Une salle bicentenaire

Construit sous Napoléon Bonaparte en 1803, le Paradis Latin est d'abord un théâtre qui porte le nom de "Théâtre Latin". Brûlé, il est rénové par Gustave Eiffel à l'occasion de l'Exposition Universelle en 1889 et change de formule : il accueillera désormais des représentations plus variées et populaires. Il devient le "Paradis Latin" et une coupole fixée au plafond que l'on peut voir encore aujourd'hui, affirme cette nouvelle identité avec panache. On peut y lire aux quatre points cardinaux, "Opérette", "Ballet", "Pantomime", "Excentricités" (entendre "attractions diverses"). De nouvelles ambitions, plus en vogue à l'époque. 
©  Cécile Debise

Suggestions de contenus