Hollande : qui peut remplacer Macron, président "hautain" ?, s'interroge-t-il

Hollande : qui peut remplacer Macron, président "hautain" ?, s'interroge-t-il HOLLANDE - Dimanche, en Corrèze, l'ancien président a prononcé un discours politique devant des militants socialistes, dans lequel il a ciblé l'action de son successeur. Tout en glissant quelques sous-entendus sur son avenir personnel.

[Mis à jour le 24 septembre 2018 à 13h07] L'ancien président le dit et le répète à l'envi : il n'a jamais vraiment quitté la vie politique, même si c'est surtout en observateur qu'il agit aujourd'hui dans la vie publique. La publication de son livre, "Les leçons du pouvoir", lui a permis de faire le tour des plateaux de télé et des librairies, avec à la clé un vrai succès d'édition. Mais François Hollande n'a manifestement pas tout dit dans son ouvrage ; il pourrait même, à constater le flux incessant de critiques qu'il professe à l'endroit de son successeur, écrire un second tome. L'ancien locataire de l'Elysée, préfère, pour le moment, livrer dans les médias et en réunions publiques ses commentaires sur l'action d'Emmanuel Macron, avec un ton de plus en plus acerbe, de moins en moins tolérant et modéré.

Dimanche 23 septembre, devant des militants du Parti socialiste, à Tulle, l'ancien président s'est interrogé à haute voix : "Si ce pouvoir-là échoue, et c'est possible, à la fois par les décisions qu'il prend, injustes, par des comportements excessifs, ou par l'absence de résultats. Mais qui ? Qui sera là pour le rendez-vous démocratique ?" Difficile de ne pas déceler dans cette petite phrase des velléités très personnelles. Manifestement, pour François Hollande, l'actuel Premier secrétaire du PS n'est pas en mesure de représenter une alternance crédible. "Qui peut offrir une perspective ? C'est une grande question qui est posée à tous. Alors quand on regarde l'ensemble de la vie politique, comment être rassuré ?", a-t-il poursuivi.

François Hollande est aussi revenu sur la manière dont Emmanuel Macron a fait la leçon au jeune horticulteur au chômage, considérant que sa façon de faire était inappropriée. "Il faut parler à l'individu, à ce qu'il est et pas forcément parler en fonction de ses propres pensées. Il ne faut pas asséner une vérité, il faut aller la rechercher dans son interlocuteur. Et si on parle de l'autre on arrivera à le convaincre, si on parle de soi, on sera hautain et arrogant", a-t-il dit, d'un ton professoral.

Le livre de François Hollande, première attaque en règle

François Hollande, éléments biographiques

François Hollande adhère au PS en 1979. Il est d'abord conseiller de François Mitterrand, puis chargé de mission pour les questions économiques. A partir de 1983, il enchaîne les mandats locaux (en Corrèze en Limousin) et parlementaires. En 1994, il devient notamment premier secrétaire et porte-parole du PS. En tant que député européen, il se dit favorable en 2002 à la Constitution européenne, s'opposant ainsi au numéro 2 du Parti, Laurent Fabius. Dès lors, le PS apparaît divisé aux yeux des français. Lors de l'élection présidentielle de 2007, il choisit de s'effacer au profit de sa compagne Ségolène Royal. En revanche, l'élection présidentielle de 2012 le propulsera au devant de la scène, puisqu'à l'issue de la primaire citoyenne, il a été désigné candidat du PS. 

Le 15 mai 2012, François Hollande devient le 24e Président de la République. Il obtient 28,63% des voix au premier tour puis 51,64% des suffrages face au président sortant Nicolas Sarkozy. Il nomme pour premier ministre Jean-Marc Ayrault. La cote de popularité du président baisse au fil des mois, passant sous la barre des 20% en janvier 2014. Lors du remaniement annoncé après la défaite du parti socialiste aux élections municipales de la même année, François Hollande décide d’élire Manuel Valls à la tête du nouveau gouvernement.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google