Vincent Luis aux JO : grosse déception en triathlon

Vincent Luis aux JO : grosse déception en triathlon VINCENT LUIS. Vincent Luis visait une médaille d'or en triathlon aux JO de Tokyo dans la nuit de dimanche à lundi 26 juillet, deux ans après être devenu en 2019 le premier français champion du monde de triathlon. 13e au final, le Français a confié sa déception.

[Mis à jour le 26 juillet à 10h42] Triathlète professionnel français âgé de 32 ans, Vincent Luis n'avait pas l'intention de repartir de Tokyo sans une médaille d'or cet été, cinq ans après un échec aux JO de Rio qui a profondément marqué le Français mais dont il se disait guéri. Las, Tokyo ne lui a pas plus souri puisque Vincent Luis a pris la 13e place de l'épreuve olympique, rapidement distancé en course à pied après n'avoir pas su distancer les meilleurs runners en natation et cyclisme.

Il termine à plus d'une minute et 20 secondes du Norvégien Kristian Blummenfeld, vainqueur. "Ce n'est pas la journée que j'espérais. Je suis forcément déçu (…) Il fallait être prêt et je ne l'étais pas", a-t-il commenté sur Eurosport. "Je me suis fait une déchirure au mollet début juin et je n'ai fait qu'une seule course cette année. Les dernières semaines, j'avais bien senti que je n'étais pas au niveau pour gagner une médaille olympique, même si j'ai fait une bonne préparation. Je n'avais pas le niveau suffisant et ça s'est vu." Le triathlon français attend donc encore sa première médaille olympique, le sport ayant fait son apparition aux Jeux Olympiques en 2000 à Sydney ! Il reste encore l'épreuve féminine et surtout le tout nouveau relais mixte pour ouvrir le compteur.

Biographie courte de Vincent Luis

Né le 27 juin 1989 à Vesoul, en Haute-Saône, Vincent Luis est aujourd'hui âgé de 32 ans. Débutant par la natation, le Français préfère d'abord les bassins pendant de longues années avant de se tourner progressivement vers le vélo et la course, attiré par l'athlétisme. Professionnel à la fin des années 2000, il se classe 11e aux JO de Londres en 2012 et obtient sa première victoire significative aux championnats de France en 2013, alors qu'il s'entraîne à Reims avec le groupe d'athlètes de Farouk Madaci (l'entraîneur de Mahiedine Mehkissi, notamment).

Le natif de Vesoul remporte sa première course sur le circuit du championnat du monde (WTS) en juillet 2015. Cette année-là, il termine à la troisième place du classement général et devient le premier français à monter sur le podium final des championnats du monde. Après un titre européen en 2016, il se rend aux JO de Rio plein d'ambition mais craque lors de la course à pied et termine à la 7e place, ne cachant pas sa déception de ne pas avoir remporté la première médaille du triathlon français, objectif ultime de plusieurs années de préparation.

Après un court passage par l'athlétisme, il revient sur le circuit mondial du triathlon en 2017 et remporte l'étape finale du WTS avant de glaner son deuxième titre de champion du monde avec l'équipe de France de triathlon lors des championnats du monde de triathlon en relais mixte, après celui de 2015. Vincent Luis récidivera d'ailleurs avec le relais français en 2019.
2018 est l'année du changement pour le Vésulien, qui décide de quitter sa structure d'entraînement à Reims pour rejoindre en juin 2018 celle de Joël Filliol, composée uniquement de triathlètes et basée en Arizona, aux Etats-Unis. Cela paye, puisqu'il termine à la première place au classement général des séries mondiales en 2019 et devient le premier athlète tricolore à réaliser cette performance depuis la création de la compétition en 2009. En 2020, il conserve son titre lors d'une épreuve exceptionnellement disputée en format sprint, en une seule course. De quoi s'avancer comme un prétendant naturel à la médaille aux Jeux de Tokyo, où il avait envie de gommer sa performance ratée de Rio en 2016.

Quels sont les records de Vincent Luis ?

A Rio, Vincent Luis avait bouclé son triathlon olympique à la 7e place avec un temps total de 1 heure, 46 minutes et 12 secondes, dont 17 minutes et 26 secondes pour la natation (+48 secondes de transition), 55 minutes et 4 secondes pour le cyclisme (et 33 secondes de transition) puis 32 minutes et 21 secondes sur les 10 kilomètres de course à pied. A noter que Vincent Luis est un forçat de l'entraînement avec 30 kilomètres de natation par semaine, 500 kilomètres de vélo et 100 kilomètres de course à pied pour une semaine classique d'entraînement !

