Amandine Henry : un retour chez les Bleues, Corinne Diacre s'explique

Amandine Henry : un retour chez les Bleues, Corinne Diacre s'explique Quelques jours après son interview choc, Amandine Henry figure malgré tout sur la liste des joueuses retenues pour les prochains matchs de l'équipe de France féminine, annoncée aujourd'hui par Corinne Diacre. La sélectionneure s'est exprimée ce jeudi en indiquant que le moment n'était pas venu pour régler "les problèmes".

[Mis à jour le 19 novembre 2020 à 12h26] Après l'interview choc d'Amandine Henry (voir ci-dessous), qui avait remis en cause le management de Corinne Diacre, dimanche, la prise de parole de la sélectionneure de l'équipe de France de foot féminin était particulièrement attendu aujourd'hui. La patronne des Bleues a finalement d'intégrer Amandine Henry à sa liste des 23 pour les matchs des éliminatoires à l'Euro 2020, face à l'Autriche (27 novembre) et contre le Kazakhstan (1er décembre), en précisant que la joueuse de l'OL resterait bien capitaine, mais a aussi profité de l'occasion pour glisser quelques tacles et tenter de réaffirmer son autorité.

Corinne Diacre : "Inacceptable de donner en spectacle des querelles de personnes"

Avant d'égrener les noms des joueuses retenues, Corinne Diacre a ainsi débuté sa visio-conférence de presse par un long préambule. "Avant la liste, je voudrais vous faire part de mes objectifs pour les prochains jours, a-t-elle indiqué. Tout d'abord, à la question 'peut-elle tenir ?' La réponse est oui. Je veux rassurer tout le monde. Je n'ai jamais été aussi motivée  dans le cadre de ma fonction et de mes responsabilités, pour aller chercher le seul objectif qui occupe mon esprit aujourd'hui, à savoir qualifier notre équipe nationale pour le prochain championnat d'Europe. (...) Le football français a besoin plus que jamais de réconfort, les supporters n'attendent que ça. C'est la raison pour laquelle, nous avons besoin lors de ce rassemblement capital, d'une bonne attitude générale, de sérénité, d'ambition, et de ne penser qu'à notre réussite collective. Bien entendu, j'ai entendu les déclarations critiques de ces derniers temps et le moment n'est pas venu aujourd'hui de régler ce problème alors que notre équipe nationale joue son avenir sur le terrain. Les problèmes, nous les réglerons les yeux dans les yeux, mais en aucun cas je n'utiliserai les médias comme intermédiaires. Toutes, nous avons à prouver que l'équipe de France peut gagner un titre, ce que nous n'avons jamais fait (...) Il est inacceptable de donner en spectacle des querelles de personnes, nous devons faire preuve de dignité. Le président Le Graët l'a dit, il faut arrêter tout cela. Je vais arrêter avec tout cela, sans renier mes valeurs : l'exigence, le travail, l'état d'esprit, l'esprit de compétition, la combativité. S'il faut des remises en question, j'y suis prête. Mon engagement est total. Le contexte est difficile mais on ne cède rien. Ne vous inquiétez pas, les staffs tiennent le choc et savent faire preuve de l'autorité nécessaire, moi la première".

Au fil des questions posées ensuite lors de cette visio-conférence de presse, Corinne Diacre a réaffirmé à plusieurs reprises sa volonté de se concentrer uniquement sur la préparation du match crucial contre l'Autriche et a estimé qu'il faudrait "régler les problèmes" mais dans un second temps. Concernant Amandine Henry, la sélectionneure a rappelé : sa non sélection le mois dernier a été perçue par beaucoup comme un affront, pour moi c'était simplement une décision à un instant T".

Amandine Henry avait remis en cause le management de Corinne Diacre

Non sélectionnée le mois dernier, Amandine Henry avait décidé de hausser le ton vis-à-vis de Diacre, dimanche, à l'occasion d'une interview diffusée dans le Canal Football Club. La joueuse avait fait part de son incompréhension et avait fustigé la méthode employée par Diacre, en octobre, pour lui annoncer qu'elle ne la retenait pas dans le groupe. "L'appel a duré quatorze, quinze secondes, avait-elle racontée. Je m'en souviendrai toute ma vie. Sur le coup, j'étais choquée. Elle m'a dit : ''La liste sort demain et tu n'y seras pas par rapport à tes performances actuelles'. Je reste sans voix. Je dis : 'OK. Bon match. Au revoir'. C'est tout. Si c'est un choix sportif, tu essaies de remobiliser ta joueuse : 'Ne t'inquiète pas, tu vas revenir à ton meilleur niveau'. En plus, je me sentais super bien sportivement, mes coachs à Lyon me l'ont confirmé. Donc là, je me suis dit, 'il y a un souci'.

