Les défaites aussi mythiques que des victoires Hicham El Guerrouj sur 1 500 m : une longue quête olympique

hicham el guerrouj (à gauche) lors des jeux olympiques d'athènes en 2004.
Hicham El Guerrouj (à gauche) lors des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. © Elporfavor - Licence Creative Commons

Le Marocain, qui a pris sa retraite en 2006, faisait l'unanimité chez les amateurs de sport. Courageux, fair-play, souriant, performant : Hicham El Guerrouj avait tout pour plaire.

Dès 1994, il domine sa discipline, le 1 500 mètres. Mais il ne parviendra à décrocher l'or olympique qu'en 2004, après 2 échecs. Des défaites qui sont restées gravées dans le marbre... avant la délivrance.

JO 1996

Aux Jeux Olympiques d'Atlanta, en 1996, il mène toute la course. Mais, à un tour de l'arrivée, il tombe, accroché par son grand rival algérien Noureddine Morceli qui remporte l'or olympique. El Guerrouj termine lui à une décevante 12e place. Ses supporters sont effondrés.

JO 2000

Aux Jeux Olympiques de Sydney, en 2000, il est le grand favori du 1 500 m. Il craque dans la dernière ligne droite et est une nouvelle fois battu, par le Kenyan Noah Ngeny. Cette médaille d'argent a un goût amer...

Les titres mondiaux, eux, s'accumulent : il fait le Grand Chelem et remporte 4 fois les Championnats du monde entre 1997 à 2003. Le 14 juillet 1998, à Rome, il bat même le record du monde détenu par Morceli en établissant un chrono de 3'26"00. Un record toujours invaincu aujourd'hui.

En 2003, aux Championnats du monde de Paris Saint-Denis, il innove et s'aligne sur 5 000 m, en plus de sa distance de prédilection. Il remporte une médaille d'argent.

 

JO 2004

En 2004, Hicham El Guerrouj remporte enfin l'or olympique. Il réalise même le doublé 1500-5000 m

Toutes ces récompenses ne sauraient combler le vide que représente pour lui l'absence de titre olympique. Les JO d'Athènes, en 2004, représentent sa dernière chance de conquérir le trophée qui lui manque. Lors de la finale, les choses semblent mal embarquées pour Hicham El Guerrouj. Le Kenyan Bernard Lagat le dépasse et tout le monde croit alors que le mauvais sort s'acharne sur le Marocain. Mais Hicham s'accroche et finit par remporter l'or olympique. Ses larmes de bonheur sont l'une des images qui ont le plus marqué le sport ces dernières années.

Quatre jours plus tard, il s'aligne sur le 5 000 mètres. Dominant Kenenisa Bekele, le grand favori de la compétition, Hicham El Gueerouj réalise le doublé, en remportant l'or sur 5 000 m aussi. Une performance inédite depuis 80 ans et le doublé de Paavo Nurmi aux JO de Paris.

Le 22 mai 2006, le Marocain a mis un terme à sa carrière.