La Réserve Transfrontalière du W

Le parc du « W » est le dernier grand réservoir de faune d’Afrique de l’Ouest. A seulement 5h de vol de Paris, il ne dévoile malheureusement ses richesses qu’aux initiés… L’instabilité voisine du Mali a fini de dissuader les derniers touristes. Nul doute que l’effort entrepris par Escursia pour offrir aux amoureux de l’Afrique un safari authentique au plus près de la biodiversité trouvera un écho plus que favorable !

La réserve transfrontalière de biosphère du W est classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Cette réserve appartient au complexe d’aires protégées du WAP (pour « W », Arly et Pendjari). Elle s’étend du Burkina Faso au Bénin en passant par le Niger. L’immensité de ces territoires est en cohérence avec la faune sauvage qu’ils abritent (éléphants, buffles, lions…). Depuis de nombreuses années des efforts significatifs ont été fait pour assurer un développement rationnel du tourisme dans cette région et promouvoir la construction d’infrastructures afin de rendre accessible ce patrimoine naturel. Force est de constaté que les opérateurs locaux ont énormément investi mais n’ont pas eu le retour attendu en raison de l’instabilité des pays voisins (Mali notamment). Pourtant gardant courage, l’ensemble des structures restent aujourd’hui opérationnelles et de bonne qualité pour l’accueil des visiteurs.



Mais alors comment découvrir ce patrimoine naturel unique en Afrique francophone ? Mission quasi impossible sans le recourt à une agence professionnel et à ceux qui maîtrise parfaitement la brousse du « W ». C’est en effet par le Burkina Faso que la Réserve du W se visite aujourd’hui. Plus qu’un Safari, il s’agit d’une vrai expédition africaine qu’il vous sera permis de vivre mais avec tout le confort et le savoir-faire de votre guide ! En effet, le « W » se mérite car sa zone la plus intéressante reste les 220000ha de la composante nigérienne du Parc nécessitant la traversée du million d’hectares de l’aire protégée. Là, les méandres du fleuve Niger dessinent la lettre « W » et abreuvent la savane d’une eau providentielle. Au troisième plus grand fleuve d’Afrique s’ajoutent les rivières Tapoa et Mekrou, véritable épine dorsale de l’Aire Protégée. Cette eau en quantité assure une densité de grands herbivores remarquable, représentatifs de la plus part des espèces du continent. Ainsi les troupeaux d’éléphants, chassés du Bénin par les braconniers nigérians, trouvent refuge sur les berges du fleuve et offrent un spectacle de toute beauté à l’heure du bain. Ils côtoient les cobs, guibs, hippotragues, bubales et damalisque. L’eau, associée aux herbivores, permet aux prédateurs d’êtres bien présents. Bien que difficile à observer, les lions sont ainsi présent en nombre significatif.


Puisque vous abordez le W par sa porte Sud-Ouest il vous faut remonter vers le Nord en direction du point triple (convergence des trois pays). Votre avantage, l’accompagnement par le Dr. Christian Noirard, qui travaille dans le Parc depuis plus de douze ans dans le cadre du suivi et de la gestion des grands mammifères (hippopotames notamment). En effet impossible en une journée de rallier un lodge ou hôtel de la Tapoa au Nord. Bivouac en brousse ! Dans la pure tradition des safaris africains, sous la tente à côté du feu de camp, un moment inoubliable au cœur de l’Afrique sauvage.  Car un tel voyage ne peut être que contemplatif, il doit également être participatif. C’est pourquoi en compagnie de votre guide et des pisteurs chaque journée sera un nouvel apprentissage : Choix du site de Camp, Approche, Pistage, Observation, Navigation… Bien plus encore, vous accompagnerez le scientifique dans ses programmes de conservation en cours qui portent sur les hippopotames et les crocodiles. Une chance unique de décrypter les travaux d’un chercheur sur le terrain et de mieux comprendre les implications de la science dans la gestion et la conservation des espèces sauvages.

Annonces Google