Aéroport Notre-Dame-des-Landes : quel avenir pour la ZAD ?

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : quel avenir pour la ZAD ? NOTRE DAME DES LANDES - Les zadistes ont obtenu gain de cause : le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été enterré. Mais beaucoup d'entre eux ne sont pas décidés à abandonner la Zone à défendre...

L'ESSENTIEL - "Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet de Notre-Dame-des-Landes", a déclaré hier Edouard Philippe, mettant fin à un projet vieux de plus de 50 ans. Les zadistes, occupants de la zone où devait être construit l'aéroport, ont donc obtenu gain de cause. Ils occupaient cet espace, devenu une Zone à défendre (ZAD) depuis plusieurs années et la plupart souhaitent continuer à y vivre malgré l'abandon du projet. Le Premier ministre a fait savoir que les zadistes avaient jusqu'au printemps pour libérer la zone, sous peine d'expulsion. Suivez les infos en direct.

En direct - Les dernières informations sur Notre-Dame-des-Landes (NDDL)

17/01/18 - 13:43 - Edouard Philippe se justifie de l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Le Premier ministre estime qu'il a "tranché le noeud gordien", "en sachant pertinemment que la décision, si elle avait été facile, aurait été prise depuis longtemps". "Je sais que les choses paraissent toujours plus simples quand elles sont vues de loin. [...] J'ai voulu prendre le temps d'évaluer la situation et examiner les nouvelles solutions qui ont émergé". Et d'ajouter : "Je constate que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet de construction de Notre-Dame-des-Landes". Le chef du gouvernement souligne que "les grands projets d'aménagement du territoire" ont "tous été portés" localement. "Cette décision est logique au regard de l'impasse dans laquelle se trouve ce dossier. Les terres retrouveront leur vocation agricole", dit-il.

17/01/18 - 12:53 - Le projet de construction de l'aéroport NDDL abandonné, selon un journaliste de Ouest-France

Selon le directeur départemental de Ouest-France de Nantes et de Saint-Nazaire, le projet est abandonné. Le journaliste évoque une "source officielle". Le Premier ministre devrait confirmer cette information dans les prochaines minutes.

17/01/18 - 12:42 - Le projet de NDDL serait abandonné

Selon une journaliste de Ouest-France, Alain Mustière, président de l’association pro-aéroport Les Ailes pour l’Ouest a reçu un coup de téléphone. "Il est sonné quand il raccroche". "C'est une mauvaise nouvelle pour nous", aurait-il commenté.

17/01/18 - 12:35 - Aéroport Notre-Dame-des-Landes : les forces de l'ordre bientôt déployées autour de la ZAD de NDDL

Un important dispositif de gendarmerie s’apprête "à encercler ce mercredi matin la ZAD de Notre-Dame-des-Landes", indique Le Parisien. Sept escadrons, composés de 455 hommes, devraient se rendre sur place "d'ici à jeudi', pour encadrer la ZAD et interdire l'accès au site. Des compagnies de CRS sont mobilisées dans les villes de Rennes et de Nantes, en prévision de manifestations organisées dans les prochaines heures.

17/01/18 - 10:57 - La décision sur un abandon ou un lancement du projet NDDL annoncée ce midi

C'est désormais certain : le Premier ministre va annoncer à l'issue du conseil des ministres si le projet de construction du nouvel aéroport sera bien lancé ou bien s'il est abandonné. L'Elysée a publié un communiqué pour préciser qu'un point presse se tiendra en présence de Gérard Collomb, d'Elisabeth Borne, Nicole Belloubet, Benjamin Griveaux et Nicolas Hulot.

NDDL : le référendum de 2016

Le référendum sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui s'est déroulé dimanche 26 juin 2016, dans les 212 communes de Loire Atlantique, avait donné une victoire assez large au "oui". 55,17 % des électeurs se sont prononcés en faveur de la construction du nouvel aéroport. La participation s'est révélée relativement faible : 51,08 % des inscrits s'étaient rendus dans les 1081 bureaux de vote mis à leur disposition pour cette consultation locale inédite. La participation a été particulièrement forte à notre-Dame-des-Landes, où 3 électeurs sur 4 s'étaient prononcés, et sur les autres communes où sera construit l'aéroport, contesté depuis des années. Dans ces zones où les nuisances s’annoncent les plus fortes, le "non" l'a massivement emporté, alors que le "oui" domine partout ailleurs ou presque. A Nantes, il l'emporte d'une très courte avance d'une centaine de voix seulement.

Le résultat de cette consultation n'est pas juridiquement contraignant, mais le Premier ministre de l'époque, Manuel Valls, avait indiqué que le gouvernement se plierait à la volonté des citoyens. Il avait d'ailleurs rapidement indiqué dans un communiqué que les travaux préparatoires débuteraient "dès l'automne prochain" et que les opposants à l'aéroport, qui occupent le site de construction depuis des années, devraient quitter les lieux d'ici là. "Il y a eu une procédure démocratique, maintenant la procédure doit se poursuivre", avait aussi affirmé Ségolène Royal. Mais les "zadistes" n'ont jamais baissé les bras. Jugeant le référendum illégitime, car mensonger et au périmètre trop réduit, ils ont poursuivi leur résistance sur place.

Ségolène Royal / Nicolas Hulot

Annonces Google