Krisztina Rady : ce que l'on sait de sa mort, pourquoi Bertrand Cantat veut parler

Krisztina Rady : ce que l'on sait de sa mort, pourquoi Bertrand Cantat veut parler KRISZTINA RADY - Huit ans après la mort de Krisztina Rady, Bertrand Cantat est accusé d'être indirectement responsable du décès de son ex-femme.

[Mis à jour le 4 juin 2018 à 13h10] Krisztina Rady a été l'épouse de Bertrand Cantat durant cinq ans, de 1997 à 2002, avant que le chanteur ne rencontre Marie Trintignant. En 2003, cette dernière est morte sous les coups de l'artiste, qui passera alors quatre années en prison. Face aux caméras et à la justice, Krisztina Rady a toujours défendu Bertrand Cantat et était notamment en première ligne lors de son procès en Lituanie. Alors qu'il n'avait purgé que la moitié de sa peine, le chanteur a été libéré en 2007 et le couple Krisztina Rady - Bertrand Cantat s'était reformé. Krisztina Rady se suicidera quelques années plus tard, le 10 janvier 2010, à Bordeaux, au domicile qu'elle partageait avec le chanteur, laissant une lettre d'adieu toujours restée secrète.

En 2010, c'est Milo, le fils de Krisztina Rady et Bertrand Cantat, 12 ans au moment des faits, qui avait découvert sa mère pendue dans sa chambre. À l'époque, Bertrand Cantat avait été vite mis hors de cause. Mais cette affaire prend un nouveau tournent huit ans plus tard. Selon les informations du JDD, la justice va rouvrir l'enquête sur la mort de Krisztina Rady. "Ce nouveau rebondissement est lié aux soupçons de comportement violent à l'encontre de sa femme", peut-on lire dans les colonnes de l'hebdomadaire. C'est Yael Mellul, aujourd'hui présidente d'une association féministe et qui fut l'avocate du dernier compagnon de Krisztina Rady, qui soupçonne Bertrand Cantat d'être indirectement responsable de la mort de son ex-femme. Elle a déclaré au JDD avoir été entendue par la police le 23 mai. "À l'issue de l'audition, les enquêteurs m'ont proposé de déposer plainte, ce que j'ai fait, contre Bertrand Cantat, pour 'violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner'". Selon le JDD, Yael Mellul avait déjà "dénoncé en janvier au parquet de Bordeaux le rôle qu'auraient joué les violences physiques et les pressions psychologiques de Bertrand Cantat dans le suicide de son épouse".

L'enquête rouverte pour "vérifier des éléments"

Ouest France rapporte de son côté que la procureure de la République de Bordeaux, Marie-Madeleine Alliot, a affirmé ce lundi que l'enquête avait été rouverte sur le suicide de Krisztina Rady, pour vérifier "des éléments" transmis par la présidente d'une association féministe, Yael Mellul. "J'ai reçu une plainte de la part de la présidente de l'association Femme et Libre [Yael Mellul]. Il y a des éléments qu'il va falloir vérifier mais ça ne devrait pas remettre en question la première enquête qui a déjà eu lieu et qui avait donné lieu à un classement sans suite pour absence d'infraction" a expliqué la procureure dans un communiqué à l'AFP.

En ce qui concerne les éléments que la procureur devrait vérifier, il se pourrait bien qu'il y est l'enregistrement que Yael Mellul a évoqué sur RMC. L'ancienne avocate a déclaré que Krisztina Rády aurait laissé "un long message de sept minutes" sur le répondeur de ses parents "six mois avant de se pendre". Elle déclare notamment que Krisztina Rády était "une femme totalement désespérée, détruite psychiquement qui raconte de manière extrêmement claire et explicite les violences qu'elle subit de la part de Bertrand Cantat" dans le message vocal. "Elle dit très clairement que Bertrand Cantat est un fou, elle dit qu'elle a failli perdre une dent. Elle dit qu'elle laisse la preuve au cas où il se passerait quelque chose et qu'elle est certaine qu'elle disparaîtra" relate également Yael Mellul.

L'avocat de Bertrand Cantat, Me Antonin Lévy, a déclaré dimanche que le chanteur demandait lui-même, depuis longtemps, à être entendu par la justice concernant cette nouvelle plainte contre lui et au sujet de la réouverture de l'enquête sur le suicide de Krisztina Rady, dans le but de démontrer qu'il n'est en rien liée à la mort de son ex-compagne. "Bertrand Cantat demande depuis des semaines à être enfin entendu. Cette énième plainte est fondée sur des mensonges et sera classée sans suite, comme toutes les précédentes", a réagi Antonin Lévy.

"Beaucoup de gens savaient que Krisztina Rady était battue"

Si Krisztina Rady avait toujours défendu Bertrand Cantat, le décrivant comme un mari et un père aimant, qui n'avait "jamais levé la main sur quiconque", cette version avait été mise à mal par une enquête du Point en novembre 2017. Le magazine avait recueilli le témoignage d'une personne se présentant comme un membre de Noir Désir (resté anonyme) qui avait affirmé que "beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Krisztina avait été battue avant l'affaire Vilnius [affaire Marie Trintignant], mais ils se sont tus". Si la femme de 41 ans n'avait rien dit à ce sujet, c'était, selon la source, parce qu'"elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent". Car Bertrand Cantat aurait selon lui bel et bien frappé Krisztina Rady avant l'affaire Trintignant.

Deux ans après s'être remis en couple avec Bertrand Cantat, Krisztina Rady avait rencontré un autre homme, François Saubadu. Le Point s'était procuré un mail envoyé par Krisztina Rady à son nouveau compagnon, dont des extraits avaient été publiés. L'actrice se confiait et se disait alors "à bout de forces". "Bertrand est extrêmement jaloux de toi", aurait écrit Kristina Rady qui aurait évoqué dans ce document les "coups de colère" d'un Cantat qui "vérifi[ait] tout" et chez qui "chaque mot [pouvait] faire éclater une dispute". La conclusion du message était terrifiante, toujours selon Le Point : "S'il apprend quoi que ce soit, ce sera la fin de mon histoire ici-bas [...]. S'il apprend que tu connais mon numéro, c'est fini pour moi".

En 2013, l'affaire avait déjà refait surface

L'affaire Krisztina Rady avait déjà refait surface il y a cinq ans. A l'été 2013, Bertrand Cantat avait déjà été soupçonné d'être indirectement responsable de la mort de son ex-femme. Une procédure avait été ouverte sur la base des déclarations du dernier compagnon de Krisztina Rady, mais aussi d'un message téléphonique de Krisztina à ses parents. Des violences physiques et psychologiques avaient été plusieurs fois évoquées. "Chaque proche se demande ce qu'il n'a pas vu, pas fait ou fait", avait affirmé l'intéressé au sujet de ce suicide dans une interview aux Inrockuptibles à l'époque. Mais il avait aussi évoqué des "raccourcis" et des "accusations délirantes" sur cette affaire.

Article le plus lu - Une policière qui portait le malaise des flics se suicide › Voir les actualités

Annonces Google