Partager cet article

RSS

L'Internaute > Dictionnaire > Noms Propres > Biographie > John Fitzgerald Kennedy

Rechercher un nom
 
Thème | Pays | Nom au hasard | Abécédaire | Top recherche | Mettre en favori

John Fitzgerald Kennedy
© Roger-Viollet

Hommes Politiques - Etats-unis

John Fitzgerald Kennedy

Homme Politique (29/05/1917 - 22/11/1963)


John Fitzgerald Kennedy

Né à Brookline (Etats-Unis) le 29/05/1917 ; Mort à Dallas (Etats-Unis) le 22/11/1963

Trente-cinquième président des Etats-Unis, John Fitzgerald Kennedy est resté à la tête du pays à peine trois ans. Prônant une coexistence pacifique au cœur de la Guerre froide, il a su faire face à la crise avec agilité. À l’intérieur, il s’est efforcé de relancer l’économie, s’est battu contre la ségrégation raciale et a favorisé la conquête spatiale. Malgré sa courte présidence, il laisse derrière lui l’image d’un homme gai, compréhensif, énergique et charismatique, un personnage sans doute transfiguré par une mort tragique, mais qui a sans conteste donné un nouveau souffle à son pays.

Des débuts prometteurs


Né à Brookline (Massachusetts) le 29 mai 1917, John Fitzgerald Kennedy grandit au sein d’une riche famille catholique. Ambassadeur des Etats-Unis en Angleterre, son père lui offre une excellente éducation. Rapidement, John Kennedy montre des aptitudes très satisfaisantes dans sa scolarité. Malgré une interruption dans son parcours – il attrape la jaunisse – le jeune érudit intègre l’université de Harvard en 1936. Après avoir présenté sa thèse sur l’intervention britannique dans le cadre des accords de Munich, il obtient son diplôme avec mention.

Au sortir des études, le jeune homme énergique désire s’enrôler pour servir son pays. Il intègre la marine et s’immerge dans les combats de la Seconde Guerre mondiale. Nommé officier commandant d’un lance-torpilles dans le Pacifique, il est chargé d’anéantir un bâtiment japonais en 1943. Mais son navire sombre avec l’équipage. Sérieusement blessé, il jouit à son retour d’une image héroïque.

Un jeune Kennedy ambitieux


À la fois conseillé et influencé par son père, Kennedy se lance dans la politique en 1946, parallèlement à sa carrière de journaliste. Membre du Parti démocrate, il espère obtenir un siège de représentant à la Chambre, ce qui se produit en 1947. Sa vivacité d’esprit, sa détermination et son charisme le propulsent au poste de Sénateur du Massachusetts en 1952.

Très vite, Kennedy sait se faire un nom. Les milieux intellectuels apprécient sa curiosité et son énergie. Il reçoit d’ailleurs le prix Pulitzer en 1957 pour son livre Profiles in Courage (Portraits d'hommes courageux). Outre la réputation qu’il s’est lui-même forgé, sa fonction de Sénateur semble être, pour l’homme ambitieux qu’il est, un tremplin vers la présidence.

En 1960, Kennedy se porte ainsi candidat démocrate aux élections, contre le républicain Richard Nixon. Son programme dynamique, surnommé "New Frontier" (Nouvelle Frontière), repose notamment sur un meilleur système social, sur l’égalité raciale, la relance économique, l’avancée spatiale et l’aide aux pays sous-développés. À très peu de voix près, Kennedy est élu 35e président des Etats-Unis, à la suite de Dwight Eisenhower. Il entre en fonction en janvier 1961.

Guerre froide et politique extérieure


À peine arrivé à la présidence, Kennedy souhaite baser sa politique extérieure sur l’équilibre des puissances occidentales par rapport au bloc soviétique. Mais une telle démarche devait rester pacifique. Aussi, dès le mois de juin 1961, quelque peu ébranlé par la déroute du débarquement de la baie des Cochons, Kennedy rencontre Khrouchtchev à Vienne au sujet de la Berlin. Mais aucun compromis ne peut alors être trouvé sur le sujet.  

La relation entre les deux grandes puissances s’envenime encore avec la crise de Cuba. En octobre 1962, des avions espions américains découvre à Cuba la présence de rampes de missiles soviétiques menaçant les Etats-Unis. Kennedy réagit aussitôt en organisant le blocus maritime de l’île de Fidel Castro. Pendant plusieurs jours, la tension atteint son paroxysme. Au bord de la Troisième Guerre mondiale, qui aurait probablement été nucléaire, la diplomatie des deux hommes finit par résoudre le conflit. Cette crise, par le danger imminent qu’elle a représenté, aboutira, en 1963, à la signature d’un accord interdisant les essais nucléaires en mer comme dans l’atmosphère. La détente sera alors engagée.
 
En outre, Kennedy désire engager son pays sur le plan international. En 1963, alors qu’il se prononce en faveur du désarmement, il décide d’intervenir dans le sud du Vietnam contre la montée du communisme. Il se fait ainsi l’initiateur de l’"escalade", poursuivie plus concrètement par Johnson, à qui l’on reprochera longtemps une telle démarche.

La politique intérieure : société et économie


Parallèlement à sa politique internationale, Kennedy s’efforce de mettre en place les mesures de la New Frontier. Il mise énormément sur le progrès du secteur spatial américain. Aussi, il tente de prendre les devants face à l’avancée soviétique. Dès 1961, il lance le programme Apollo, visant à envoyer un homme sur la Lune.

