Confinement en France : prolongé au-delà du 15 avril, jusqu'à quelle date ?

Confinement en France : prolongé au-delà du 15 avril, jusqu'à quelle date ? CONFINEMENT. Le gouvernement a annoncé que le confinement se prolongerait au-delà du 15 avril, date initialement annoncée, sans pour autant préciser de nouvelle date, ce qu'Emmanuel Macron devrait faire dans les prochains jours.

L'essentiel
  • Prolongement. L'Elysée a annoncé, ce mercredi 8 avril 2020, que les mesures de confinement seront prolongées au-delà du 15 avril, date annoncée après un premier prolongement, sans préciser la durée de ces mesures. La présidence a également précisé que le président Emmanuel Macron s'exprimera lundi prochain.
  • Date de fin. La date de fin du confinement devient une préoccupation majeure. Si la reprise des cours début mai était envisagée, laissant espérer un déconfinement à la même période, l'annulation des épreuves du bac en juin, annoncée par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer  vendredi dernier, va dans le même sens.
  • Des mesures durcies. La France est entrée mardi 7 avril dans sa quatrième semaine de confinement. Dès ce mercredi, les règles se durcissent à Paris : toute activité physique individuelle en extérieur sera interdite entre 10 heures et 19 heures dans les rues de la capitale, selon un communiqué diffusé par la mairie de Paris.
  • Attestation. Dès lundi 6 avril, une attestation de déplacement sur smartphone est par ailleurs disponible pour les dérogations au confinement. Les seuls déplacements autorisés doivent toujours être justifiés par cette attestation de déplacement dérogatoire.
Bien vivre le confinement :
En direct

16:36 - Le port du masque va-t-il devenir obligatoire ?

Depuis des semaines, le gouvernement expliquait que le port du masque n'était pas nécessaire. Désormais, il semblerait que l'exécutif ait revu totalement sa copie et laisse entendre qu'il pourrait être généralisé à l'ensemble de la population, notamment en prévision du déconfinement. Avec la pénurie de masque à laquelle le pays doit faire face depuis le début de la pandémie, nombreuses sont les alternatives à avoir déjà été testées par les Français, qui n'hésitent pas à s'en fabriquer eux-même. A noter que dans certaines villes comme Sceaux ou Bordeaux, le masque a déjà été rendu obligatoire.

16:19 - Les 3 conditions du déconfinement du Conseil scientifique

Le Conseil scientifique créer pour aider le gouvernement dans sa lutte contre le coronavirus, a établi trois critères qui devront être respectés pour envisager une sortie du confinement en France, sortie qui devra selon l'assemblée être progressive, région par région. Ainsi, le gouvernement devra s'assurer :

  1. Que la situation dans les hôpitaux soit maîtrisée et que les services de réanimation ne soient plus saturés. "Les équipes de soignants devront également bénéficier d’une période suffisante pour récupérer de l’effort considérable fourni pendant les semaines qui viennent de s’écouler, et les stocks de matériel, traitements spécifiques à la réanimation, et équipement de protection devront être reconstitués", est-il ajouté.
  2. Que le nombre de cas Covid19 sur le territoire national soit réduit de façon à ce que la détection des nouveaux cas de façon systématique redevienne possible. 
  3. Que les éléments d’une stratégie postconfinement seront opérationnels selon plusieurs critères listés dans l'avis du Conseil scientifique daté du 2 avril, consultable ici.

16:02 - En Mayenne, un masque par habitant

C'est "une première en France à l'échelle d'un département", peut-on lire dans un communiqué de presse diffusé par le département de la Mayenne, dans les Pays de la Loire, mardi 7 avril. "Le Conseil départemental de la Mayenne, présidé par Olivier Richefou, a fait le choix de lancer une commande exceptionnelle pour la fabrication de 300 000 masques en tissu lavable et réutilisables qui pourront être distribués dès le début du mois de mai à l'ensemble de la population mayennaise", est-il expliqué dans le document, qui précise : "La commande a été réalisée auprès de l'entreprise mayennaise TDV Industries sur la base d'un prototype ayant reçu l'agrément de la Direction Générale de l'Armement (DGA)."

15:49 - Un "confinement dans la durée" pour le Conseil scientifique

Le Conseil scientifique, assemblée de dix spécialistes, continue de prodiguer ses conseils pour lutter contre la pandémie de coronavirus en France. Son président, Jean-François Delfraissy a affirmé ce matin sur Franceinfo que "l'élément essentiel et capital", pour lutter contre la propagation du virus, c'"est la poursuite d'un confinement strict sur plusieurs semaines à partir de maintenant."

