Michaël Dos Santos : naturalisé français, fan de Twitter, et jihadiste

Michaël Dos Santos : naturalisé français, fan de Twitter, et jihadiste Parti rejoindre les jihadistes de l'IE en 2013, Michaël Dos Santos est un Français de 22 ans, radicalisé il y a quelques années. Très actif sur Twitter, il fait de la propagande salafiste 2.0.

Maxime Hauchard n'est pas le seul Français parti en Syrie pour faire le jihad au sein du groupe terroriste fanatique Daesh. Michaël Dos Santos a lui aussi été formellement identifié comme l'un des membres de l'EI. Ce Français de 22 ans d'origine portugaise, naturalisé en 2009, a grandi à Roubaix, selon Europe 1, mais 20 Minutes précise que "la mairie de Champigny assure que Mickaël Dos Santos est né à Champigny et non à Roubaix". Le jeune homme s'est radicalisé il y a quelques années, puis est parti pour la Syrie en août 2013 selon les services de renseignements.

Mickaël Dos Santos a changé de patronyme pour se faire appeler Abou Othman. L'homme est depuis plus d'un an bien connu de la justice, un mandat d'arrêt a été déposé contre lui dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en octobre 2013, peu après son départ. Il était alors visé par une enquête sur le démantèlement d'une filière de jihadistes venant de la France à destination de la Syrie. Mickaël Dos Santos multiplie depuis des semaines les messages de menace à l'égard de la France et des "infidèles". Une vidéo où il apparait décapitant des Syriens a été mise en ligne par les forces de Daesh, de plus en plus à l'aise avec Internet et les réseaux sociaux. Le jeune Français est d'ailleurs un grand amateur de Twitter, sur lequel il a posté près de 200 messages pour faire la propagande des idées salafistes. Mardi 18 novembre, alors que son identité était rendue publique dans les médias, il publiait une vidéo appelant à rencontrer Allah. Sur son compte Twitter, le jihadiste poste de nombreuses photos de personnes décapitées et appelle à s'en prendre aux Kurdes combattant le jihad dans le nord de la Syrie.

Article le plus lu - Aïd el-Kébir : les larmes de Brigitte Bardot › Voir les actualités

Annonces Google