Les marques parlent aux lecteurs de Linternaute.com - en savoir plus ?

Que choisir entre taux fixe et taux variable pour son prêt immobilier ?

Que choisir entre taux fixe et taux variable pour son prêt immobilier ? Lorsque l'on achète un bien immobilier, se pose rapidement la question du financement. La solution du crédit bancaire s'impose, mais quelles modalités privilégier ?

Devenir propriétaire représente une étape forte pour de nombreux particuliers qui, une fois leur décision prise d'acheter un bien, envisagent généralement de solliciter un prêt bancaire pour les aider à financer ce projet. Une fois la durée fixée selon les revenus et l'épargne disponibles, deux options s'offrent à eux : les emprunts à taux fixe ou à taux variable. 

Le prêt immobilier à taux fixe

La majorité des Français qui décident d'emprunter pour financer leur acquisition immobilière optent pour un prêt à taux fixe, c'est-à-dire que le taux d'intérêt reste le même tout au long de la durée de vie du crédit. Les mensualités et la durée de remboursement sont ainsi fixées au préalable et demeurent identiques dans le temps. Tous les mois, les emprunteurs remboursent une partie du capital prêté et des intérêts liés au crédit. Parce que l'échéancier est prédéfini, cette solution séduit un grand nombre de nouveaux propriétaires qui y voient une certaine sécurité : l'endettement qu'ils contractent est stable et mesurable. Toutefois, il ne permet pas de bénéficier des éventuelles baisses de taux qui peuvent survenir en cours de prêt et ainsi alléger le coût total du prêt. Sauf à renégocier les modalités de l'emprunt à chaque fois.

Le prêt immobilier à taux révisable

Une autre possibilité s'offre aux emprunteurs : souscrire un crédit à taux variable ou révisable. Comme son nom l'indique, dans cette solution le taux d'intérêts n'est pas fixe : il varie selon un indice de référence – généralement Euribor – qui peut faire varier à la hausse ou à la baisse les mensualités à verser pour rembourser le prêt. L'inconvénient : son coût total ne sera vraiment connu qu'à la fin de l'échéancier. L'avantage : dans un contexte favorable, il peut y avoir d'importantes économies réalisées, soit en remboursant plus rapidement son emprunt, soit en diminuant les mensualités. Mais attention, l'inverse est également possible, autrement dit en cas de hausse des taux, les mensualités ou la durée du prêt peuvent augmenter. Afin de minimiser les risques, il est possible de " caper le taux des prêts  " révisable et de fixer un plafond allant de 1 à 3%, mais aussi de basculer sur un prêt à taux fixe lorsqu'on le décide. Une option qui a bien évidemment un coût dont il faudra tenir compte avant de franchir le pas.

En savoir plus