Ces sportifs ont manqué leur sortie Marco Pantani piraté par ses démons

Adulé par le public et les médias, le grimpeur italien Marco Pantani atteint les sommets en 1998. Ses victoires sur les Tours de France et d'Italie lui confèrent une aura incroyable. Grâce à ce doublé, celui que l'on surnomme le Pirate (en raison de son style vestimentaire et de ses stratégies agressives en course) obtient le Vélo d'or, distinction honorifique qu'aucun autre Italien n'avait pour le moment obtenu.

Le dopage précipite sa chute

marco pantani sur le tour d'italie en 2002.
Marco Pantani sur le Tour d'Italie en 2002. © Andrea Balducci

Habitué à tutoyer les hauteurs, le coureur de Mercatone déchante d'autant plus quand, l'année suivante, il est exclu du Giro à la suite d'un contrôle sanguin révélant un taux d'hématocrite anormalement supérieur.

Son image et son honneur, atteints une première fois dans cette affaire, ne se relèveront pas de la seconde : en 2001, toujours sur le Tour d'Italie, la police trouve une seringue d'insuline dans l'hôtel qu'il partage avec son équipe. Pantani a beau nier en bloc les accusations qui le touchent, la sanction est lourde : 6 mois de suspension.

Dépression et solitude

Dès lors, plus rien ne sera comme avant pour l'Italien, abattu par le harcèlement médiatique et, surtout, une grave dépression. En février 2004, le corps sans vie de Pantani est retrouvé dans une chambre d'hôtel à Rimini (côte est de l'Italie), où il vivait reclus depuis quelques jours. L'enquête de police, que conteste la famille du Pirate, concluera à une overdose.