15:33 - L'inquiétude des violences conjugales

Le confinement peut être dramatique pour les femmes victimes de violences. Le gouvernement craint une explosion des violences conjugales, à l'heure où chacun doit rester chez soi. Depuis le début du confinement, elles auraient augmenté de 36%. "La lutte contre les violences conjugales reste une priorité" assure Christophe Castaner, qui annonce la mise en place d'un système d'alerte dans les pharmacies. Pendant le confinement, le dispositif reste le même :

  • Si vous êtes victime de violence, appelez le 3919 ou, en cas d'urgence, le 17.
  • Par SMS, vous pouvez également écrire au 114.
  • Pour les enfants en danger, appelez le 119.

15:19 - 36% de perte d'activité économique en France à cause du confinement ?

Le confinement et les mesures imposées pour lutter contre le coronavirus entraînent actuellement une perte d'activité économique de "plus d’un tiers du PIB (-36%)" en France, avec des situations très différentes selon les secteurs, a calculé l'Insee dans une sur la situation économique sur le territoire, parue ce jeudi 9 avril et relayée par Franceinfo.

15:01 - Jean-Baptiste Djebbari appelle à la prudence pour les vacances d'été

Le secrétaire d'État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari a appelé sur Franceinfo les Français à la prudence avant d'organiser leurs vacances d'été. "Il y aura un après-coronavirus. Mais pour l'instant (...) je conseille aux Français la plus grande prudence sur la préparation de leurs voyages car la situation aujourd'hui est encore trop incertaine. Bien malin celui qui sait décrire demain l'offre de transport et qui sait décrire exactement le moment où nous allons commencer à déconfiner", a-t-il estimé. De son côté, Elisabeth Borne a ajouté : "le point de vigilance que soulignait Jean-Baptiste Djebbari, c'est qu'aujourd'hui ce n'est pas le moment d'acheter un billet pour partir à l'autre bout de la planète avec toutes les incertitudes qu'on peut avoir sur ce que sera l'état de l'épidémie".

14:42 - 56% des Français ne font pas confiance au gouvernement

Toujours selon le sondage réalisé par l'institut Elabe pour BFMTV, "34% des personnes interrogées font "plutôt confiance", ou 9% "tout à fait confiance" à Emmanuel Macron et à son gouvernement pour gérer la crise sanitaire liée au Covid-19 à laquelle fait face le pays. A contrario, 56% des personnes interrogées ne font pas confiance au gouvernement pour cette gestion de crise. Ils sont 33% à ne pas lui faire vraiment confiance et 23% à ne pas du tout lui faire confiance."

14:21 - La situation à l'international

Faisons un petit point de la situation à l'international. Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson, testé positif au Covid-19, est toujours en soins intensifs, mais son état "s’améliore". L'Espagne, le nombre de décès est reparti à la hausse pour le deuxième jour consécutif, après quatre jours de recul, avec 757 morts en vingt-quatre heures. L’Espagne est déjà le premier pays au monde en nombre de morts du Covid-19 par habitant. Aux Etats-Unis, le bilan de la pandémie continue de grimper en flèche, avec 1 939 décès supplémentaires de vingt-quatre heures, portant le nombre de morts total à 14 695.

14:07 - Pas de pénurie alimentaire, assure le gouvernement

Face aux craintes de nombreux Français, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a réaffirmé qu'il n'y aurait pas de pénurie alimentaire sur le territoire en cette période de confinement. Il a notamment expliqué à la sortie du conseil des ministres que "l'agriculture française continue à produire pour alimenter nos concitoyens" et que "la chaîne alimentaire tient, il n'y aura pas de pénurie en France". Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, a lui ajouté dans la foulée qu'"il n'y aura pas de pénurie alimentaire en France." 

13:51 - Les mesures durcies en Île-de-France

Après la décision prise par la mairie de Paris d'interdire les sorties physiques entre 10 et 19 heures dans les rues de la capitale, c'est quasiment toute l'Île-de-France qui a pris le même chemin de durcissement des règles de confinement. Les Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne ont déjà pris des décisions identiques, rapporte Le Parisien et devraient être suivis par la Seine-Saint-Denis, où les commerces doivent désormais fermer à 20 heures au lieu de 21 heures. Dans le Val-d'Oise, les Yvelines et la Seine-et-Marne, toutes les activités physiques extérieures sont interdites entre 10 et 19 heures, comme à Paris.

