3e dose de vaccin Covid : bientôt intégrée au pass sanitaire ?

Chargement de votre vidéo
"3e dose de vaccin Covid : bientôt intégrée au pass sanitaire ?"

3e dose de vaccin Covid : bientôt intégrée au pass sanitaire ? 3E DOSE. La 3e dose du vaccin contre le Covid n'est pas encore administrée suffisamment en France et le retrait du pass sanitaire pourrait être une solution du gouvernement.

[Mis à jour le 26 octobre 2021 à 16h50] "Ca ne suffit pas". Voilà les mots employés par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé depuis plusieurs semaines maintenant à propos du nombre de personnes ayant reçu la 3e dose de vaccin contre le Covid en France. Selon les chiffres communiqués par le ministre, seulement 100 000 doses de rappel sont effectuées quotidiennement. Disponible pour les plus de 65 ans et les personnes immunodéprimées, la dose de rappel ne l'est pas encore pour les catégories inférieures mais pourrait l'être dans les prochaines semaines car tous les scientifiques et les premières études confirment que l'immunité baisse six mois après la dernière dose. 

En attendant, que faire pour convaincre les Français éligibles à la 3e dose  ? C'est la question que le gouvernement se pose. Alors que ce dernier se bat toujours pour augmenter le pourcentage de la population vaccinée, le retrait du pass sanitaire pour pousser les Français à recevoir la 3e dose est une "possibilité".  "Il n'est pas illogique d'intégrer (la troisième dose) dans le pass sanitaire" pour les personnes de plus de 65 ans, a déclaré Olivier Véran vendredi 22 octobre. Jean Castex, interrogé sur le sujet, a expliqué que la décision était soumise à la HAS et du Conseil scientifique. "Les conditions pour bénéficier du pass sont fixées par la HAS (Haute Autorité de Santé). A la HAS de nous dire si nous devons ou non étendre l'éligibilité du pass à la troisième dose ? L'avis est sollicité" a-t-il lancé en marge d'un déplacement au Vatican lundi 18 octobre.

Ce mardi 26 octobre, l'agence suisse du médicament a donné son autorisation pour une vaccination de rappel contre le Covid-19 pour les personnes vulnérables, avec les deux vaccins à ARN messager de Pfizer/BioNTech et de Moderna. Swissmedic indique que cette "troisième vaccination au minimum six mois après la deuxième dose peut éventuellement maintenir la protection contre le Covid-19 chez les personnes âgées ou les patientes et patients à risque". Cette vaccination de rappel avec Comirnaty (Pfizer/BioNTech) devra se faire à la même dose que les deux premières vaccinations (0,3 ml), tandis qu'une demi-dose doit être administrée (0,25 ml) dans le cas de Spikevax (Moderna).

Le vaccin Moderna exclu du rappel

Par ailleurs, il y a quelques jours, la Haute autorité de Santé a "déconseillé" d'utiliser le vaccin Moderna pour la dose de rappel. Pour justifier cette décision, la HAS s'est appuyée sur une étude scandinave qui devrait paraître dans les prochains jours sur le risque de myocardite pour les personnes de moins de 30 ans. "Les annonces de diverses autorités sanitaires ont mis en lumière les inconnues qui demeurent sur la dose et la population cible pour le rappel par Spikevax (vaccin Moderna, NDLR) et justifient d'attendre que l'instance européenne apporte les précisions attendues dans le cadre de l'autorisation de mise sur le marché en cours d'examen".

Quel impact sur le pass sanitaire ?

Nouveau durcissement du gouvernement dans la campagne de vaccination ? Selon la ministre du Travail Elisabeth Borne interrogée par Europe 1, le retrait du pass sanitaire pourrait être acté en cas de refus de la 3e dose. "C'est quelque chose qu'on regarde mais ce n'est pas décidé aujourd'hui" a-t-elle déclaré vendredi 15 octobre. "On sait que l'immunité baisse fortement au bout de six mois, donc il faut absolument faire cette troisième dose". Début septembre, le ministère de la Santé assurait à L'Info qu'une "personne éligible à une dose de rappel conservera un pass valide en 2/2. Si la personne fait une troisième dose, elle aura un nouveau pass sur lequel il sera marqué 3/3. Mais l'ancien restera valable".

