Grippe : le point complet sur l'épidémie, les prévisions

Grippe : le point complet sur l'épidémie, les prévisions GRIPPE 2018 - La propagation du virus est "en phase descendante" désormais en métropole. L'épidémie a probablement atteint son pic, mais les consultations pour syndrome grippal demeurent très élevées.

[Mis à jour le 18 janvier 2018 à 14h59] La grippe est encore très surveillée par les médecins, même si le pic épidémique semble avoir été atteint. Selon le bulletin hebdomadaire de Santé publique France, depuis quelques jours, "l'épidémie de grippe est en phase descendante en métropole". Mais les données demeurent préoccupantes : le nombre d'hospitalisations en réanimation est considéré comme "important". Depuis mi-décembre, les médecins libéraux, urgentistes, laboratoires et épidémiologistes ont constaté un "léger excès de mortalité" dû à la grippe.

Cette année, le virus s'est propagé en France de manière précoce et sévère. Cependant, tous les ans, la maladie tue et fait de nombreuses victimes. L'épidémie de grippe saisonnière débute de manière générale en décembre et s'étend sur une période comprise entre 4 à 12 semaines. Chaque hiver, entre 3 et 8% des Français sont touchés par la grippe. Selon les chiffres des autorités sanitaires, autour de 5000 personnes décèdent chaque année d'une aggravation de la maladie, les patients les plus concernés sont les plus de 75 ans. Selon les données des autorités sanitaires, plus de 90% des décès survenus à cause de la grippe concernent les personnes de 65 ans et plus.

La grippe 2018 touche particulièrement les jeunes

Selon les données recueillies par l'agence sanitaire Santé publique France, les enfants sont singulièrement touchés par le virus, même si les patients les plus à risque demeurent les personnes les plus âgées. Depuis le début de l'épidémie de la grippe, les passages aux urgences concernent "particulièrement" les moins de 5 ans : ils représentent 34% de la population reçue. Les 15-44 ans représentent 27% des passages aux urgences. Autre statistique éclairante : les hospitalisations concernent "principalement les personnes âgées de 65 ans ou plus (50%) ainsi que les enfants de moins de 5 ans (22%) et les 45 –64 ans (15%)", indique le rapport des autorités (voir ici).

Le gouvernement a pris des mesures ces dernières semaines pour "limiter l'épidémie de grippe saisonnière". Face à l'accélération de la propagation du virus, les autorités sanitaires ont multiplié les initiatives : diffusion de spots télé et radio "d'urgence" pour rappeler les "gestes barrières de prévention", mesures de prévention en milieu scolaire, mobilisation des agences régionales de santé (ARS) "en permanence" pour désengorger les services d'urgences.

Le ministère de la Santé a publié un communiqué pour alerter sur les dangers potentiels du virus au début du mois de janvier. "Cette année, l'épidémie de grippe est d'une ampleur exceptionnelle, par le nombre de cas, qui risque de dépasser ceux des deux dernières années", écrivent les services du ministère, qui précisent que les plus jeunes sont les plus exposés : "49% des passages aux urgences pour syndrome grippal concernent les moins de 15 ans, et près de 20% conduisent à une hospitalisation". La ministre Agnès Buzyn a donné des consignes spécifiques. Elle demande notamment que les familles " soient informées sur la nécessité de ne pas envoyer à l'école un enfant qui a potentiellement la grippe".

Si les services de l'Etat se veulent vigilants et mettent en place des dispositifs de prévention plus importants cette année, c'est notamment parce que l'épidémie de grippe peut s'avérer mortel. La semaine dernière, un jeune garçon, Kylian, a succombé après avoir contracté le virus. Tout juste âgé de neuf ans, l'enfant est décédé de complications liées à des symptômes grippaux à l'hôpital de Lourdes, comme le rapporte La Dépêche du Midi. Il est mort d'un arrêt cardiaque, survenu des suites de complications relatives à la maladie.

Grippe 2018 : prévisions

Le taux de consultations relevant de symptômes grippaux a baissé sur une semaine, mais reste à un niveau très élevé, bien au-dessus du niveau des saisons 2016-2017 et 2015-2016. Le graphique ci-dessous, effectué par Santé publique France, rend compte du phénomène : l'épidémie s'est rapidement propagé sur les deux dernières semaines de l'année dernière. Le réseau Sentinelles indique que nous sommes entrés dans une période d'incertitude sur la maladie : "selon le modèle de prévision reposant sur les données historiques et sur les délivrances de médicaments, l'incidence des syndromes grippaux devrait rester stable cette semaine, mais les discordances entre les deux modèles ne permettent pas de prédire l'activité des syndromes grippaux avec plus de précision".

