Johnny Depp : l'acteur sera-t-il dans Pirates des Caraïbes 6 ?

Johnny Depp : l'acteur sera-t-il dans Pirates des Caraïbes 6 ? JOHNNY DEPP - Après l'annulation de la date de sortie de son prochain film, City Of Lies, Johnny Depp pourra-t-il jouer dans un prochain Pirates des Caraïbes ?

[Mis à jour le 9 août 2018 à 14h25] Malgré une popularité en baisse, la saga Pirates des Caraïbes pourrait revenir avec un sixième volet. D'après le site Geeks Worldwide, les scénaristes des précédents volets Ted Elliott, Terry Rossio et Jeff Nathanson travailleraient sur le script. Joachim Rønning, qui a réalisé le dernier film, pourrait à nouveau être derrière la caméra. Mais la tête d'affiche, Johnny Depp, qui incarne Jack Sparrow, sera-t-elle pour autant présente ? Pour le moment, aucune annonce n'a été faite même si le producteur des films de la saga, Jerry Bruckheimer, s'est exprimé dans DigitalSpy "Le secret de toute franchise est de choisir des personnes talentueuses, et Johnny est la clef du succès des Pirates des Caraïbes. C'est un personnage unique, il est tellement attachant et tellement irrévérencieux en même temps", confiait-il.

L'acteur vit en effet une période tourmentée marquée par le report de la sortie du film "City of Lies" prévue initialement à la rentrée.  Alors que le film devait sortir au cinéma le 7 septembre 2018, son distributeur Global Road Entertainment a retiré le film du calendrier des sorties, sans annoncer de nouvelle date. Ce retrait a été confirmé sur Entertainment Weekly mais aucun commentaire n'a été fait. Cette annonce intervient toutefois à l'issue d'un tournage tendu. Johnny Depp devait jouer dans ce film le rôle d'un détective enquêtant sur la mort du rappeur Notorious Big. Comme le rappelle de nombreux journaux ce mardi à l'annonce du report de "City of Lies", Johnny Depp a été accusé de violences sur une personne de l'équipe du film lors du tournage en avril 2017. Ce dernier, régisseur, assure avoir été frappé à deux reprises au niveau du torse "avec force et colère".

Selon Entertainment Weekly, le régisseur, Greg Brooks, a intenté un procès en juillet 2018, accusant également le réalisateur Brad Furman et les producteurs du film. Selon lui, il aurait été licencié parce qu'il avait refusé de ne pas poursuivre l'acteur en justice. Le Hollywood Reporter, qui rapporte l'affaire aux États-Unis, explique que la plainte comprend une mention sur Johnny Depp. Selon le plaignant, l'acteur sentait l'alcool et semblait ivre. Johnny Depp lui aurait aussi crié : "Je te donne 100 000 dollars si tu me frappes au visage maintenant". Le lendemain, la production aurait demandé à Brooks de signer un accord stipulant qu'il ne porterait pas plainte suite à cet incident. Suite à son refus d'obtempérer, Brooks aurait été licencié dans la foulée. C'est du moins la version qu'il souhaite présenter à la justice américaine. Johnny Depp comme les producteurs du film n'ont pas fait de commentaires à ce sujet.

Un état de santé inquiétant et une situation financière qui interroge

L'acteur a également récemment trouvé un accord avec The Management Group, société qu'il a poursuivi en justice, accusant ses anciens managers d'avoir très mal géré sa colossale fortune. "Johnny Depp est heureux d'être parvenu à un accord avec The Management Group. Cette plainte et l'accord qui en découle démontrent une nouvelle fois que Johnny est déterminé à prendre des mesures fermes pour protéger sa réputation personnelle et artistique dans l'intérêt de sa famille et de sa carrière", expliquait le communiqué annonçant la signature d'un accord.

Celui-ci ne dissipe pas les doutes sur l'état de santé et les finances de Johnny Depp, surtout depuis la publication, le 21 juin dernier, d'un portrait sans concession du magazine américain Rolling Stone. Dans celui-ci, l'acteur se livre comme il ne l'avait jamais fait auparavant et revient notamment sur son addiction à la drogue et sur les dépenses qu'il peut effectuer au quotidien. Selon le magazine, la star de Pirates des Caraïbes et de Charlie et la Chocolaterie ne soit pas loin d'être ruinée, devant tourner dans de nombreux films afin de rester à flot. Dans son portrait, le journaliste Stephen Rodrick n'épargne pas le comédien et compare même le train de vie de Johnny Depp aux "derniers jours d'Elvis Presley". Dans ce portrait, il n'hésite d'ailleurs pas à indiquer que l'acteur est porté sur la boisson et qu'il est à la fois "charmant et flippant". Ce papier de Rolling Stone est aussi l'occasion d'apprendre que l'argent est l'un des principaux problèmes de Johnny Depp, qui affirme s'être fait voler sur ses comptes en banque par sa famille, alors qu'il aurait dépensé à l'époque des faits deux millions de dollars par mois. "Il n'y a personne autour de lui qui n'est pas payé" explique Stephen Rodrick.

La drogue est aussi évoquée dans ce portrait de Johnny Depp par Rolling Stone. Il évoque le décès du comédien River Phoenix, en affirmant à demi-mot lui avoir procuré la drogue qui a causé son overdose. "Imaginez vivre avec ça", lance le comédien. Cette conversation est aussi l'occasion pour Johnny Depp d'évoquer son divorce compliquée avec l'actrice Amber Heard (Aquaman) et ce qu'il prévoit de faire pour se sortir de cette spirale. "J'étais au plus bas. La prochaine étape, c'était : 'tu vas arriver quelque part avec les yeux ouverts et tu vas en sortir avec les yeux fermés.'  Je ne pouvais plus supporter la douleur."

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google