Champs-Elysées : le défilé express des Bleus en aura déçu plus d'un

Champs-Elysées : le défilé express des Bleus en aura déçu plus d'un CHAMPS ELYSEES - Victorieux de la Coupe du monde, les Bleus ont défilé sur les Champs-Élysées de Paris lundi après-midi, mais les dizaines de milliers de supporters ont été déçus de leur apparition plus que furtive.

[Mis à jour le 16 juillet 2018 à 12h37] Si des dizaines de milliers de supporters aux couleurs bleu-blanc-rouge, qui attendaient leurs héros pour la plupart depuis midi, ont accueilli avec une joie euphorique la bande à Didier Deschamps ce lundi, le défilé des Bleus n'aura finalement duré que quelques instants... Plus précisément 15 minutes, alors qu'il était censé durer une heure. En cause : le retard de 2 heures depuis la Russie avec un avion atterri avec 45 minutes de retard ? La fatigue avec pour la plupart des joueurs une nuit blanche mal digérée ? Ou était-ce l'organisation, avec un bus des Bleus qui semblait plus que pressé d'arriver à l'Élysée où Emmanuel Macron et plus d'un millier de jeunes sportifs français les attendaient ? Sur Twitter, les supporters n'ont pas épargné le président de la République. Ainsi, peut-on lire : "Je me suis déplacée pour rien au Crillon, tandis que notre roi Emmanuel 1er s'accaparait les Bleus" ou encore "Que peut-on dire à part honteux, scandaleux, irrespectueux ? L'attente, la chaleur, les mouvements de foule, les fumigènes. Tout ça pour ne voir rien du tout et un bus formule 1. Inacceptable, dégoutée." On est loin du 13 juillet 1998, lorsque les Bleus remportaient pour la première fois la Coupe du monde et qu'ils avaient défilé quatre heure au plus près de la foule, avec le trophée original. Découvrez les photos des Champs-Élysées lors du défilé des Bleus :

Défilé des Bleus sur les Champs-Élysées

Les joueurs de l'équipe de France étaient très attendus ce lundi 16 juillet au lendemain de leur victoire en finale de la Coupe du monde 2018 en Russie, face à la Croatie (4-2). Malgré près de deux heures de retard, les hommes de Didier Deschamps ont été accueillis comme des héros sur les Champs-Élysées aux alentours de 19h20. Applaudissements, acclamations, fumigènes... Une descente de l'avenue riche en émotions leur a été réservée. La Patrouille de France accompagnait même les footballeurs, avec cette fois-ci qui plus est, les bonnes couleurs ! En effet, samedi, lors du défilé militaire du 14-Juillet, un avion censé jeter du bleu s'était retrouvé à cracher du rouge. Pour accueillir les Bleus, un dispositif spécifique avait été préparé par la préfecture de police de Paris afin de prévenir les troubles à l'ordre public et empêcher les débordements. "Près de 2 000 effectifs ont été mobilisés pour la sécurisation de l'événement", a annoncé le préfet. Le bus à impériale des Bleus a emprunté la voie nord, soit la voie montante des Champs-Élysées et a progressé dans "un couloir protégé" depuis la place de l'Étoile jusqu'au rond-point des Champs-Élysées. Au milieu de ce couloir, "un barriérage appuyé sur 150 plots en béton de 2 tonnes chacun" était installé "pour maintenir le flux". La zone en bas des Champs-Élysées a été fermée "pour éviter les phénomènes de compression". Contrairement au défilé de l'équipe de France 20 ans auparavant, ce dispositif exceptionnel mis en place autour du bus n'a pu permettre à la foule de s'approcher au plus près des joueurs. En effet, les unités de police formaient une "haie marchante" tout le long du défilé. Sur place, fumigènes, artifices, bouteilles en verre et alcool étaient interdits. 

Incident sur les Champs-Élysées : pillages et affronts, une célébration entachée

Si la fête est longtemps restée bon enfant sur les Champs-Elysées après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde, des incidents ont fini par ternir la soirée de dimanche 15 juillet. Kiosque brûlé, affrontements entre casseurs et forces de l'ordre, magasins pillés... l'important dispositif policier n'aura pas été de trop, surtout vers le haut des Champs-Elysées, alors que le bas de l'avenue fut plus préservé des heurts, préservant une ambiance festive. Selon le préfet de police de Paris, 102 personnes ont été interpellées dont 90 ont été placées en garde à vue hier soir. A 21h10 un homme aurait reçu un violent coup de casque et aurait été hospitalisé dans un état grave, selon les informations du Parisien. Peu avant 22 heures, le Drugstore Publicis des Champs-Élysées a été totalement ravagé par une trentaine de casseurs dérobant des bouteilles de vin et de champagne. D'autres supérettes ont également été saccagées dans la soirée. Plusieurs groupes de "casseurs" ont affronté les forces de l'ordre en leur lançant des bouteilles ou des chaises. Vers 23h30, les forces de l'ordre ont fini par faire usage d'engins lanceurs d'eau et vers minuit, ils prirent la décision d'évacuer totalement la plus célèbre des artères parisiennes.

Article le plus lu - Gilets jaunes : encore des blocages ? › Voir les actualités

Annonces Google