Gouvernement Borne : de nouveaux ministres bientôt intégrés ?

"Gouvernement Borne : de nouveaux ministres bientôt intégrés ?"

Gouvernement Borne : de nouveaux ministres bientôt intégrés ? GOUVERNEMENT. La Première ministre et son gouvernement devront bientôt remettre leur démission pour laisser la place à une nouvelle équipe. Un gouvernement Borne 2 sera-t-il nommé ? Qui seront les ministres ?

[Mis à jour le 24 juin 2022 à 14h01] Le gouvernement Borne joue les prolongations. Alors que la tradition républicaine veut qu'une nouvelle équipe ministérielle soit nommée dans la foulée des législatives, Emmanuel Macron rompt avec la coutume. Serait-ce parce qu'il réfléchit encore à la composition du futur gouvernement ? Le rapport de force à l'Assemblée nationale avec une forte opposition suggère des changements significatifs au sein de l'exécutif. Le chef de l'État a même proposé la constitution d'un "gouvernement d'union nationale" mais l'idée a immédiatement été rejetée par tous les partis, de la gauche radicale à l'extrême droite. L'idée de voir nommer un gouvernement avec une nouvelle couleur politique n'est toutefois pas exclue car l'heure est toujours à la recherche d'accords avec l'opposition. L'autre point déterminant du visage du futur gouvernement est la reconduction ou non du Premier ministre. Le mystère reste entier autour d'Elisabeth Borne qui pour l'heure est toujours au travail avec ses ministres et les parlementaires.

Que la Première ministre soit reconduite ou non, il faut s'attendre à du changement au gouvernement : trois ministres sont déjà sûres de quitter leurs fonctions après leur défaire aux législatives et une quatrième pourrait également devoir renoncer à son rôle au sein de l'exécutif : Yaël-Braun Pivet, candidate à la présidence de l'Assemblée nationale. Il ne faut pas non plus exclure un jeu de chaises musicales entre les ministres en place et de nouveaux entrants.

Y aura-t-il un gouvernement Borne 2 ?

Le gouvernement Borne 1 a été nommé il y a à peine plus d'un mois et le prochain remaniement pourrait donner naissance au deuxième gouvernement d'Elisabeth Borne. Pour cela, une seule condition suffit : la Première ministre doit être de nouveau nommée à Matignon. L'hypothèse n'est plus aussi solide après le coup porté à la majorité présidentielle aux législatives et les critiques à répétition lancées à l'encontre de la cheffe du gouvernement. L'opposition plaide pour un renouvellement du Premier ministre et elle espère voir son voeux s'exaucer grâce au vote de confiance de l'Assemblée nationale après le discours de politique générale d'Elisabeth Borne. Un vote qui s'il n'a pas lieu sera remplacé par la motion de censure promise par la France insoumise.

Emmanuel Macron hésiterait lui-même à renouveler sa confiance à la cheffe du gouvernement selon certaines sources proches de l'exécutif. Il a d'ailleurs loupé une première occasion de le faire lorsqu'il a refusé la démission de courtoisie d'Elisabeth Borne le 21 juin. Il aurait pu, comme en 2017, accepter la lettre et renommer la Première ministre à Matignon dans la foulée. Le nom du futur gouvernement est donc encore un mystère, sera-t-il Borne 2 ou éponyme d'une autre personnalité politique ?

Quand sera nommé le prochain gouvernement ?

Silence radio de l'exécutif et du chef de l'État sur la date du prochain remaniement et donc de la nomination du futur gouvernement. Emmanuel Macron a même éludé le sujet lors de son discours du 22 juin. Mais le gouvernement à venir ne pourra être connu qu'après la nomination du Premier ministre et donc après la démission d'Elisabeth Borne. Les récentes déclarations de sources proches de l'exécutif et l'agenda international d'Emmanuel Macron, qui enchaine trois sommets internationaux entre le 23 et le 30 juin, pourrait reporter la démission d'Elisabeth Borne à la fin de la semaine prochaine et donc la nomination du futur gouvernement à la semaine du 4 juillet au plus tôt. Mais il ne faut pas trop compter sur ce scénario car le 5 juillet se tiendra la première séance de l'Assemblée avec peut-être le discours de politique générale d'Elisabeth Borne - aucune date n'a été fixée par le gouvernement - et éventuellement le vote d'une motion de censure. Il se pourrait que le gouvernement ne soit formé qu'après. Reste à espérer qu'il sera nommé dans la première quinzaine de juillet.

Quels ministres vont quitter le gouvernement ?

Si la date de la nomination du futur gouvernement n'est pas fixée, l'on connaît déjà certains des changements qui seront opérés. Trois actuelles ministres seront absentes du prochain gouvernement : Brigitte Bourguignon, ministre de la Santé, Justine Bénin, secrétaire d'État chargée de la Mer et Amélie de Montchalin, ministre de Transition écologique et de la Cohésion. En remplaçant cette dernière, l'exécutif devra choisir qui deviendra la sixième tête du gouvernement. Toutes les trois savent qu'elles devront d'ici peu donner leur démission à cause de leur défaite dans leur circonscription lors des élections législatives.