13:36 - 67% des Français disent avoir "bon moral"

Alors que la France est entrée hier dans sa quatrième semaine de confinement, il semblerait que la majorité de la population gardent le moral. Selon un sondage réalisé par l'institut Elabe pour BFMTV, ils sont 67% à garder "bon moral" en dépit de la crise sanitaire liée au coronavirus et aux mesures de confinement imposées depuis le 17 mars.

13:18 - Non, on ne désinfecte pas son animal

Les animaux de compagnie peuvent-ils transmettre le coronavirus ? La question fait débat. L'agence sanitaire Anses et l'Organisation de la santé animale (OIE) considèrent que c'est peu probable. Toutefois, en cette période de confinement, certains possesseurs d'amis à quatre pattes en sont visiblement persuadés. Selon France Bleu Pays de Savoie, au retour de balades, l'une des rares sorties autorisées en confinement, des propriétaires d'animaux n'hésitent pas à désinfecter leur bête, notamment avec du gel hydroalcoolique ou même de l'eau de javel, ce qui peut provoquer de graves brûlures. Rappelons que de l'eau et du savon adapté suffisent à nettoyer vos animaux.

12:59 - Raphaël et Mélanie Thierry confinés.. pour le meilleur et pour le pire

Scène de ménage. En période de confinement, certains artistes aident les gens à s'occuper, en livrant quelques morceaux en live sur les réseaux sociaux (voire des concerts entiers depuis leur salon pour certains). C'est ce qu'à fait le chanteur Raphaël, dans sa cuisine, ce qui a visiblement agacé sa femme, Mélanie Thierry. L'amusante séquence est à retrouver juste en dessous :

12:44 - Rappel des déplacements autorisés

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus, les déplacements dits non nécessaires sont interdits "sauf dans les cas suivants" rappelle le site du ministère de la Santé :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité, y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèces, dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.

Le ministère de la Santé rappelle que pour tout déplacement, il faut se munir d'une attestation, remplie et dument signée.

LIRE PLUS

En savoir plus

Jusqu'à quand va durer le confinement en France ?

L'Elysée a annoncé, mercredi 8 avril 2020, que les mesures de confinement seront prolongées au-delà du 15 avril sans préciser la durée du nouveau prolongement. La présidence a également précisé que le président Emmanuel Macron s'exprimera lundi prochain. D'ici cette date, il va "consulter un grand nombre d'acteurs publics et privés, français, européens et internationaux, afin d'échanger avec eux sur les grands enjeux relatifs au Covid-19 et de préparer les décisions qui seront annoncées lundi aux Français", a indiqué l'Elysée. 

Lundi 16 mars 2020, à 20 heures et devant 35 millions de Français, Emmanuel Macron avait annoncé l'entrée en confinement de la France, après avoir réuni un conseil de défense face à la propagation du coronavirus sur le territoire. "Jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix", a commencé le président de la République dans sa seconde allocution solennelle en cinq jours, soulignant que "nul ne peut savoir" combien de temps allait durer la pandémie. Le chef de l'Etat a donc annoncé la mise en place d'un confinement dès le mardi 17 mars à midi et "pour quinze jours au moins".

Depuis, plusieurs représentants du monde médical et le ministre de la Santé Jérôme Salomon lui-même avaient laissé entendre qu'une prolongation du confinement était actée, estimant qu'elle dépendra du respect des consignes et de l'évolution du coronavirus en France. Le 24 mars, le conseil scientifique a livré ses conclusions au gouvernement : pour les experts qui conseillent Emmanuel Macron, le confinement devrait durer "au moins six semaines". Mais après des jours d'hésitation, Edouard Philippe a annoncé la prolongation du confinement pour deux nouvelles semaines, jusqu'au 15 avril.

Quatre semaines de confinement

La France sera donc confinée au-delà du 15 avril. Mardi 24 mars, le gouvernement avait consulté l'avis du Conseil scientifique, qui affirmait qu'il était "indispensable de prolonger le confinement" en France et évoquait une durée totale de "six semaines au moins". Dans son avis, le Conseil scientifique déclarait également que le nombre de tests sur le territoire allait être "augmenté et même démultiplié". Par ailleurs, selon ces spécialistes, les règles du confinement doivent être renforcées. "Le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale. Le confinement doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d'une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas," estimaient les membres du Conseil, ajoutant que "trois semaines (...) sont nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact". Le gouvernement aura donc décidé de se positionner en deça des estimations des spécialistes.

