Le réchauffement climatique accroît les maladies infectieuses transmises par les tiques

 

L'équipe de Didier Raoult, au sein de l'Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (CNRS / IRD / Université de la Méditerranée), vient de mettre en évidence le rôle du réchauffement climatique dans l'augmentation des maladies transmises à l'homme par les tiques. Les résultats de ces travaux sont publiés, aujourd'hui, sur le site de la revue PLoS Neglected Tropical Deseases.
Les chercheurs ont travaillé sur deux groupes de tiques : un était soumis à une température ambiante de 40°C pendant 24 heures, l'autre à une température de 25°C.. Mis en contact avec l'homme, les tiques du premier groupe piquaient bien plus que ceux du deuxième. Une corrélation température/piqûre est bien montrée.
Ces résultats expliquent pourquoi pendant les étés de 2000 à 2005, le nombre d'infection aux rickettsies, bactéries véhiculées par les tiques, avait augmenté sensiblement. La fièvre boutonneuse est la maladie la plus répandue.

Article le plus lu : Maëlys : de nouveaux secrets sur le suspect : voir les actualités

Autour du même sujet