Allergie au pollen (rhume des foins) : la carte des graminées

ALLERGIE POLLEN - Le rhume des foins va encore faire de nombreuses victimes dans les jours qui viennent. On fait le point sur les départements touchés par le pollen avec la carte de France.

[Mis à jour le 26 juin 2017 à 23h14] Presque toute la France voit rouge ! Selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), le risque pour les personnes allergiques au pollen est actuellement "élevé" dans les départements du nord-est, de l'Eure-et-Loir à la Moselle et de l'Aisne à la Côte-d'Or, mais également Gironde et dans les Landes à l'Ouest, en Haute-Savoie et en Savoie à l'Est, et sur le pourtour de la Méditerranée, de l'Hérault au Var. Si dans les Alpes-Maritimes et en Corse, le risque est moyen, dans le reste du territoire, il est jugé "très élevé". Du Nord aux Pyrénées-Orientales, de la Bretagne au Bas-Rhin, près des deux tiers du territoire sera sévèrement touché par les pollens de graminées. En cause notamment ? La chaleur et le soleil qui accentue la floraison des graminées. Le RNSA estime que "le risque associé sera encore pour les prochains jours élevé à très élevé. Seule la venue d'une période pluvieuse pourra soulager les allergiques". Mais le calvaire ne sera pas terminé pour autant pour ces derniers, "car si la pluie lave le ciel des pollens, les orages favorisent la gêne respiratoire et les crises d'asthme", prévient le Réseau national de surveillance aérobiologique. 

Par ailleurs, le RNSA estime que "les autres pollens ne seront que des seconds rôles". Le Réseau national de surveillance aérobiologique évoque notamment les pollens de châtaignier, présents sur l'ensemble de la métropole, d'ortie (urticacées), ou encore d'oseille et de plantain qui "persistent". Mais pour tous, la gêne occasionnée sera "faible". Néanmoins, les allergiques aux pollens d'ambroisie devront rester vigilants, prévient-on.

30% des adultes touchés

Des millions de Français revivent chaque année le même calvaire. Comme le rapporte 20 Minutes, 30% des adultes vivant dans l'Hexagone seraient touchés. Côté enfant, on parle de 20% environ d'allergiques aux pollens. Au nord et au sud du pays, les pollens varient, mais une fois le soleil installé, c'est tout l'Hexagone qui trinque. Alors, comment remédier à cette situation ? Quels sont les symptômes ? Quels sont les traitements les plus efficaces ?

Nez qui coule, éternuements intempestifs, gorge qui gratte et yeux qui piquent, les symptômes ne trompent pas. Mais ces irritations, voire cet asthme pour certains, ne sont pas nécessairement une fatalité que l'on doit se résigner à subir. De nombreux remèdes existent pour contrer ce fléau. Première solution pour lutter contre le rhume des foins : identifier le ou les allergène(s) pour mieux prévenir les allergies. Et pour cela, il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous dès maintenant avec un allergologue. Grâce à des tests cutanés ou sanguins, le médecin établit un traitement de désensibilisation. Comment ça marche ? L'idée est d'habituer le corps progressivement ces substances. Petite dose après petite dose, le corps du patient devient plus résistant. 

VIDEO. Les allergies, comment ça marche ?

Des huiles essentielles pour soulager les crises allergiques

Quelques "remèdes de grand-mère" préconisent aussi l'utilisation de substances naturelles, telles que les huiles essentielles. Ainsi, les huiles d'estragon et de lavande auraient un effet apaisant lors de crises. Mélangez plusieurs gouttes de ces huiles essentielles et massez-vous le visage, du nez jusqu'aux tempes. Le même mélange peut être ajouté à quelques cuillerées de miel, à avaler en cure pendant trois semaines, 2 à 3 fois par semaine. Contre les éternuements, vous pouvez vous confectionner une tisane désensibilisante, en mélangeant à chaque fois 50 g de racines de bardane, de feuilles de romarin, sauge, basilic et thym, de fleur de bruyère, de lierre et de prêle. Faites bouillir 1 L d'eau et laissez infuser 4 cuillerées à soupe du mélange, pendant 10 minutes. Cette tisane peut être consommée à raison de trois tasses par jour.

Efficace aussi, et facile à mettre en oeuvre au quotidien : se laver les cheveux avant d'aller se coucher. L'idée est de se débarrasser des particules de pollen allergisantes afin de ne pas passer la nuit à leur contact. Autres bons gestes à prendre : éviter de se rendre, et encore moins de s'allonger, sur des pelouses fraîchement tondues, mais également éviter d'aérer appartements et maisons lorsqu'il y a du vent, fermer les fenêtres lors de déplacements en voiture ou encore privilégier des sorties en début de journée et fin de soirée. C'est à ce moment-là que le taux de pollens est le moins élevé dans l'air.

Comprimés et sprays en traitement de fond

Si ce traitement à l'ancienne ne suffit pas, les médecins prescrivent bien souvent un traitement médicamenteux. Ces comprimés d'antihistaminiques peuvent être utilisés en cas de crise, ou en traitement de fond. Leur rôle est de bloquer l'histamine, mais ils n'ont souvent qu'un effet léger. Certains de ces médicaments antihistaminiques sont même en vente libre. Ils ne présentent que peu d'effets secondaires, hormis des risques de fatigue, mais sont contre-indiqués pour les femmes enceintes. Des sprays pour le nez comprenant des corticoïdes, ou des gouttes pour les yeux existent aussi pour calmer les symptômes allergiques, mais là encore, le traitement n'est pas toujours d'une efficacité extrême et reste de courte durée.

Article le plus lu : A quoi ressemblera la photo officielle de Macron ? : voir les actualités

Autour du même sujet