Mis à jour le 

Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

Un voyage à : Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon sur nos forums
La ville de Dijon se caractérise par un nombre important d'édifices religieux, et la cathédrale Saint-Bénigne, ancienne église abbatiale, en est la pièce majeure.

L'histoire de la cathédrale
L'édification de la première église sur la sépulture de Saint-Bénigne date de 535, la création du monastère datant, elle, de 871. Un siècle plus tard, l'abbé de Cluny Maïeul constate le délabrement de l'église et des travaux, menés par Guillaume de Volpanio, sont entrepris. Une grande basilique, consacrée en 1018, est érigée et complétée par une rotonde à trois niveaux.

Malheureusement, l'ouvrage s'effondre en 1271 et l'actuelle église gothique est construite contre la rotonde.

A la Révolution, cette dernière est malmenée, et en 1793, il ne reste de l'ensemble que l'étage souterrain.

En 1843, elle est restaurée et sa partie souterraine dégagée. La rotonde est aujourd'hui considérée comme une merveille de l'art roman.

Des lignes sobres et sévères
La cathédrale Saint-Bénigne se caractérise par des lignes sobres et sévères. Les deux tours hexagonales ornées de tourelles parviennent difficilement à faire oublier l'austérité de la façade.

Sous le porche, coiffé d'une voûte à doubleaux, ogives et formerets, on distingue l'encadrement de l'ancien portail roman du XIIe siècle.

Le tympan, provenant de l'ancienne église Saint-Etienne, symbolise Jésus chassant les marchands du temple et la lapidation de Saint-Etienne.

Le chevet de la cathédrale présente plus d'intérêt même si, faute de place, de nombreux arcs-boutants ont été troqués contre des contreforts beaucoup moins délicats.

L'originalité réside surtout dans le toit multicolore typiquement bourguignon et dans la flèche de 93 m de haut de style flamboyant venant dominer la croisée du transept.

Un intérieur tout aussi austère
Suivant la règle monastique, l'intérieur présente également des lignes très sobres. Les ensembles décoratifs se font discrets, les chapiteaux de la nef étant par exemple dépourvus de sculptures. Remarquez également la simplicité des arcades du triforium, légèrement moulurées.

Le chœur n'est constitué que de deux travées et se démarque du reste de l'édifice par la pierre ocre qui le constitue, différente de celle utilisée pour le reste de la construction.

On retrouve des œuvres d'art provenant d'autres églises de Dijon car Saint-Bénigne fut dépouillée des siennes à la Révolution. Ainsi, les sculptures, les pierres tombales et surtout les orgues de Charles et Robert Riepp datant de 1743 apportent un peu de légèreté et de charme.

La crypte
La crypte est constituée de l'étage inférieur de la rotonde. En descendant, le visiteur découvre les restes d'un sarcophage datant du IIe siècle et attribué à Saint-Bénigne. Il faut savoir qu'à l'époque la construction d'une rotonde était destinée à abriter le tombeau d'un illustre personnage.

En face, trois couronnes délimitées par des piliers constituent le cœur de la rotonde. Autrefois, le cercle central s'élevait sur trois niveaux afin de laisser passer la lumière dans la crypte. On peut noter quelques chapiteaux, mais ceux-ci ne sont pas tous d'origine.

Enfin, vous pénétrez dans une ancienne chapelle funéraire, située à l'origine au niveau du sol mais qui fut au fil du temps enterrée par les remblais.

Horaires de la crypte : de Pâques à novembre, de 9h à 18h, et le reste de l'année, de 9h à 17h30. Attention, il arrive qu'elle soit fermée entre 12h et 14h.

Partir à : Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

Carte Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

Latitude : 47.32 - Longitude : 5.03

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à DIJON ou à proximité, mais aussi le classement des lycées en Côte-D'Or.

Magazine