Jeûne sacré chez les sportifs professionnels : quel choix font-ils ?

Jeûne sacré chez les sportifs professionnels : quel choix font-ils ? Les joueurs de confession musulmane sélectionnés pour le Mondial de football au Brésil sont face à un choix difficile. Beaucoup vont faire l'impasse sur le ramadan 2014.

Le dilemme concerne l'Algérie, une petite poignée d'équipes africaines, mais aussi des joueurs de plusieurs équipes européennes. Que faire quand on est un joueur de football professionnel, sélectionné dans son équipe nationale et qualifié pour les huitièmes de finale d'une Coupe du monde en plein ramadan ? Plusieurs dizaines de joueurs de confession musulmane doivent répondre à cette question en ce moment même au Brésil. Une question sensible : l'Algérie, qui doit affronter l'Allemagne pour une place en quarts ce lundi soir, est au cœur d'un micro-débat à Alger sur le sujet. Un journal sportif affirmait il y a peu que "le coach Halilhodzic" [Vahid Halilhodzic, entraineur bosnien des algériens - NDLR] avait "conseillé à ses capés d'éviter de jeûner le jour du match, tout en leur laissant la liberté de décider". Une information vivement démentie par la fédération algérienne qui prône le respect des religions et le libre arbitre. "Certains jeûneront, d'autres pas", dit aujourd'hui la fédération pour clore le dossier et éviter une polémique entre les milieux sportif et religieux.

VIDÉO - Lors de la dernière conférence de presse Algérie-Allemagne, joueurs et dirigeants préféraient parler football que religion. En cas de qualification, les Fennecs pourraient rencontrer la France en quarts.

Les joueurs algériens, habitués des périodes de jeûne dans les grands clubs où ils évoluent, sont encadrés par un médecin spécialiste du ramadan. Ils devraient en outre jouer en partie de nuit, ce qui leur permettra de s'hydrater pendant leur rencontre face à la Mannshaft. Le défenseur Madjid Bougherra a été l'un des seuls joueurs algériens à s'exprimer sur la question : il tentera bien de faire le ramadan 2014. Mais chez les "Fennecs" comme dans les autres équipes, beaucoup préféreront faire l'impasse ou reporter leur jeûne, comme l'autorisent certains imams pour les voyageurs. C'est le cas de l'attaquant allemand d'origine turque Mesut Özil, qui a déclaré simplement : "Je ne ferai pas le ramadan car je travaille". Dans l'équipe de France, même son de cloche : "On respecte les religions de tout le monde. Les joueurs ont l'habitude, je n'ai aucune inquiétude", indique Didier Deschamps qui n'aime pas aborder le sujet. Seul Français à s'être exprimé sur sa religion, Bacary Sagna a indiqué qu'il ne fera pas le ramadan. "Certaines lois nous permettent de l'éviter", se justifie de défenseur, ajoutant que les carences, "à ce niveau-là, ça ne pardonne pas".

Lors de France - Nigéria ce lundi, d'autres joueurs devraient être confrontés au même dilemme, le Nigeria étant lui aussi un pays à majorité musulmane. Mais du côté des Nigérians, le ramadan est loin de faire l'actualité pour le moment.

Article le plus lu - L'hommage de Trump à Aretha Franklin critiqué › Voir les actualités

Annonces Google