Novak Djokovic : après l'affaire du Covid-19, le monde du tennis divisé

Novak Djokovic : après l'affaire du Covid-19, le monde du tennis divisé DJOKOVIC - Lui-même testé positif au nouveau coronavirus, Novak Djokovic est vivement critiqué pour avoir organisé l'Adria Tour, un événement sportif et caritatif durant lequel plusieurs joueurs ont contracté le Covid-19. Le Serbe s'est toutefois excusé et trouvé quelques alliés dans le monde du tennis.

[Mis à jour le 24 juin 2020 à 15h52] La polémique créée par l'Adria Tour, durant lequel plusieurs joueurs ont été atteints par le coronavirus, n'en finit plus de faire réagir dans le monde du tennis. Cet événement tennistique et caritatif, organisé par Novak Djokovic, avait débuté le 13 juin à Belgrade (Serbie), s'était poursuivi à Zadar (Croatie) la semaine dernière, et devait se terminer au Monténégro et en Bosnie. Il n'en sera rien puisque que les dernières étapes de cette tournée ont été annulés à la suite des tests positifs successifs au Covid-19 de Grigor Dimitrov, Borna Coric, Viktor Troicki, tous participants à la compétition, ainsi que de Marko Paniki, le préparateur physique de Djokovic, et de Kristijan Groh, l'entraîneur de Dimitrov. Lundi, c'est le n°1 mondial lui-même qui a annoncé qu'il avait contracté la maladie, tout comme sa femme Jelena Ristic. 

Une avalanche de mauvaises nouvelles qui a rapidement déclenché un flot de critiques de la part d'acteur du monde du tennis. Absence de distanciation physique, embrassades, farandoles avec des enfants, danses endiablées dans une boîte de nuit de Belgrade...  Les images des premières étapes de cet Adria Tour, à Belgrade et à Zadar, en pleine pandémie mondiale, ont en effet choqué, en particulier cette vidéo captée dans une discothèque de Belgrade : 

Kyrgios : "Une décision débile de disputer cette exhibition"

Invité à commenter la situation, le joueur américain Noah Rubin, a indiqué lundi, dans les colonnes de L'Equipe : "C'était inévitable. Ils vivaient leur vie comme si de rien n'était. Je ne comprends pas pourquoi le tennis avait besoin de prendre ce risque. À quoi bon faire sourire les gens et rassembler de l'argent si c'est pour infecter mille personnes ?". Nick Kyrgios a, lui, fustigé sur Twitter, la "décision débile" de disputer cette exhibition. "C'est ce qui arrive quand on ne respecte aucun protocole", a-t-il ajouté. En apprenant mardi le test positif de Djokovic au coronavirus, l'Australien s'est de nouveau exprimé en indiquant : "Mes prières à tous les joueurs infectés. Ce n'est plus la peine de mentionner mes agissements comme des actes irresponsables ou stupides. Ceci surpasse tout".

Le Brésilien Bruno Soares, membre du conseil des joueurs, s'est également emporté contre l'Adria Tour et ses organisateurs. "C'était un spectacle d'épouvante, a-t-il réagi dans les colonnes de Globo Esporte. C'était irresponsable et immature. Avec la situation mondiale actuelle, même si vous êtes au pôle Nord, vous ne sortez pas faire la fête et vous ne postez pas les photos sur Instagram. C'est un manque de respect pour ce qui se passe dans le monde. Cet événement a été organisé avec une irresponsabilité absurde". Même son du cloche du côté du Britannique Daniel Evans : "C'est un mauvais exemple à donner. Même si les recommandations étaient celles d'un retour à la normale dans ce pays, j'aurais quand même essayé de garder le plus possible mes distances avec les autres. Et je pense qu'il y a eu une totale négligence de ce point de vue".

Passe d'armes entre le père de Djokovic et le manager de Dimitrov

Face à ce déferlement de critiques, Novak Djokovic a fait amende honorable, mardi, dans un communiqué ("Tout ce que nous avons fait devait servir à unir et à partager un message de solidarité (...) Nous avons eu tort (...) Je suis profondément désolé de chacun de ces nouveaux cas"). Il a pu également compter sur le soutien d'autres acteurs du tennis, qui rejettent la responsabilité sur d'autres personnes. C'est notamment le cas de Feliks Lukas, directeur de tournoi en Croatie et présent à Zadar pour l'Adria Tour, qui expliquait hier dans L'Equipe : "La responsabilité revient entièrement à la fédération croate. Ils savaient que l'ATP et la WTA avaient décidé d'une politique de huis clos (...) Je ne blâme pas Novak et son équipe. Ils ne décident pas des règles en Croatie". Ce matin, c'est le Français Julien Boutter, toujours dans les colonnes du quotidien sportif, qui est venu au secours du joueur serbe. "À partir du moment où on lui a validé son événement, j'ai du mal à comprendre la polémique du 'il a raison, il a tort', indique notamment le directeur du Moselle Open. ce n'est pas comme un organisateur qui a mal monté un chapiteau et où sa faute est directement avérée (...) S'il était dans son droit, s'il a suivi les règles sanitaires de son pays et que les joueurs ne sont pas venus le couteau sous la gorge, il n'est pas critiquable".