Spécialiste de natation et habitué à ressortir parmi les meilleurs à l'issue du parcours de natation qui ouvre le triathlon, Vincent Luis est peu à peu devenu un redoutable athlète. Si le parcours de course à pied avait été fatal à ses chances de médaille olympique à Rio (les frères Brownlee ayant durci la course jusqu'à le faire craquer), Vincent Luis affiche depuis de solides références dans l'exercice. Le triathlète, qui s'est longtemps entraîné à Reims avec le spécialiste du 3000m steeple Mahiedine Mekhissi-Bennabad est même devenu vice-champion de France de cross-country en 2016 devant des spécialistes de la discipline comme Morhad Amdouni devenu champion d'Europe du 10 000m en athlétisme en 2018 et engagé à Rio sur 10 000 mètres. Il a également pris les 7e et 8e places en 2017 et 2018. Son meilleur chrono était alors de 31 minutes et 17 secondes pour 10 km de cross-country (championnats de France 2017). "Je pense que c'est une question d'entraînement, de maturité et de confiance en soi, confiait-il en octobre 2020 au site Run-ix. "J'arrive maintenant à m'entraîner sans me blesser. C'est ça le plus important en fait. Je suis très content d'avoir passé six années à Reims aux côtés de très bons coureurs comme Mahiedine Mekhissi. Leur aide m'a permis de devenir le coureur que je suis maintenant. Quand j'étais avec Farouk (Madaci, son ancien entraîneur), il a fait du très bon travail avec moi. Je suis désormais capable d'encaisser de gros volumes de course à pied sans que cela me paraisse difficile".

Quel est le palmarès de Vincent Luis ?

Depuis ses débuts sur le circuit professionnel à la fin des années 2010, Vincent Luis a parcouru un long chemin qui en fait aujourd'hui l'un des leaders de son sport au niveau mondial. Champion d'Europe et du monde juniors en 2008, il compte deux titres de champion de France (2013 et 2018). A partir de 2015, il remporte plusieurs étapes du circuit mondial (WTS) avant de devenir le premier français à remporter le championnat du monde, en 2019 puis en 2020. Il compte également trois autres titres mondiaux en relais, obtenus avec l'équipe de France de triathlon en 2015, 2018 et 2019. Le Vésulien est en revanche bredouille au niveau olympique.

Quel est le salaire de Vincent Luis ?

Agé de 32 ans et professionnel depuis plus de 10 ans, Vincent Luis vit confortablement de son sport, contrairement à d'autres athlètes olympiques dans des disciplines moins connues et médiatisées. S'il évoquait un salaire de cadre en début de carrière avec un salaire compris "entre 3 000 à 5 000 euros par mois" pour un triathlète du top 20 mondial, le Français a vu ses émoluments augmenter avec le succès en course. Le site spécialisé TriRating annonçait plus de 240 000 euros de revenus gagnés en course sur la seule année 2019, où il est devenu champion du monde. Sans compter les autres sources de revenus, comme les partenariats où les aides fédérales.

Vincent Luis et Pauline-Ferrand-Prévot

Entre 2012 et 2016, Vincent Luis a partagé la vie de la cycliste Pauline Ferrand-Prévot, engagée en VTT à Tokyo. Les deux champions se sont séparés peu avant les Jeux Olympiques de Rio de 2016, Ferrand-Prévot annonçant dans la foulée sa relation avec le double champion olympique de VTT, Julien Absalon.

Vincent Luis en couple avec Taylor Spivey, sa famille

Elevée par ses parents Colette et José, Vincent Luis a une soeur, nommée Caroline. Vincent Luis partage depuis 2018 la vie d'une triathlète, l'Américaine Taylor Spivey qui a également remporté plusieurs épreuves sur le circuit mondial mais qui n'a pas été sélectionnée pour participer aux Jeux olympiques de Tokyo. Les deux triathlètes s'entraînent ensemble une partie de l'année puisque Vincent Luis a choisi de s'exiler aux Etats-Unis à Flagstaff, ville de l'Arizona perchée à 2000 mètres d'altitude. Un avantage en vue de Tokyo car les températures y sont particulièrement élevées. Confrontée à une forte concurrence au sein de l'équipe américaine, Taylor Spivey n'a pas réussi à se qualifier pour les JO malgré sa 3e place au classement mondial.

Autres sports