À son accession au pouvoir, l’économie américaine est en piteux état. Pour la relancer, il préconise le recours à court terme au déficit budgétaire, meilleur moyen selon lui de lutter contre la pauvreté et de donner un nouvel essor à la consommation. Il propose également la mise en œuvre d’une zone de libre-échange avec le Marché commun européen (le projet aboutira au Kennedy Round, en 1967). Mais souvent et pour presque tous les domaines de sa politique intérieure, le président se heurte au Congrès.

Du point de vue social, Kennedy se prononce clairement en faveur de l’égalité civique entre Blancs et Noirs. Dès 1962, il avait d’ailleurs permis à un étudiant noir d’intégrer l’université du Mississipi. En 1963, il agit encore plus concrètement en soutenant Martin Luther King et en demandant que soit votée une loi contre la ségrégation raciale, laquelle ne sera adoptée qu’après sa mort.

L’assassinat


À peine trois ans après sa prise de fonctions, Kennedy est assassiné sous les yeux de la foule et de la télévision, alors qu’il traverse Dallas avec son escorte et sa femme. Touché à la tête, il meurt peu de temps après son arrivée à l’hôpital. Les Etats-Unis et le monde entier sont terriblement choqués par le drame.

L’enquête aboutit à l’arrestation de Lee Harvey Oswald, lui-même assassiné par Jack Ruby quelques jours après. Selon le juge Warren, c’est bien Oswald et lui seul qui est coupable du crime. La commission du juge suscite de vives critiques et un doute subsistera quant aux circonstances exactes de l’assassinat du président. 

Érigé en mythe par une mort tragique et obscure, Kennedy n’a pas toujours été exempt de critiques. À cause de sa courte présidence et de la rigidité du Congrès, nombre de ses mesures intérieures n’ont d’ailleurs pu aboutir. Mais son dynamisme, son charisme, ses capacités à se remettre en cause et son caractère naturellement joyeux ont donné un nouveau souffle à la politique américaine et ont sans conteste influencé plusieurs des ses successeurs.


 

John Fitzgerald Kennedy : un destin brisé le 22 novembre 1963
Sa mort déchaîne toujours autant de passion près de 50 ans après. John Fitzgerald Kennedy, 35e Président des Etats-Unis, a eu un destin politique incroyable. Charmeur, excellent orateur et charismatique, il a remporté la course à la Maison Blanche en 1960 et formé avec Jackie Kennedy un couple mythique. Sa vie en images

 

Vidéo : John Fitzgerald Kennedy fait son discours : ich bin ein berliner

 

 

  Dates  

1917

29 mai

Naissance de John Fitzgerald Kennedy
John Fitzgerald Kennedy naît au sein d’une richissime famille catholique d’origine irlandaise, qui comptera neuf enfants. Très tôt, Kennedy sera influencé par son père, ambassadeur des Etats-Unis à Londres. C’est certainement de lui qu’il tiendra sa détermination et son goût de la politique.

1936

 

Kennedy intègre l’université de Harvard
Kennedy entre à l’université de Harvard. Parallèlement à ses voyages en Europe, il entreprendra une thèse sur le rôle britannique dans les accords de Munich. Il obtiendra son diplôme en 1940, avec mention.

1953

12 septembre

Mariage de JF Kennedy et Jacqueline Bouvier
Le futur président des Etats-Unis épouse Jaqueline Lee Bouvier à Newport. L'Amérique tombe tout de suite sous le charme de la belle "Jackie". Séduisant jeune couple moderne, John et Jackie entreront à la Maison-Blanche sept ans plus tard. Ils auront quatre enfants, mais perdront une petite fille morte-née et un petit garçon quelques jours après sa naissance.

1957

 

Kennedy remporte le prix Pulitzer
Très impliqué dans les milieux intellectuels de son époque, John Kennedy remporte le prix Pulitzer pour son livre "Profiles in Courage", une liste de portraits d’hommes politiques qui n’ont pas hésité à risquer leur réputation pour affirmer leurs opinions.

1960

15 avril

Création du comité de coordination des étudiants non-violents
Un mouvement étudiant noir prend naissance en Caroline du Nord et inaugure une nouvelle manière d'opérer : le sit-in. Le point de départ fut donné par le refus de deux jeunes de quitter un lieu réservé aux blancs. D'autres étudiants les avaient alors rejoint. Le mouvement prend de l'ampleur et s'organise avec la création du comité de coordination des étudiants non-violents. Martin Luther King joue alors un rôle actif tant dans la création du comité que dans ses actions. Arrêté plus tard lors d'un sit-in, il est condamné à quatre mois de travaux forcés. Mais Kennedy interviendra en sa faveur.

John Fitzgerald Kennedy : 19 Dates


  Citations  

 


"Trop souvent nous nous contentons du confort de l'opinion sans faire l'effort de penser."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c'est lorsque le soleil brille."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"Le temps est un outil, pas un lit pour dormir."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"N'oublions jamais que l'art n'est pas une forme de propagande; c'est une forme de vérité."  
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 
"Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. "  
 
 41 avis
 Donnez votre avis
John Fitzgerald Kennedy
 
 

John Fitzgerald Kennedy : 13 citations


  Proches  

Richard Nixon (1913 - 1994) : adversaire


  Plus d'infos  

John Fitzgerald Kennedy, miné par la maladie d'Addison

On se souvient aujourd'hui de lui comme du président assassiné au faîte de sa gloire, alors que le monde entier était sous le charme de ce bel américain, moderne et si charismatique. Pourtant, sous ce visage constamment hâlé et ce dynamisme qui s'exprime aussi bien au plan professionnel que personnel, on trouve... Lire

Voir aussi : Hommes Politiques - Hommes Politiques des Etats-unis - Personnages des Etats-unis - Etats-unis


Copyright Benchmark Group
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
Haut de page

Rechercher un nom
 



 
 CE JOUR-LA...