Les défaites aussi mythiques que des victoires John McEnroe à Roland Garros en 1984 : dominer n'est pas gagner

C'est l'une des défaites les plus célèbres du sport : celle de John McEnroe en finale de Roland Garros en 1984.

Face à lui : le Tchécoslovaque Ivan Lendl, qui compte plusieurs titres mais aucun tournoi du Grand Chelem à son palmarès. S'étant fait battre par Borg à Paris en 1981 et par Connors à Flushing Meadow en 1982 et 1983, celui-ci s'est même vu attribuer le sobriquet de "chicken" (poule mouillée).

Cette année-là, l'Américain semble, lui, imbattable avec son remarquable jeu de service-volée. N°1 mondial depuis la retraite de Björn Borg, il a gagné 5 Grand Chelem : l'US Open en 1979, 80, 81, et Wimbledon en 1981 et 83.

Le début de la finale de Roland Garros en 1984 est à sens unique : McEnroe mène rapidement 2 sets à 0, puis 3 jeux à 1 dans ce que tous les spectateurs du Central croient être le dernier set.
Mais, petit à petit, la machine se grippe et Lendl remporte la 3e manche 6-4. Après avoir égalisé à 2 sets partout, le Tchèque accentue la pression sur "Big Mac", qui ne sait plus quoi faire pour contrer les assauts de son adversaire.
A 6-5, après plus de 3 heures d'un combat intense, la volée de McEnroe termine dans le couloir. Lendl remporte son premier Grand Chelem.


De son côté, McEnroe digèrera mal cette défaite et n'atteindra plus jamais la finale de Roland Garros.


A consulter aussi