Le gouvernement devrait également se passer de la ministre des Outre-mer, Yaël Braun-Pivet. La ministre a été réélue en tant que députée et est depuis le 22 juin la candidate officielle de la majorité présidentielle à la présidence de l'Assemblée nationale. Or, la marcheuse devra faire un choix entre le Perchoir et l'Outre-mer, une décision qui semble déjà prise. Ce sont donc quatre ministres qui s'apprêtent à quitter le gouvernement, qui plus est quatre femmes un détail qui sera certainement pris en compte lors de la composition du prochain gouvernement pour respecter ou se rapprocher de la parité. D'autres départs et remplacements pourraient être annoncés lors de la nomination du gouvernement mais pour l'heure impossible de prédire lesquels.

Le gouvernement Borne maintenu après les législatives, pourquoi ?

C'est inhabituel mais le gouvernement Borne est bien maintenu après les élections législatives là où lors des précédents quinquennats l'exécutif changeait de visage, même à la marge, dans les jours suivant le scrutin. C'est la démission du Premier ministre et l'acceptation de celle-ci par le chef de l'Etat qui entame le processus de renouvellement du gouvernement or le 21 juin, Emmanuel Macron a refusé la démission de courtoisie d'Elisabeth Borne. Et jusqu'à ce que la locataire de Matignon remette une nouvelle démission, son gouvernement restera en place.

Reste à comprendre pourquoi Emmanuel Macron a décidé de reporter la démission et donc la nomination du gouvernement. Selon les confidences de proches d'Elisabeth Borne au Monde, "la première ministre a plaidé pour rester afin d'avoir les outils pour faire face à la situation et aux urgences des Français, ce qu'on ne pouvait pas faire avec un gouvernement démissionnaire et en gestion des affaires courantes". Le chef de l'Etat se serait rangé du même avis comme en témoigne la justification de l'Élysée à l'AFP qui explique que la démission a été refusée "afin que le gouvernement puisse demeurer à la tâche et agir en ces jours". Le calendrier politique et l'agenda du chef de l'Etat expliqueraient aussi le maintien du gouvernement Borne puisqu'"il y a beaucoup de décrets à prendre dans les jours à venir" et qu'Emmanuel Macron s'absente plus d'une semaine pour assister à des sommets internationaux. Or, en l'absence d'Emmanuel Macron, la France ne peux pas rester sans Premier ministre et sans gouvernement ce qui aurait été le cas s'il avait accepté la démission d'Elisabeth Borne, a expliqué un conseiller au Parisien.

Quelle est la composition du gouvernement Borne ?

Le gouvernement Borne a été nommé le 20 mai 2022, quatre semaines après la réélection d'Emmanuel Macron a la présidence et seulement un mois avant les élections législatives dont les résultats augurent souvent des changements dans la composition du gouvernement. Le scrutin législatif est depuis passé et si des changements auront bien lieu comme le remplacement de la ministre de la Transition écologique, de la ministre de la Santé et de la secrétaire d'Etat chargée de la Mer, pour l'heure aucun n'a été officialisé. Retrouvez en suivant la liste complète des ministres nommés au gouvernement Borne.

La liste des ministres :

  • ministre de l'Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique : Bruno Le Maire
  • ministre de l'Intérieur : Gérald Darmanin
  • ministre de l'Europe et des Affaires étrangères : Catherine Colonna
  • garde des Sceaux, ministre de la Justice : Eric Dupond-Moretti
  • ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires : Amélie de Montchalin
  • ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse : Pap Ndiaye
  • ministre des Armées : Sébastien Lecornu
  • ministre de la Santé : Brigitte Bourguignon
  • ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion : Olivier Dussopt
  • ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées : Damien Abad
  • ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche : Sylvie Retailleau
  • ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau
  • ministre de la Transformation et de la Fonction publiques : Stanislas Guerini
  • ministre des Outre-mer : Yaël Braun-Pivet 
  • ministre de la Culture : Rima Abdul Malak
  • ministre de la Transition énergétique : Agnès Pannier-Runacher
  • ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques : Amélie Oudéa-Castéra

La liste des ministres délégués : 

  • ministre chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique : Olivier Véran
  • ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Egalité des chances : Isabelle Rome
  • ministre des Comptes publics : Gabriel Attal
  • ministre chargé des Collectivités territoriales : Christophe Béchu
  • ministre chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité : Franck Riester
  • ministre chargé de l'Europe : Clément Beaune

Liste des secrétaires d'Etat : 

  • secrétaire d'Etat, porte-parole du Gouvernement : Olivia Grégoire
  • secrétaire d'Etat, chargée de l'Enfance : Charlotte Caubel
  • secrétaire d'Etat, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux : Chrysoula Zacharopoulou
  • secrétaire d'Etat, chargée de la Mer : Justine Bénin