Pneumonie de Jean-Louis Borloo : beaucoup de questions sur sa maladie

Jean-Louis Borloo, malade, a annoncé par courrier sa démission de toutes ses fonctions politiques. Dans quel état se trouve aujourd'hui le président de l'UDI ? Quelle est l'origine de sa pneumonie ? De nombreuses questions se posent encore sur sa maladie.

[Mis à jour le 7 avril 2014 à 09h18] Jean-Louis Borloo est malade et son état de santé le contraint à se mettre en retrait de la vie politique. Ce dimanche 6 avril 2014, le président de l'Union des démocrates indépendants, nouveau parti de centre-droit qu'il venait de fonder, a écrit à son parti pour annoncer qu'il mettait fin à tous ses mandats et fonctions politiques et qu'il était temps pour l'UDI de trouver un nouveau chef. En convalescence depuis janvier, Jean-Louis Borloo devait faire son retour dans l'arène politique en mai. Mais cette annonce démontre que l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy va plus mal qu'annoncé il y a quelques semaines. "Je n'ai pas toute l'énergie nécessaire pour remplir mes responsabilités" a d'ailleurs lui même déclaré l'intéressé dans son courrier.

Jean-Louis Borloo était l'un des grands absents des élections municipales qui venaient de s'achever une semaine plus tôt. Mais le patron de l'UDI promettait encore il y a une semaine qu'il serait de retour "fin mai", pour un meeting à Valenciennes, en pleine campagne des européennes. C'est au JDD que Borloo s'était confié. Et il avançait que "si les médecins étaient d'accord", il serait de la prochaine campagne électorale. Jean-Louis Borloo précisait alors au Journal du Dimanche qu'il était chez lui et qu'il se reposait. C'est la première fois qu'il donnait ainsi de ses nouvelles, par des intermédiaires, précisait l'hebdomadaire. Il faut croire que son état de santé ne lui permettra pas de tenir son engagement.

Une pneumonie aigüe frontale

C'est en janvier 2014 que l'entourage de Jean-Louis Borloo avait confirmé à l'AFP que le président de l'UDI, nouveau rassemblement du centre, positionné clairement dans l'opposition, avait été hospitalisé pour une "pneumonie aigüe frontale". Un mot qui a immédiatement inquiété et soulevé beaucoup de questions dans les médias et les réseaux sociaux. Jean-Louis Borloo, qui devait assister à l'émission politique de BFMTV le dimanche 26 janvier, avait été contraint d'annuler sa venue en plateau et avait été remplacé par Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture.

Depuis, l'ancien ministre est sorti de l'hôpital, mais il est convalescent. Mardi 18 février, son entourage faisait savoir que Jean-Louis Borloo serait "indisponible jusqu'à l'été", l'entraînant à annuler sa participation à différents rendez-vous médiatiques et politiques. Une absence prolongée qui affaiblit sans doute l'UDI, à l'heure où François Bayrou, qui se rapproche du centre-droit lui aussi, a connu une victoire éclatante lors des municipales à Pau.

Qu'est-ce qu'une "pneumonie aigüe frontale" ? Est-ce grave? La pneumonie est une inflammation des poumons liée à la présence d'un virus ou d'une bactérie, autrement dit un pneumocoque. Elle frappe un à plusieurs lobes pulmonaires et peut frapper un seul comme les deux poumons dans les cas les plus graves. La pneumonie dite "aigüe" est la plus courante mais aussi la plus grave et nécessite généralement une hospitalisation. Le terme "frontale" est en revanche plus flou. On parle plutôt d'une pneumonie "franche" lobaire aiguë (PFLA) quand un lobe entier est frappé de manière homogène.

De quelle maladie souffre exactement Jean-Louis Borloo ? Dans la pratique, la pneumonie se manifeste par des difficultés respiratoires qui peuvent devenir gênantes voire dangereuses. Celles-ci s'accompagnent de fortes douleurs thoraciques, d'une forte toux, de frissons et d'une fièvre parfois élevée (proche des 40°C). Dans les poumons, on constate généralement des sécrétions anormales qui peuvent ou non provoquer des expectorations.

Comment va Jean-Louis Borloo ? Depuis des mois, ses proches sont restés relativement flous sur l'état de santé précis de Jean-Louis Borloo. Une chose est sûre : il était en janvier dans un état grave puisqu'il avait été hospitalisé et que la pneumonie peut être extrêmement dangereuse. La maladie pulmonaire tue en moyenne 16 000 personnes par an en France. Mais avant le courrier du 6 avril, aucune déclaration véritablement alarmante n'était donnée concernant le président de l'UDI. Ses proches se contentaient au départ de parler d'une convalescence qui pourrait durer "plusieurs semaines", puis "jusqu'à l'été".

Jean-Louis Borloo a probablement dû être traité par des antibiotiques et des agents antimicrobiens. La guérison d'une pneumonie est estimée sous 8 à 10 jours dans le meilleur des cas, mais un repos d'un mois est généralement recommandé par la suite. Le traitement chirurgical n'est envisagé qu'en cas de graves complications, notamment d'infections de la plèvre, de présence d'eau dans les poumons ou encore d'abcès.

Quelles sont les causes de la pneumonie ? L'alcool est-il en question ? On pouvait dès le départ le parier : la caricature de buveur invétéré souvent faite de Jean-Louis Borloo et popularisée par les Guignols de l'Info n'a pas manqué de remonter à la surface après son hospitalisation. Une réputation qui n'a pourtant jamais été confirmée dans les faits. L'alcool n'est d'ailleurs que très indirectement lié à la pneumonie en général. Celle-ci est relativement courante, puisque 500 000 cas environ sont recensés chaque année en France. Elle touche en particulier les jeunes enfants, les personnes âgées et les patients immunodéficients (atteints du virus du Sida notamment).
Quant aux causes, elles peuvent être multiples, allant de la simple transmission d'une bactérie aux suites d'une grippe en passant par la présence d'un germe dit "atypique" (de type mycoplasmes). Tabagisme et surtout consommation d'alcool n'arrivent ainsi que dans les "facteurs aggravants", comme dans la majorité des maladies, puisqu'ils diminuent les défenses de l'organisme.

Pneumonie / Jean-Louis Borloo

Dernière minute