Le confinement pour lutter contre le coronavirus

Mais au fait, à quoi sert le confinement et pourquoi est-il indispensable pour luter contre la propagation du coronavirus sur le territoire ? Limiter ses déplacements et surtout ses interactions sociales, est impératif pour réduire au maximum tout risque de transmission et donc endiguer la progression du coronavirus (Covid-19) en France et dans le monde. Sur le site du gouvernement, il est expliqué que les distances de sécurité sont une mesure indispensable de précaution, car le risque zéro n’existe pas. Rester à proximité de plusieurs personnes possiblement atteintes du COVID-19 pendant un total de 15 minutes s'apparente à la situation de rester 15 minutes en contact étroit avec une seule personne potentiellement atteinte. Il convient donc de respecter des distances de sécurité d’au moins 1 mètre, quelle que soit la durée du contact, afin de limiter tout risque de transmission du virus.

Quelles sont les règles du confinement ?

Ce qui est autorisé durant le confinement :

  • Travail : les personnes pour qui le télétravail est impossible et qui doivent impérativement se rendre sur leur lieu de travail peuvent le faire en remplissant l'attestation de déplacement et en disposant d'un justificatif de leur employeur. Emmanuel Macron a précisé que certaines cartes professionnelles, comme les professions médicales et les cartes de presse, peuvent circuler librement, "au nom de la liberté d'information" (à condition que le déplacement se fasse dans le cadre du travail).
  • Santé : les pharmacies et les cabinets des médecins restent ouvert et font aussi partie des lieux où l'on peut encore se déplacer, mais toujours avec l'attestation. En cas de symptômes du coronavirus en revanche, ne vous rendez ni en pharmacie, ni chez le docteur : appelez votre médecin traitant, par téléphone. N'appelez le 15 qu'en cas de forte fièvre ou de difficulté respiratoire.
  • Sport : pratiquer une activité sportive est possible, à condition que la séance soit courte, à proximité de votre domicile et qu'elle se fasse seul. Les sports collectifs sont donc interdits. Les sorties pour faire du sport (footing, jogging) ou promener ses enfants sont limitées à 1 km du domicile, 1 heure par jour, en une seule fois et "tout seul". Le vélo : les règles à respecter sont valables également pour les cyclistes, invités par leur fédération à se responsabiliser. "Face à l'épidémie de COVID-19, la Fédération Française de Cyclisme demande à tous les cyclistes de faire preuve de responsabilité en évitant toute pratique à l'extérieur durant cette période", peut-on lire sur leur compte Twitter.
  • Courses : se rendre au supermarché est possible, si c'est essentiel et à certaines conditions : avoir rempli et imprimé l'attestation de déplacement, respecter les distances de sécurité et les gestes barrières. Retrouvez la liste des magasins ouverts et fermés à cause du coronavirus, ainsi que les sites sur lesquels il est possible de faire des courses à se faire livrer chez soi.
  • Animaux : sortir son animal de compagnie est autorisé, comme toutes les sorties brèves près du domicile ou du lieu de confinement, toujours à condition de rester seul. Il est également important de noter qu'à priori, les chiens et chats ne peuvent pas être contaminés par le Covid-19.
  • Transports : les transports en commun publics et privés (taxi ou VTC) fonctionnent régulièrement. Toutefois, il est fortement déconseillé de les emprunter. A la RATP, 50% des métros sont encore en circulation et le trafic est normal pour les bus et les tramways, pour permettre notamment au personnel médical d'aller au travail. La SNCF a prévu de diviser par deux son trafic et les TER par trois. Les vols internationaux sont limités. Côté trafic aérien, certains terminaux, comme Orly 2 et deux à Roissy, sont déjà fermés. 
  • Obsèques : selon la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, "à ce stade", les cérémonies funéraires ne sont pas interdites, "mais il  faut que tout le monde soit raisonnable et le fasse dans une configuration qui soit la plus restreinte possible".

Ce qui est interdit durant le confinement : 