De son côté,  Srdjan Djokovic, le père de Novak, s'en est pris au Bulgare Grigor Dimitrov, en sous-entendant que ce dernier aurait contracté le coronavirus avant l'Adria Tour. "Nous ne savons pas où il l'a attrapé, mais il l'a eu, a-t-il indiqué sur les ondes de RTL Serbie. Il a fait beaucoup de mal à Novak, à la Croatie, à la Serbie et à ma famille. Il aurait dû être testé dans son pays d'origine". Des accusations que Georgi Stoimenov, le manager de Grig Dimitrov, s'est empressé de balayer das la presse bulgare. "Après trois mois d'isolement total, Grigor est allé directement à Belgrade., a-t-il précisé Ni à Belgrade, ni plus tard à Zadar, on lui a proposé ou imposé de faire un test pour le coronavirus. Les organisateurs de l'événement sont les seuls à avoir la responsabilité du protocole sanitaire du tournoi et de créer les règles à suivre. Grigor a strictement respecté toutes les règles imposées".

En savoir plus sur Novak Djokovic

Biographie courte

Né le 22 mai 1987 à Belgrade, Novak Djokovic est un joueur de tennis serbe, évoluant sur le circuit professionnel depuis 2003. Passionné très tôt par le tennis, il bénéficie de l'appui de ses parents, qui n'hésitent pas à se sacrifier pour donner à leur fils toutes les chances de réussir. Dès 2004, les premières grandes performances du jeune tennisman leur donnent raison avec une demi-finale à l'Open d'Australie en juniors. Quatre ans plus tard, la carrière de celui que l'on surnomme "Nole" prend un coup d'accélérateur. À peine âgé de 21 ans, Novak Djokovic remporte son premier tournoi du Grand Chelem lors de l'édition 2008 de l'Open d'Australie. Un titre qui marque le début d'une longue quête de trophées. Lors des six saisons qui suivent, "Djoko" parvient à décrocher six autres victoires en Grand Chelem, dont trois de plus sur le sol australien. Seule une victoire sur la terre battue parisienne à Roland-Garros manque à son palmarès.

Devenu numéro un mondial pour la première fois en 2011, Novak Djokovic fait partie, avec Rafael Nadal et Roger Federer, du trio de tennismen qui multiplie les records et s'adjuge la quasi-totalité des tournois du Grand Chelem depuis de nombreuses années. Vainqueur de la Coupe Davis avec la Serbie en 2010, Novak Djokovic est également connu pour son humour et ses imitations, sur comme en dehors des courts. Novak Djokovic n'hésite pas à partager sa bonne humeur, une caractéristique qui lui vaut la sympathie du public.

Marié en 2014 à Jelena Ristic, Novak Djokovic s'entraîne la même année à un nouveau métier : celui de papa. En 2015, il réalise la plus belle saison de sa carrière, remportant trois Grand Chelem, mais aussi six Masters 1000. L'année suivante, il remporte Roland Garros, le seul titre qui lui manquait, réalisant l'exploit d'enchaîner 5 victoires de suite en Grand Chelem sur deux saisons. Après une année 2017 marquée par des blessures, il renoue avec le succès en 2018, notamment à Wimbledon ou encore à l'US Open. EN 2019, Djokovic a survolé l'Open d'Australie, avant de remporter une des plus belles finales de l'ère Open face à Federer à Wimbledon. Il a à nouveau remporté l'Open d'Australie en janvier 2020. Au total, le Serbe possède 17 victoires en Grand Chelem à son palmarès.

Qui est la femme de Novak Djokovic ?

Novak Djokovic rencontre Jelena Ristic lors de son parcours scolaire à Belgrade dans les débuts des années 2000. Tout n'est pas facile pour les jeunes amoureux, puisque Novak dispute ses tournois partout dans le monde tandis que Jelena achève ses études en Italie. Le couple élit finalement domicile à Monaco et décide de se marier en 2014. Jelena donne naissance à leur fils Stefan en 2014, puis à une petite fille prénommée Tara, en 2016. Parallèlement, Jelena Djokovic est directrice de la fondation Novak Djokovic, qui fait la promotion de l'éducation dans leur pays natal.