Plus grave, Amandine Henry avait remis en cause la gestion du groupe par Corinne Diacre et ravivé ce qui ressemble à de vieilles rancœurs, en évoquant notamment la Coupe du monde 2019, en France (les Bleues avaient été éliminées en quart de finale) : "J'ai vu des filles pleurer dans leur chambre. Moi, personnellement, je pleurais parfois dans ma chambre. Au final, c'était un chaos total (...) à cause de l'atmosphère, du management et de l'ambiance générale". La milieu de terrain concède également que la relation de confiance est "malheureusement" rompue entre la sélectionneuse et les joueuses.

"Je vais regarder ça de plus près, avait rapidement réagi Noël Le Graët, le président de la Fédération, dimanche soir, avant d'ajouter : "Être en conflit avec les meilleures joueuses de France, ce n'est pas durable (...) La sélectionneuse, dans un certain contexte, fait ses choix, m elle se doit de faire jouer la meilleure équipe possible. Chacun doit faire un effort (...) Le rôle du sélectionneur, c'est de faire jouer la meilleure équipe (...) Amandine Henry a largement sa place en équipe de France, évidemment. Peut-être qu'elle était moins en forme il y a un mois. Mais sur sa valeur, elle est incontestable".

Biographie express d'Amandine Henry

C'est dans le Nord de la France que tout a commencé pour Amandine Henry. Née le 28 septembre 1989 à Lille, la footballeuse en herbe est restée fidèle à son Nord natal jusqu'en 2005 en fréquentant notamment les clubs de Lomme, Lambersart et Hénin-Beaumont, avant de faire son entrée au centre de formation de Clairefontaine. Après deux années concluantes dans cette pépinière de championnes, Amandine Henry a ensuite mis un pied dans le football professionnel en rejoignant Lyon en 2007. Elle porte encore aujourd'hui les couleurs de l'OL, même si son parcours l'a aussi emmené aux Etats-Unis (Portland) et pendant quelques mois au PSG durant la saison 2016-2017. Avec l'OL , Amandine Henry s'est forgé l'un des plus beaux palmarès du football européen avec 12 championnats de France, 6 Coupes de France et 6 Ligues des champions. Elle rêve désormais d'un premier titre avec les Bleues...

Quel salaire pour Amandine Henry ?

Considérée comme l'une des meilleures milieux de terrain du monde, Amandine Henry est la deuxième joueuse de football la mieux payée de la planète. Son club, l'Olympique lyonnais, lui verse un salaire d'environ 360 000 euros bruts par an. Seule la Norvégienne Ada Hegerberg, sa coéquipière à Lyon et premier Ballon d'Or féminin de l'histoire en 2018, gagne plus qu'elle, soit 400 000 euros. Le salaire d'Amandine Henry reste pourtant très inférieur à ceux de ses homologues de l'équipe de France masculine. Amandine Henry gagne en effet 48 fois moins que Kylian Mbappé et ses 17,5 millions d'euros annuels !  La capitaine des Bleues est d'ailleurs bien moins payée que tous les joueurs de Didier Deschamps qui ont participé à la Coupe du monde masculine en 2019. Les champions du monde qui affichaient les salaires les "plus faibles" en juillet dernier, à savoir Benjamin Pavard et Thomas Lemar, gagnaient tout de même... 1,2 million d'euros. Soit plus de trois fois le salaire d'Amandine Henry. La différence entre les revenus des footballeuses et footballeurs est encore plus impressionnante lorsque l'on se penche sur celui de Lionel Messi, joueur de foot le mieux payé au monde avec 92 millions de dollars de salaire, loin devant les 400 000 euros d'Ada Hegerberg. Des chiffres qui en disent long sur les inégalités salariales qui persistent entre femmes et hommes dans le football. 

Amandine Henry en couple

Dans le documentaire "Les Bleues en route vers le Mondial - Le moment de briller", diffusé sur TF1 en 2019, avant la Coupe du monde, Amandine Henry dévoilait un partie de sa vie privée et notamment l'identité et le visage de ses parents (Yves et Rita), mais aussi de son compagnon, un certain Karim. "Je suis fière de pouvoir allier ma passion, le foot qui est mon métier maintenant, avec une vie privée. C'est un équilibre, c'est important. J'ai aussi un rêve de femme , c'est de fonder une famille, de me marier". Le couple a toutefois mis ces projets provisoirement en stand-by. "Pour l'instant, on laisse passer la Coupe du monde, chaque chose en son temps", glissait la joueuse, avec le sourire, dans ce documentaire.

Amandine Henry a -t-elle un lien de parenté avec Thierry Henry ?

Le même métier, le même patronyme... Il n'en faut pas plus à de nombreux internautes pour se demander si Amandine Henry est de la même famille que Thierry Henry, l'ancien attaquant de l'équipe de France reconverti aujourd'hui entraîneur. ll n'en est rien  : aucun lien de parenté n'unit la capitaine des Bleues, né le 28 septembre 1989 à Lille, à l'ex-attaquant, né le 17 août 1977, aux Ulis, de parents antillais. Et ce, même si la milieu de terrain française avait inscrit, lors du 8e de finale de la Coupe du monde 2019, face au Brésil, un but qui avait curieusement fait penser à celui inscrit par Thierry Henry, également face au Brésil, en quart de finale de la Coupe du monde 2006.

Football