Joseph Scipilliti : l'avocat qui a tiré sur le bâtonnier de Melun défendu par "Riposte Laïque"

Joseph Scipilliti : l'avocat qui a tiré sur le bâtonnier de Melun défendu par "Riposte Laïque" L'avocat qui a tenté de tuer le bâtonnier du barreau de Melun avec une arme à feu avant de se suicider s'appelle Me Joseph Scipilliti. "Riposte Laïque", journal d'extrême-droite, semble comprendre son geste et diffuse son journal testament.

[Mis à jour le 29 octobre 2015 à 15h27] Le personnel du tribunal de grande instance de Melun est encore secoué par le drame humain survenu ce matin. Vers 9 heures ce jeudi 29 octobre, un avocat, Me Scipilliti, a fait usage d'une arme à feu en direction du bâtonnier du barreau de Seine-et-Marne, Henrique Vannier, avec qui il avait rendez-vous dans son bureau. Les circonstances précises de ce geste fou sont encore indéterminées. Ce que l'on sait du drame pour l'heure, c'est qu'après plusieurs coups de feu, l'assaillant a ensuite mis fin à ses jours avec la même arme.

Le bâtonnier a rapidement été hospitalisé, mais demeure dans un état très grave. Il a subi une intervention chirurgicale en début d'après-midi. Selon une source proche du dossier citée par Le Figaro, Joseph Scipilliti avait été convoqué par le bâtonnier ce jeudi matin, dans les locaux de l'ordre des avocats. Il devait lui notifier sa suspension du barreau de Melun. Plusieurs sources ont fait état de rapports "houleux" par le passé entre l'avocat et son bâtonnier. Le cabinet du bâtonnier, joint par FranceTV info, indique notamment qu'"une procédure disciplinaire était en cours, pour des cotisations et des charges non réglées" et que Joseph Scipilliti "en faisait une affaire personnelle".

"Riposte Laïque" prend la défense de Joseph Scipilliti 

Le journal d'extrême doite "Riposte Laïque", qui était l'un des clients de Joseph Scipilliti, a mis en ligne ce matin un article pour défendre celui qui a voulu assassiner le bâtonnier de Melun, intitulé "Ils ont tué Joseph Scipilliti, notre avocat". "L’émotion nous submerge. Le regret, infini. La révolte, terrible. Nous rendrons un peu plus tard à Joseph tout l’hommage qu’il mérite", écrit Riposte Laïque, sans un seul mot pour la victime. "Avant de mourir, il a envoyé à un certain nombre de destinataires, dont nous, qu’il avait si brillamment défendus plusieurs fois, un livre [...] où il décrit le processus inexorable qui l’a conduit à son acte de ce matin".

"Riposte Laïque" va même plus loin en semblant d'une certaine manière justifier le geste fou de Joseph Scipilliti survenu se matin. "Naturellement la machine à broyer le patriote, celui dénonce le mur des cons (sic) se met en marche. Ils osent écrire qu’il aurait eu des problèmes personnels quand c’est tout le système qui s’est acharné contre lui". 

Joseph Scipilliti, qui était en contact avec les mouvances d'extrême droite, a aussi fait parvenir son texte à l'association Résistance Républicaine. Contactée par L'Express, sa présidente, Christine Tasin, explique avoir échangé quelques e-mails avec l'avocat ce matin. Dans l'un d'entres-eux, Joseph Scipilliti donne quelques précisions sur son journal : "Aujourd'hui vont se produire des événements graves qui vont lui donner toute leur portée".

Joseph Scipilliti évoquait le bâtonnier Vannier dans son journal

Le site d'extrême-droite met en ligne le journal de Joseph Scipilliti, qu'il a achevé d'écrire et qu'il signe le 27 octobre 2015. A la toute fin du prologue de son texte, comme pour présenter ses réflexions qui suivent sur l'Etat de droit, la vie quotidienne de l'avocat, les juges et la procédure disciplicanire, il écrit : "Me voilà donc sur le point de satisfaire ceux qui pour justifier leur domination ou leur soumission m’ont fait une réputation de cosaque. Pour une fois, je vais vraiment manquer de délicatesse". Un des chapitres de son journal est intitulé "Le bâtonnier, monarque en son royaume".

L'avocat qui a mis fin à ses jours évoque clairement dans son journal le conflit qui l'opposait au bâtonnier. Il écrit notamment, lorsqu'il apprend que des mesures disciplinaires pouvaient être engagées contre lui : "Je fis savoir au bâtonnier Vannier que si poursuites il y avait, je me réservais de saisir le Parquet Général de certaines pratiques douteuses qui avaient eu cours au barreau". Plus loin, à propos du bâtonnier : "Il incarnait à lui seul tout ce que je combattais depuis le début de ma carrière. On n’aurait pu me donner de meilleur interlocuteur pour que je puisse exprimer comme j’allais le faire ce que je préparais et retenais depuis longtemps avant de partir. Il était le candidat idéal. Il engagea au bout de quelques mois une procédure disciplinaire mijotée de longue date et ficelée de telle manière que j’avais le choix entre ne pas me défendre, ou le faire en négligeant tellement mon activité que cela équivaudrait à un point final". 

En vidéo - "Ça me surprend" a déclaré un des collègues du bâtonnier et de l'avocat :

Chargement de votre vidéo
"Coups de feu à Melun : "On a pas eu connaissance de ce différent""

Christiane Taubira indignée

La garde des Sceaux a publié un communiqué de presse pour faire part de son émotion. "Il n'est pas concevable que nos juridictions et les maisons de l'ordre des avocats deviennent pour eux des lieux dangereux. La ministre de la Justice adresse un message de sympathie à la famille et aux proches de Me Henrique Vannier et les assure de son entier soutien dans cette épreuve. Ses pensées vont également aux membres du barreau de Melun et à l’ensemble des magistrats et agents du TGI de Melun également ébranlés par ce drame".