  • Vie sociale : les regroupements familiaux ou amicaux sont interdits, il faut limiter les interactions sociales au maximum pour réduire les risques de transmission du virus.
  • Vie scolaire : les écoles, collègues, lycées et universités ont été fermées sur tout le territoire, au moins jusqu'aux vacances de printemps.
  • Sorties et activités : les cinémas, restaurants, bars, boîtes de nuits sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Les parcs et espaces verts à Paris sont également fermés, tout comme à Toulouse, a annoncé la ville sur les réseaux sociaux vendredi 20 mars.
  • Faire du sport à plusieurs : les activités sportives en groupe sont formellement interdites. Les piscines ont également été fermées.
  • Les courses non prioritaires et/ou indispensables sont interdites. 
  • Les concours et examens : tous les concours de l'enseignement supérieur sont reportés. Les examens du permis de conduire (voiture et moto) ou du code ont été annulés.
  • Entraide : Il ne faut pas rendre visite à des personnes vulnérables, notamment les personnes âgées. Cela n'exclut pas de les aider en prenant les précautions nécessaires de distanciation.
  • Se rendre à l'étranger : les "frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées", dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour "les Français actuellement à l'étranger" qui pourront rentrer en France, a annoncé Emmanuel Macron.
    • Cultes : tous les lieux de culte ont été fermés. Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) a appelé à "la fermeture de toutes les mosquées de France" jusqu'à nouvel ordre. Les églises restent ouvertes aux prières individuelles, mais les cérémonies (messes, mariages et baptêmes) ont été suspendues et les sépultures en comité très restreint seulement sont autorisées. Les synagogues pouvaient rester ouvertes selon le décret du 23 mars mais sans rassemblement permis. Le grand rabbin de France Haim Korsia avait indiqué dès le 17 mars la fermeture des synagogues françaises, "sauf exception, notamment en cas de décès".
  • Globalement, tous les déplacements non-indispensables sont interdits.

De nouvelles règles à Paris

"Toute forme de relâchement mettrait donc en péril les efforts collectifs réalisés jusqu’ici", est-il avancé dans le communiqué de presse diffusé par la ville de Paris mardi 7 avril, annonçant l'interdiction de toute activité physique individuelle dans la capitale entre 10 et 19 heures. "La maire de Paris et le préfet de Police rappellent à nouveau que les sorties, même autorisées, doivent être strictement limitées à ce qui est urgent et indispensable, et ne sauraient devenir des motifs de déplacements quotidiens multiples ni conduire à favoriser des regroupements dans l’espace public. Conscients de l’ampleur des efforts demandés et déjà réalisés par tous depuis trois semaines, ils rappellent que chaque sortie évitée est utile à la lutte contre l’épidémie. C’est par la responsabilité, l’auto-régulation et la discipline collective que les Parisiennes et les Parisiens aideront le mieux les personnels soignants dans leur combat auprès des malades", est-il expliqué pour justifier cette mesure.

L'interdiction des sorties sportives la journée ne concerne pas pour autant les autres déplacements autorisés (et justifiés par une attestation de déplacement dérogatoire), "dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile" ou les sorties d'animaux de compagnie, explique Franceinfo qui a pu joindre la mairie.

Vers le port du masque obligatoire ?

C'est l'une des mesure prônée par les scientifiques : rendre le port du masque obligatoire pour éviter toute propagation du coronavirus sur le territoire français. C'est ce qu'à notamment recommandé l'Académie de médecine. Ainsi, en suivant ces conseils, plusieurs villes de France ont pris les devants et imposé, à l'extérieur, à ses habitants de porter un masque. C'est le cas à Sceaux dans les Hauts-de-Seine. "Nous avons considéré qu’il était temps d’obliger nos concitoyens à se protéger la bouche et le nez. S’ils ne le font pas pour eux, qu’ils le fassent pour les autres afin d’éviter le plus possible la projection des postillons des gens qu’ils sont amenés à croiser", explique Philippe Laurent, le maire de la ville, à BFMTV. Il ajoute que les masques artisanaux peuvent également fonctionner, "à défaut d'un masque chirurgical ou d'un masque FFP2".

A noter que les masques ont pour vocation de protéger celui qui le porte en l'empêchant d'inhaler des agents infectieux, mais qu'il n'évite pas pour autant aux individus de se contaminer en se frottant le visage (transmission indirecte). Les masques, y compris chirurgicaux, contribuent à réduire les risques d'exposition au virus. Il évite également en partie les projections de gouttelettes de salive de celui qui le porte et donc les risques de contamination.

Un confinement total peut-il être instauré en France ?

C'est l'une des théories les plus reprises et encouragées par certains médecins et professionnels de santé : la France va-t-elle bientôt devoir entrer en confinement total pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Pour l'heure, le gouvernement semble opposé à l'idée, tout comme le Conseil d'Etat. "Un confinement total pourrait avoir des implications graves pour la santé de la population. Ainsi, le ravitaillement à domicile ne peut être organisé sur l'ensemble du territoire national, compte tenu des moyens dont l'administration dispose, sauf à risquer de graves ruptures d'approvisionnement", ont fait valoir les juges du Conseil d'Etat à l'AFP. Et de renchérir : "En outre, la poursuite de certaines activités essentielles, telles que celle des personnels de santé ou des personnes participant à la production et à la distribution de l'alimentation, implique le maintien d'autres activités dont elles sont tributaires", notamment les transports en commun.

Derniers articles sur le confinement