Une troisième dose déjà recommandée pour les immunodéprimées

Depuis le 5 mai, les personnes immunodéprimées doivent recevoir trois doses du vaccins conformément à l'avis du 22 avril 2021 du Conseil d'Orientation de la Stratégie Vaccinale. Pour rappel, il s'agit des personnes : 

  • ayant reçu une transplantation d'organe ou de cellules souches hématopoïétiques
  • sous chimiothérapie lymphopéniante
  • traitées par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima) 
  • dialysées chroniques après avis de leur médecin traitant qui décidera de la nécessité des examens adaptés;
  • au cas par cas, les personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas des catégories susmentionnées ou porteuses d'un déficit immunitaire primitif.
  • (depuis le 18 juin) atteintes de leucémie lymphoïde chronique ou de certains types de lymphomes traités par antiCD20.

Quelle date pour la troisième dose de vaccin Covid ?

Lors d'une interview accordée à RTL, Jean Castex a donné des précisions sur le calendrier de la 3e dose, évoquant un relancement de la campagne dans les Ehpad le 12 et le 13 septembre. Les plus de 65 ans pourront reprendre rendez-vous " dès début septembre ", ajoute le chef du gouvernement, rappelant qu'un délai de 6 mois doit toutefois être respecté entre la deuxième et la troisième dose. Pour le moment, cette 3e dose n'est pas étendue à l'ensemble de la population. Une bonne décision pour Alain Fischer comme il explique dans une interview pour Ouest France. "Nous le réservons aux plus de 65 ans et aux malades chroniques ou aux personnes obèses parce que la protection du vaccin contre les formes graves de la maladie ont tendance à s'estomper chez les plus fragiles passé six mois. Le rappel est justifié pour eux, qui représentent 24 millions de personnes. Si la circulation du virus reste contenue, il n'y a pas de raison à ce stade de prévoir un rappel pour tous. On pourrait le faire rapidement en cas de rebonds, la mémoire immunitaire pouvant être facilement réveillée par un rappel, même très longtemps après le vaccin."

La HAS a en revanche déjà indiqué ce 7 octobre qu'elle recommandait une 3e dose pour les soignants et l'entourage des soignants, une décision actée par le gouvernement.

Pourquoi la 3e dose est recommandée pour le personnel médical ?

Actée, cette 3e dose est nécessaire pour les soignants selon le Monsieur vaccin du gouvernement Alain Fischer "parce qu'ils sont plus exposés que les autres du fait de leur travail, et parce que l'augmentation fantastique des anticorps induite par la troisième dose fait que l'on transmet probablement moins la maladie. Ces deux arguments plaident en faveur du rappel pour eux."

Comment prendre rendez-vous pour la 3e dose de vaccin contre le Covid ?

Comme pour la vaccination actuelle, vous pouvez prendre rendez-vous sur les plateformes dédiées comme Doctolib qui lance la prise de rendez-vous dès le lundi 30 août pour des premières injections prévues le 1er septembre. Vous pouvez également prendre rendez-vous chez votre médecin ou à la pharmacie la plus proche.

Pour les Ehpad, c'est sur une plate-forme spécifique que les structures peuvent, à raison de deux jours par semaine, commander le vaccin. Pour l'organisation, les responsables d'Ehpad estiment qu'il suffit de deux infirmières et quatre auxiliaires de vie, sur deux ou trois jours, pour gérer une centaine de résidents.

Une 3e dose du vaccin Pfizer est-elle efficace ?

Pfizer a dévoilé des résultats très prometteurs de la phase 3 de son essai clinique sur la 3e dose. Selon les conclusions des scientifiques, une 3e dose serait efficace à 95,6% contre les formes symptomatiques de la maladie. "L'essai clinique de phase 3, réalisé sur 10 000 personnes de plus de 16 ans, montre "une efficacité relative de 95,6% et un profil de sûreté favorable", selon un communiqué. "Ces résultats démontrent une fois de plus l'utilité des rappels dans nos efforts pour protéger la population contre cette maladie" a expliqué Albert Bourla, directeur général de Pfizer.

3e dose de vaccin : des effets secondaires à prévoir ? 

Faut-il en avoir peur ? D'après une étude américaine, publiée mardi 28 septembre, les premières études sur les personnes ayant reçu une troisième dose sont plutôt positives à ce jour. "Les doses de rappel sont pour le moment bien tolérées", ont souligné les CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies). Si des effets secondaires ont été détectés, ils restent très similaires à ceux observés lors de la deuxième injection. 

En effet, sur 20.000 personnes observées, 79% ont signalé une douleur localisée, notamment à l'endroit de la piqûre et 74% ont affirmé la présence d'une réaction "systémique", par exemple la fatigue. "La fréquence et le type d'effets secondaires étaient similaires à ceux observés après les deuxièmes doses de vaccins, et ils étaient la plupart du temps légers ou modérés, et de courte durée", a fait remarquer Rochelle Walensky, la directrice des CDC, lors d'une conférence de presse.

Vaccin