L'Internaute > Photo Numérique >
Portfolio > Joël Pèlerin
INTERVIEW
 
Mars 2007

Joël Pèlerin : La Réunion au féminin

Joël Pèlerin, médecin et photographe, s'attache à photographier les femmes pour leur redonner confiance en elles. Ses portraits de femmes réunionnaises sont, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, un hommage au métissage et à la diversité.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Quel est votre parcours photographique ?
Je m'intéresse à la photographie depuis mes douze ans lorsque mes parents m'ont offert une " camera obscura " qui faisait du 6 x 9 cm. Par la suite, mon père m'a ramené d'Allemagne un Zeiss 24 x 36. Je faisais beaucoup de noir et blanc et me suis investi durant toute mon adolescence dans le laboratoire photo d'une MJC. J'y passais tout mes samedis après-midi. Par la suite, je suis devenu ingénieur chimiste et là encore je réalisais moi-même mes bains de chimie. Dans les années 1970, j'ai voyagé à l'étranger, en Inde, Afghanistan grâce aux premiers vols charters. Là-bas, beaucoup de photographies de paysages. J'ai repris ensuite mes études pour devenir médecin puis me suis installé à la Réunion en 1987. La photographie m'a rattrapé en 1999-2000 grâce à la technologie numérique. C'est vers les portraits de femmes et les nus artistiques que je me suis tourné à partir de cette période.

Ce sont les modèles qui choisissent leurs poses. Photo © Joël Pèlerin
"Les Réunionnaises sont parmi les plus belles femmes du monde"

Un rapport entre photographie et médecine ?

De nature timide, je pense que 10 ans de pratique de la médecine m'ont finalement rapproché des gens. De plus, je me suis rendu compte que des femmes très belles avaient d'énormes blessures narcissiques qui remontaient parfois à l'enfance. Elles possédaient une image de leur corps qui n'était pas la réalité. Une grande partie de mon travail photographique consiste à rendre à ces femmes de la confiance en leur corps et en leur féminité. Grâce au point de vue photographique, je change leurs regards sur elles-mêmes. Après tout, nous n'avons généralement que le point de vue frontal du miroir pour nous regarder. La photographie peut ainsi avoir une vocation " thérapeutique ".

Pourquoi des portraits de femmes réunionnaises ? Quel est le propos ?
Parce que je suis fasciné par la diversité des visages des habitantes de cette île. La Réunion est un endroit unique au monde où l'on retrouve un éventail complet du mélange ethnique entre européens, africains et asiatiques. Je voulais rendre un hommage à la féminité pour la Journée mondiale de la femme (8 mars 2007). Les réunionnaises, grâce au métissage sont parmi les plus belles femmes du monde. Et pourtant, je n'ai pas l'impression qu'elles soient très représentées.

Les femmes photographiées ont entre 3 et 96 ans. Photo © Joël Pèlerin

Comment trouvez-vous vos modèles ?
Je les choisis moi-même. Au tout début, je photographiais ma femme ainsi que des proches. Les résultats satisfaisants en studio m'ont poussé à aller à la rencontre de certaines femmes pour leur demander de poser pour moi - ce qui était loin d'être facile les premières fois. Maintenant, si j'avais le choix, je préférerai passer beaucoup de temps avec une femme qui doute d'elle-même pour qu'à la fin de la séance elle puisse s'exclamer : " Mais c'est moi sur cette photo !  "

Comment se déroulent les prises de vue ?
Ce sont les modèles qui choisissent les poses à l'avance, en s'inspirant de magazines par exemple. Il faut que çela vienne d'elles. Ensuite, je me contente de les guider, de les mettre en valeur. A la fin de la séance, on a l'impression que nous avons chacun donné le meilleur de nous-même.

  • Son matériel
  • Boîtier : Canon Eos 1D Mark II
  • Objectif : Canon 24-70L USM - f/2,8
  • Lampes : Halogène 1000W, 500W et 40W

Côté matériel ?
J'utilise principalement un reflex numérique. Ce fut tout d'abord un Canon 300D puis maintenant un EOS 1D Mark II avec un objectif 24-70 mm USM à ouverture constante f/2,8. Dans mon studio, j'éclaire avec deux lampes halogènes de 500 et 1000W avec des murs blancs et des plaques de plexiglas pour réfléchir et diffuser la lumière. J'ai aussi quelques spots de 40W en appoint.

Pratiquez-vous des retouches numériques ?
Systématiquement. Je préviens mes modèles à l'avance que je vais retoucher les photos, pas au niveau des formes, mais au niveau de la texture de la peau. J'essaie d'éliminer les imperfections. En effet, les cicatrices, vergetures et piqûres de moustique laissent beaucoup de marques sur les peaux mates. Je précise que je photographie en couleur car mes modèles sont des femmes de couleur. En noir et blanc, on perdrait les nuances et la chaleur de la peau. En fin de compte, je maquille la peau mais après la prise de vue et sur ordinateur. Je passe environ une heure sur la retouche d'une photo mais cela pouvait atteindre une journée auparavant.

Des projets à venir ?
J'ai un projet d'exposition en Afrique du Sud. J'y suis allé deux fois et j'ai eu l'impression qu'il y a encore un gros problème au niveau du mélange des populations entre noirs et blancs. J'aimerais que mon exposition puisse montrer aux habitants de ce pays toute la force et la richesse du métissage que l'on peut trouver sur l'île de la Réunion.

 

EN IMAGES Le portfolio de Joël Pèlerin
24 photos

Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

 

Voir un exemple

Voir un exemple

Voir un exemple

Toutes nos newsletters

Sondage

Faites-vous des photos avec votre téléphone portable ?

Tous les sondages

Partager cet article

RSS