Les défaites aussi mythiques que des victoires France - Bulgarie 1993 : Kostadinov, le cauchemar des Bleus

kostadinov empêche les bleus d'aller à la coupe du monde 1994 aux etats-unis.
Kostadinov empêche les Bleus d'aller à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. © INA

Citez-moi le nom d'un joueur de foot bulgare... Si vous êtes amateur de football, un joueur vous viendra immédiatement en tête : Kostadinov, le bourreau des Bleus en 1993.

Le 13 octobre 1993, l'équipe de France s'incline contre Israël en match de qualification pour la Coupe du monde 1994 (2-3). Pour disputer la compétition aux Etats-Unis, les Bleus n'ont pas le choix : il faudra au moins faire match nul à domicile face à la Bulgarie...

Le résumé du match

A priori, un nul ne semble pas infaisable, même si à l'aller, la France s'était pris les pieds dans le tapis, concédant la défaite (2-1). En tout cas, Gérard Houiller, le sélectionneur, y croit : "L'équipe ne s'exprime jamais mieux que quand elle se trouve au pied du mur", affirme-t-il. "Les joueurs, je les sens bien accrochés à la rencontre. Ils ne me donnent pas l'impression d'avoir déjà joué ce match dans leur tête". Mais le 17 novembre, l'équipe de France vit une soirée cauchemardesque au Parc des Princes face aux Bulgares.

Ginola, au poteau de corner, centre trop fort. La contre-attaque s'amorce et Kostadinov élimine la France

Certes, le match commence bien : Eric Cantona marque. Mais l'équipe de Hristo Stoichkov égalise. En seconde mi-temps, Jean-Pierre Papin, souffrant de crampes, est remplacé par David Ginola. On joue la 90e minute.
Ginola, au poteau de corner, centre trop fort. La contre-attaque s'amorce et Kostadinov, qui échappe de justesse à un tacle de Laurent Blanc, envoie un missile sous la barre de Bernard Lama. Défaite 2-1 : la France n'ira pas en Amérique...
Gérard Houiller, son adjoint Aimé Jacquet, les joueurs, sont effondrés sur la pelouse ou en tribune. Didier Deschamps pleure...

Houllier et Ginola seront ensuite les cibles de nombreuses critiques. L'ancien joueur de Paris, Newscastle ou Aston Villa, dira plus tard : "Je mourrai avec ça... On m'a fait trop de mal."

L'élimination fait la Une du JT d'Antenne 2 le lendemain.

La critique de Gérard Houiller envers Ginola (archives INA)