Duels verbaux entre sportifs Frédéric Piquionne / Saint-Etienne

Difficile pour un ancien Stéphanois de signer à l'Olympique Lyonnais sans être pris en grippe par les supporters des Gones. La solution trouvée par Frédéric Piquionne : être le plus méchant possible avec l'AS Saint-Etienne, de surcroît la veille d'un derby du Rhône.

Revanchard, l'attaquant lyonnais a en mémoire l'attitude de ses anciens patrons, qui avaient bloqué son transfert à Lyon en janvier 2007 : "Avec les dirigeants stéphanois, ce sera tendu jusqu'à ce que je ne sois plus dans le football. Maintenant, ils me crachent dessus après avoir été contents de mes services lorsque je jouais à Saint-Etienne. Je ne leur serrerai pas la main (...) Avec les dirigeants stéphanois, c'est l'amour vache". Frédéric Piquionne, qui ne craint pas d'en faire trop, poursuit son raisonnement : "Je sortais à Lyon, je faisais mes courses à Lyon, mon agent est lyonnais".

Peu avant le match, l'AS Saint-Etienne a répliqué via un communiqué de presse dans lequel il regrette que son ancien joueur "manque à ce point de sens des responsabilités à l'approche du derby".

Finalement, c'est l'Olympique Lyonnais qui est sorti vainqueur de cette rencontre (0-1) et non Frédéric Piquionne, entré à la 73e minute sous les sifflets du public de Geoffroy Guichard. Questionné après la victoire des siens, ce dernier a poursuivi sur le même registre : "Sur un plan personnel, le but était de venir sereinement, a-t-il expliqué sur le site officiel de l'OL. Je n'ai pas répondu à la provocation. Saint-Etienne n'a plus gagné contre Lyon depuis 15 ans. Je suis vraiment content d'être passé du bon côté".