suite "aux effets de cette 5e vague Covid", des adaptations impactent les trains TGV, TER, Intercités et Eurostar de la SNCF : 

  • TGV et Intercités : 90% des TGV, 80% des Intercités (dont 100% pour les trains de nuit)
  • Trains internationaux : l'Eurostar circule à moins de 10% de l'offre prévue. 
  • TER : des adaptations "de faible ampleur" sont opérées, "puisqu'en moyenne plus de 90% des TER continuent de circuler actuellement au plan national et pour les prochains jours."
  • Transilien : trafic légèrement adapté selon les lignes en fonction de la situation sanitaire et de la disponibilité des agents SNCF. "Nous invitons les voyageurs à vérifier l'horaire de leur train sur l'appli SNCF avant de se rendre en gare" indique l'entreprise ferroviaire.

Autre mesure prise actuellement par la société ferroviaire, jusqu'au 15 février inclus, "la vente et le service pour consommation à bord d'aliments et de boissons sont interdits lors des trajets au sein du territoire métropolitain" selon le décret publié le 31 décembre au Journal officiel. Conséquence, l'entreprise ferroviaire a fermé ses voitures-bars dans les trains. Est-il pour autant interdit de consommer ? On fait le point sur le protocole sanitaire et le renforcement des mesures SNCF.

Voitures-bars de la SNCF fermées : est-il vraiment interdit de boire ou de manger dans le train ?

Si le Premier ministre Jean Castex a décidé d'interdire jusqu'au 15 février "la vente et les services à bord des trains et des avions pour faire en sorte que le maximum du temps possible passé dans le train se fasse avec le masque", le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a néanmoins tenu à préciser, sur BFMTV, que les passagers pouvaient "retirer leur masque" s'ils ont "un besoin impératif de boire ou de manger". "Parce que vous êtes fragile ou simplement parce que vous avez ce besoin physiologique, vous pouvez retirer votre masque et boire ou manger rapidement, puis le remettre tout de suite après", a-t-il précisé le 3 janvier. "Sur les trajets longue distance, cette mesure sera appliquée avec discernement notamment pour les jeunes enfants et pour permettre de se désaltérer", a également précisé un porte-parole du ministère des Transports.

Pour quels usagers le pass sanitaire est-il obligatoire à la SNCF ?

L'accès aux trains longue distance de la SNCF, que sont les TGV, Intercités et trains internationaux au départ de la France, est soumis au pass sanitaire depuis le 9 août pour les voyageurs adultes, et depuis le 30 septembre pour tous les voyageurs de plus de 12 ans et deux mois (les moins de 12 ans ne sont pas concernés par le dispositif sanitaire).

Pour rappel, le pass sanitaire requiert l'une de ces trois preuves : le certificat d'un test négatif effectué "dans un délai de moins de 24 heures" en laboratoire ou en pharmacie, l'attestation d'une vaccination (schéma vaccinal complet) ou l'attestation d'immunité naturelle, qui est le résultat positif d'un test PCR ou antigénique de plus de deux semaines et de moins de six mois. 

Depuis le 15 décembre 2021, le pass sanitaire est conditionné à la dose de rappel pour les personnes âgées de 65 ans et plus qui n'ont pas reçu de dose de rappel depuis 7 mois, et à partir du 15 janvier 2022, il en sera de même pour tous les adultes de 18 ans et plus qui n'ont pas reçu de dose de rappel depuis 7 mois. 

Quels trains de la SNCF sont concernés par le pass sanitaire ?

Depuis le 9 août 2021 pour les adultes et le 30 septembre 2021 pour les adolescents, le pass sanitaire est obligatoire en France dans les trains effectuant de longs trajets. Seuls les TGV (Inoui et Ouigo), Intercités et trains longue distance internationaux au départ de la France sont concernés. Les transports en commun urbains (métros et bus) ne sont pas concernés, et les trains de moyenne distance (Transilien, TER, RER), non plus, qui sont "essentiellement utilisés pour des motifs professionnels". 

Quels contrôles du pass sanitaire dans les gares et trains de la SNCF ?

En gares, aux abords des quais ou quelques fois à l'arrivée du train, le contrôle du pass sanitaire est confié à des prestataires car "on ne pouvait pas recruter des milliers de cheminots au dernier moment", a expliqué le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou. Ces prestataires de la SNCF procèdent à des contrôles aléatoires, éventuellement épaulés par les forces de l'ordre, et non des contrôles systématiques, pour éviter les files d'attente et les retards de trains. À bord, les vérifications du pass sanitaire, là aussi aléatoires, sont assurées par les chefs de bord accompagnés de la sûreté ferroviaire ou les forces de l'ordre. Bon à savoir, les agents SNCF ne sont pas habilités à vérifier la pièce d'identité avec le pass sanitaire, mais seulement la concordance des noms entre le billet et le pass sanitaire. 

Le directeur de Voyages SNCF Alain Krakovitch a annoncé au mois de décembre que l'entreprise ferroviaire renforçait le protocole sanitaire. Les contrôles du pass sanitaire touchent désormais un train sur trois. "Notre défi aujourd'hui est de continuer à fluidifier le parcours du voyageur", a annoncé Alain Krakovitch. Pour cela, la SNCF incite les voyageurs à présenter leur billet de train SNCF couplé au pass sanitaire, via le site "Prêt à voyager", afin d'éviter les files d'attente en gare et se rendre directement au portique. Egalement, des équipes mobiles, identifiables par des gilets bleus en gares au niveau des halls centraux, proposent des bracelets aux voyageurs qui leur présentent le pass sanitaire, dans le même but d'éviter ensuite la file d'attente devant les portiques. "Si tout le monde a ce pass, on n'aura plus besoin de faire des contrôles en amont des portiques", a souligné le directeur de Voyages SNCF.

Quelles sanctions encourues en l'absence du pass sanitaire à quai ou dans le train ?

Conformément aux règles fixées par le gouvernement, le non-respect de l'obligation du pass sanitaire fait l'objet d'une interdiction de monter à bord lors d'une vérification à quai et d'une amende de 135 euros. Les voyageurs à bord des trains longues distance sans pass sanitaire s'exposent à une amende forfaitaire de 135 euros, mais peuvent poursuivre leur trajet.

Le port du masque est-il obligatoire dans les trains de la SNCF ?

Le port du masque reste obligatoire dans tous les trains et gares de la SNCF, dès l'âge de 6 ans. Le défaut de masque est passible d'une amende de 135 euros.

Où suivre les prévisions de trafic de la SNCF ?