© Santé publique France
La grippe poursuit sa progression © Santé publique France

Grippe en France : les données de Sentinelles

Le réseau Sentinelles observe de son côté, dans la semaine 2 de l'année, une diminution du taux d'incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale. Ce dernier était estimé la semaine dernière à 339 cas pour 100 000 habitants en médecine ambulatoire. Au total, 1 127 000 personnes ont consulté un médecin pour des symptômes grippaux. Malgré la baisse, les professionnels mettent en garde : "En cette première semaine post-vacances, l'incidence des syndromes grippaux chez les 0-14 ans est en augmentation. Il sera donc important de rester vigilant sur la dynamique épidémique dans les semaines à venir".

Grippe 2017-2018 en France
Syndromes grippaux en nombre de cas pour 100 000 habitants (au 17/01/2018) © Réseaux Sentinelles

Lire aussi - Grippe : symptômes et traitements

La grippe, où et quand ?

Le réseau Sentinelles publie chaque semaine un bulletin permettant de surveiller l'ampleur de l'épidémie de grippe. Le dernier bulletin en date révèle un taux d'incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale estimé à 339 cas pour 100 000 habitants. Le seuil épidémique à l'échelle nationale est donc atteint (102 cas pour 100 000 habitants) mais les disparités sont importantes en fonction des régions (voir carte plus haut).

Vaccin contre la grippe

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté le 6 octobre dernier sous la direction de la ministre de la santé Agnès Buzyn. Ce vaccin concerne tout particulièrement 12 millions de Français : les personnes âgées de 65 ans et plus, les patients atteints maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire), les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité morbide. Pour tous ces cas, la vaccination est prise en charge à 100 % par l'Assurance-maladie. La ministre a insisté sur l'importance de la vaccination chez les professionnels de santé. Des mesures d'incitation, voire d'obligation ont été évoquées.

Pour se faire vacciner, il suffit de se rendre chez son médecin traitant, même si d'autres solutions existent. Pour les femmes enceintes, une sage-femme est habilitée à procéder à la vaccination. Une infirmière peut vacciner un patient, mais sur prescription médicale. Nouveauté en 2017, des pharmaciens volontaires - 3000 environ - sont habilités à vacciner. Cet expérimentation initiée en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine ne sera pas applicable sur les enfants, les femmes enceintes et les personnes se faisant vacciner pour la première fois. L'an dernier, la moitié des personnes à risque se sont vaccinées, ce qui est plus que la moyenne européenne qui tourne autour de 40 %. Les Pays-Bas détienne le record des personnes à risque vaccinées avec une moyenne de 70 %.

Reste qu'une polémique a fait irruption cette année dans la campagne de vaccination. Les patients vaccinés l'année dernière auraient été protégés dans 20 à 30% des cas, un taux faible. En cause, la mutation de la souche du virus H3N2 qui, au lieu de muter lors de son injection dans un oeuf comme c'est le cas normalement  quand on créé un vaccin, a muté lors de l'élaboration du vaccin. Ce qui avait échappé aux scientifiques, comme le rapporte une étude publiée lundi 6 novembre dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS). La plupart des protéines virales de vaccins sont purifiées à partir de virus cultivés dans des œufs de poule. Mais une petite partie des vaccins est produite à partir de cultures cellulaires, plus rapides et plus souples. Or Scott Hensley, professeur à la faculté de médecine Perelman de l'université de Pennsylvanie, et principal auteur de ces travaux, a constaté que la protéine mutante du virus H3N2 se développait mal dans des oeufs.

Le vaccin pour la saison 2017-2018 est semblable à celui de l'an dernier", explique Scott Hensley, en recommandant toutefois la vaccination. "Nos données suggèrent que nous devrions investir dans de nouvelles technologies permettant de nettement accroître la production de vaccins contre la grippe qui ne dépend pas des œufs. Mais en attendant tout le monde devrait se faire vacciner chaque année contre la grippe car même une protection limitée contre les virus H3N2 vaut mieux que rien", suggère le scientifique.

Mais il y aurait d'autres explications, parfois plus simples que cette histoire de cultures cellulaires et d'oeufs. Interrogé par franceinfo, le Professeur Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon, invoque plutôt la ténacité du virus H3N2 comme cause de l'inefficacité du vaccin. "Pour H3N2, du fait de la difficulté qu'on a à monter une réponse immunitaire vis-à-vis de ce virus en particulier, l'efficacité vaccinale est moins bonne. Et ça c'est vraiment un problème intrinsèque au virus et à la façon de faire les vaccins", explique-t-il.

