Ronaldo accusé de viol : un accord financier téléguidé par le Real ?

Ronaldo accusé de viol : un accord financier téléguidé par le Real ? CRISTIANO RONALDO - Accusé de viol par Kathryn Mayorga, le footballeur portugais est également suspecté d'avoir fait pression sur la jeune femme pour qu'elle accepte un arrangement financier et garde le silence, afin de ne pas ternir son image... et celle du Real Madrid ?

[Mis à jour le 10 octobre 2018 à 17h08] Les rumeurs et les révélations n'en finissent plus d'affluer dans ce que l'on appelle désormais l'affaire Cristiano Ronaldo. Rappelons qu'une certaine Kathryn Mayorga accuse le joueur portugais de s'être rendu coupable d'un viol sur sa personne, en juin 2009, et de l'avoir ensuite forcée à accepter un arrangement financier en échange de son silence. Ce mercredi 10 octobre, certains médias portugais indiquent que cet arrangement aurait pu en en fait être initié par le Real Madrid, qui venait à l'époque de recruter la star à prix d'or (94 millions d'euros). Le quotidien Correio da Manha indique également que Cristiano Ronaldo aurait d'abord refusé un tel arrangement avant de finalement céder sous la pression de son club. Par ailleurs, toujours ce mercredi, Leslie Strovall, l'un des avocats de Kathryn Mayorga, a indiqué au journal Mail On Sunday qu'un deuxième accusatrice pourrait se faire connaître, au sujet de faits commis en 2005. "J'ai reçu un coup de téléphone d'une personne qui affirme avoir reçu les mêmes sévices", a-t-il confié.

Le rappel de l'affaire

Cette affaire Ronaldo/Mayorga n'est pas nouvelle puisqu'elle avait été révélée l'an passé par les Football Leaks. A l'époque Cristiano Ronaldo et ses proches avaient réagi en évoquant une fiction journalistique et une accusation répugnante". Le clan Ronaldo avait aussi fustigé à l'époque des révélations "anonymes" et donc peu consistantes. La plaignante est ensuite sortie de son anonymat : Kathryn Mayorga, 34 ans, s'est en effet confiée, à la fin du mois de septembre, au média allemand Der Sipegel, ce même journal qui avait indiqué dans ses colonnes, en avril 2017 que Ronaldo avait conclu, en 2010, ce fameux accord stipulant qu'il s'engageait à payer 375 000 dollars pour "acheter" le silence de l'accusatrice. Dans cette interview, Kathryn Mayorga, qui a porté plainte contre CR7, a donné sa version des faits en évoquant de nombreux détails et indiqué avoir été victime d'un viol anal, commis par Cristiano Ronaldo, le 12 juin 2009, dans un hôtel de Las Vegas.

Ronaldo dément, Nike "préoccupé", FIFA 19 joue la sécurité

Début octobre, Cristiano Ronaldo avait réagi à cette sortie médiatique en publiant ce message sur les réseaux sociaux : " Je démens fermement les accusations dont je fais l'objet. Le viol est un crime abominable qui va totalement à l'encontre de ce que je suis et de ce à quoi je crois. Aussi déterminé que je sois à prouver mon innocence, je refuse d'alimenter ce cirque médiatique monté par des gens dont la seule intention est de faire parler d'eux à mes dépens". Malgré cette intervention, l'effervescence autour de la star n'était pas retombée dans les jours suivants. Le cours de bourse de la Juventus, qui avait fortement augmenté depuis le transfert de CR7 à Turin l'été dernier, avait chuté brusquement de 10 %, vendredi dernier. Par ailleurs, si le club italien avait exprimé son soutien à l'attaquant, Nike, son sponsor avait, lui, fait savoir qu'il était "préoccupé". Enfin, toujours vendredi, le visage de Cristiano Ronaldo avait disparu du site Internet du jeu FIFA 19 dont le Portugais est la figure de proue. Quelle qu'en soit l'issue, cette affaire tombe mal pour Ronaldo, qui voit son image sérieusement écornée, à quelques semaines de la remise du Ballon d'or, qu'il brigue pour la sixième fois....

Article le plus lu - Tariq Ramadan reconnaît avoir menti › Voir les actualités

Annonces Google