L'abolition des privilèges

L'abolition des privilèges © Victor Soares - Fotolia.com
Dès le 15 juillet, la panique s'empare des provinces : c'est la Grande Peur. Déjà chahutée par les cahiers de doléances, la noblesse craint une nouvelle révolte populaire après l'épisode de la Bastille. Ce mois est marqué par des saccages et des pillages de châteaux, d'abbayes. A Paris, la foule en vient même à arracher le cœur de l'intendant de la ville, accusé d'affamer ses citoyens. C'est dans ce contexte que les députés de Versailles prennent la décision qui va bouleverser le régime. Dans la nuit du 4 août, ils abandonnent les privilèges féodaux, signent également l'égalité devant l'impôt et la suppression de nombreuses pratiques de l'ancien régime comme le droit de chasse à la noblesse ou encore les servitudes, les dîmes ecclésiastiques. Ces droits féodaux étaient fortement contestés par le tiers état.
Suggestions de contenus