Symptômes de la grippe

Si vous êtes atteint de la grippe, vous allez vous en apercevoir rapidement. Les symptômes de la grippe apparaissent généralement de manière brutale, 48 heures en moyenne après la contamination, et sont le plus souvent accompagnés de fièvre. Le patient infecté peut également ressentir une intense fatigue, des douleurs musculaires et articulaires plus communément désignées comme des courbatures, des maux de tête ou une toux sèche. La fièvre, qui peut dépasser les 39 degrés dans le cas d'une grippe, peut également entraîner des frissons. Tous ces symptômes permettent de distinguer la grippe de l'état grippal, passager et moins intense (consulter la définition de la grippe sur le Journal des Femmes).

Les symptômes de la grippe apparaissent très soudainement et peuvent prendre de graves proportions dans le cas de jeunes enfants ou de personnes âgées. Une épidémie de grippe dure en moyenne neuf semaines selon les données du réseau de surveillance Sentinelles. Mais comment différencier une grippe d'un simple rhume ? Si vous avez des douleurs musculaires, un sentiment d'épuisement, des frissons et une fièvre qui peut parfois grimper jusqu'à 40 degrés, alors vous avez la grippe. Pour sa part, un rhume sera accompagné d'une faible hausse de température, d'un écoulement nasal et de toux plus ou moins grasse. Autrement dit, les symptômes de la grippe ont des conséquences beaucoup plus importantes sur votre organisme que ceux d'un rhume.

Durée d'incubation de la grippe

Le délai d'incubation de la grippe est d'environ deux jours, indique l'OMS sur son site. Il s'agit de la durée qui sépare le moment de l'affection et celui de l'apparition des premiers symptômes. La grippe est contagieuse, elle peut se transmettre durant une semaine à compter de la contamination. Il est dont important d'éviter les contacts entre les personnes malades et celles qui ne sont pas atteintes par le virus. Si le patient ne fait pas partie des populations à risques et qu'aucune complication ne s'est déclarée, la grippe devrait passer en une semaine environ. La toux peut en revanche durer plus longtemps.

Contagion de la grippe

La grippe est une maladie contagieuse qui se transmet par voie aérienne. Il faut donc faire particulièrement attention d'éviter les contacts avec les personnes contaminées par le virus. Ce dernier se trouve dans la salive et dans les gouttelettes projetées lors d'éternuements ou de toux. La grippe peut également se transmettre par contact direct, notamment dans les lieux de promiscuité. Il est donc conseillé de bien se laver les mains régulièrement et d'essayez d'éternuer dans un mouchoir à jeter immédiatement à la poubelle. Le malade est contagieux durant la semaine suivant la contamination, une durée qui peut être allongée dans le cas d'enfants ou de sujets immunodéprimés.

Comment soigner la grippe

Si des symptômes de la grippe sont constatés, il est tout d'abord recommandé de se rendre chez le médecin qui pourra rapidement établir son diagnostic. Il faut également se mettre à l'écart car la grippe est contagieuse, surtout les premiers jours. Ensuite, il faudra du repos pour espérer faire baisser la température. Une bonne hydratation est également la clé pour un prompt rétablissement.

Traitement contre la grippe

Une fois la maladie est constatée par le médecin, il prescrira probablement du paracétamol qui permet de faire baisser la fièvre et d'agir contre les courbatures. Le médecin peut également opter pour un traitement à base d'antiviraux comme le Tamiflu, surtout dans le cas d'une personne fragile. Si le patient tousse, il lui sera conseillé de prendre un sirop antitussif. Le traitement dure environ cinq jours. durant lesquels le malade devra se reposer et bien s'hydrater. Si aucune complication n'apparaît, il est inefficace de prendre des antibiotiques.

Remèdes contre la grippe

Aux côtés des traitements traditionnels, il existe également des remèdes alternatifs pour lutter contre la grippe, mais leur efficacité fait l'objet de débats non résolus. L'homéopathie, par exemple, propose de prendre des granules en prévention afin de renforcer le système immunitaire plusieurs semaines avant l'apparition du virus. Le mieux est de se renseigner auprès d'un professionnel qui vous orientera vers le meilleur traitement, en général influenzinum ou oscillococcinum. Il existe également des remèdes naturels comme le sureau noir qui agit tel un antiviral et un anti-inflammatoire ou le ginseng à prendre en prévention. La reine-des-près, une fleur à consommer en infusion, permet de faire baisser la fièvre.

Le grog est souvent présenté comme une recette de grand-mère efficace pour lutter contre la grippe mais il est en réalité plutôt à proscrire. Il convient de laisser de côté l'alcool, tout comme le café, pour bien s'hydrater avec de l'eau, du thé ou une soupe. Du citron pressé et du miel, mélangés à de l'eau chaude, est une boisson parfaite en cas de mal de gorge et pour améliorer votre état général.

Vaccin

Annonces Google