Novak Djokovic : la fin du pass vaccinal ouvre la porte de Roland Garros au Serbe

Novak Djokovic : la fin du pass vaccinal ouvre la porte de Roland Garros au Serbe DJOKOVIC. En annonçant la fin du pass vaccinal, la France fait d'une manière indirecte les affaires de Novak Djokovic qui pourrait donc disputer Roland Garros.

[Mis à jour le 3 mars à 14h36] Sous le feu des projecteurs depuis plusieurs mois en étant non vacciné, Novak Djokovic n'a cessé de répéter depuis plusieurs semaines qu'il était libre de son corps et qu'il était prêt à sacrifier des tournois si ces derniers demandent une vaccination obligatoire. "En ce moment, je ne sens pas le fait que j'en ai besoin (le vaccin) pour protéger mon corps et je n'ai pas l'impression que je suis une menace pour les autres. C'est ma position et, pour la suite, mon esprit est complètement ouvert. Tout est possible" avait-il expliqué jeudi 24 février à nos confrères de l'Equipe.

Mais ce jeudi 3 mars, en annonçant la fin du pass vaccinal, Jean Castex a ouvert la porte aux non vaccinés qui voudraient participer à des tournois sportifs en France. En effet, si la situation ne se dégrade pas d'ici là et que ce cap est maintenu, Novak Djokovic pourrait donc bel et bien participer au 2e tournoi du Grand Chelem de l'année.

Novak Djokovic est-il vacciné contre le Covid-19 ?

Alors que son statut vaccinal n'avait jamais été officiellement dévoilé aux yeux du grand public, l'affaire qui secoue le Serbe en Australie a mis en avant sa non vaccination contre le Covid-19. La star du tennis mondial n'est en effet pas vacciné contre le coronavirus et a pu se rendre en Australie en raison d'un test positif le 16 décembre dernier qui peut l'exempter de la vaccination.

Pourquoi le visa de Djokovic a-t-il été annulé ?

Tout commence le 5 janvier denier lorsque le Serbe arrive sur la terre australienne suite à une exemption médicale qui l'autorise à ne pas être vacciné. Mais à l'aéroport, le numéro 1 mondial est interpellé par la police des frontières qui lui refuse l'entrée sur le territoire, estimant qu'il ne justifie pas suffisamment son exemption médicale. Son visa est alors annulé. Le lendemain, le Serbe est placé en rétention et c'est finalement le 10 janvier que le juge Kelly lève l'annulation de visa du Serbe, estimant qu'il n'était pas en mesure de fournir plus de renseignements à la police des frontières. Il ordonne également sa libération immédiate. Sauf que le gouvernement australien, via le ministre de l'Immigration Alex Hawke, fait savoir qu'il va évaluer la possibilité d'utiliser son " pouvoir personnel d'annulation ". Cette décision est finalement prise vendredi 14 janvier.

En juin, il avait créé la polémique au sujet du coronavirus 

Le Serbe avait déjà créé la polémique  en pleine crise du coronavirus, en organisant l'Adria Tour, un événement tennistique et caritatif, durant lequel de nombreux participants (Grigor Dimitrov, Borna Coric, Viktor Troicki) ansi que Djokovic lui-même et sa femme Jelena avaient été testé positifs au Covid-19. Des contaminations qui avaient rapidement déclenché un flot de critiques de la part d'acteur du monde du tennis. Absence de distanciation physique, embrassades, farandoles avec des enfants, danses endiablées dans une boîte de nuit de Belgrade...  Les images des premières étapes de cet Adria Tour, à Belgrade et à Zadar, en pleine pandémie mondiale, avaient en effet choqué, en particulier cette vidéo captée dans une discothèque de Belgrade : 

Qui est la femme de Novak Djokovic ?

Novak Djokovic rencontre Jelena Ristic lors de son parcours scolaire à Belgrade dans les débuts des années 2000. Tout n'est pas facile pour les jeunes amoureux, puisque Novak dispute ses tournois partout dans le monde tandis que Jelena achève ses études en Italie. Le couple élit finalement domicile à Monaco et décide de se marier en 2014. Jelena donne naissance à leur fils Stefan en 2014, puis à une petite fille prénommée Tara, en 2016. Parallèlement, Jelena Djokovic est directrice de la fondation Novak Djokovic, qui fait la promotion de l'éducation dans leur pays natal.