Vaccin Spoutnik V : bientôt en France ? Ce qu'on sait des effets secondaires

Vaccin Spoutnik V : bientôt en France ? Ce qu'on sait des effets secondaires SPOUTNIK V. Le vaccin Spoutnik V pourrait bientôt faire son apparition en France. En effet, s'il reste critiqué pour sa conception rapide, il est toutefois efficace à 91% selon une récente étude.

Alors que la course à la vaccination continue, à travers le monde, la Russie pourrait bientôt voir son vaccin Spoutnik V arriver en France. En août 2020, le vaccin russe contre le coronavirus était le premier à être homologué. Il était alors baptisé Spoutnik V, en hommage au premier satellite envoyé dans l'espace par l'URSS en 1957. Cette rapidité, la mise sur le marché ayant eu lieu avant les essais de phase 3 - comme le rappelle France info -, a vivement été critiquée. Pourtant, une étude publiée le mardi 2 février dans la revue médicale The Lancet rapporte une efficacité du vaccin Spoutnik V à hauteur de 91%. "Le développement du vaccin Spoutnik V a été critiqué pour sa précipitation, le fait qu'il ait brûlé des étapes et une absence de transparence. Mais les résultats rapportés ici sont clairs et le principe scientifique de cette vaccination est démontré", ont estimé deux spécialistes britanniques, les professeurs Ian Jones et Polly Roy, dans un commentaire joint à l'étude du Lancet. France Info indique que la chancelière allemande Angela Merkel s'est déjà dite prête à "soutenir la Russie" dans sa demande d'autorisation auprès de l'Agence européenne des médicaments. Pour le moment, les autorités russes ont déposé une demande d'enregistrement dans l'Union européenne, et attendent un "premier examen en février". 

Quelle efficacité pour le vaccin Spoutnik V ?

Cette étude du Lancet place donc Spoutnik V parmi les vaccins les plus performants, avec ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna efficaces autour de 95% mais utilisant l'ARN messager. Dans le détail, les données recueillies par les scientifiques indépendants proviennent du dernier stade des essais cliniques du vaccin, la phase 3, qui porte sur près de 20 000 participants. Les participants à l'essai mené entre septembre et novembre ont tous reçu deux doses de vaccin ou de placebo à trois semaines d'intervalle. A chaque fois, cela s'accompagnait d'un test PCR. Dans les jours suivant l'administration de la deuxième dose, un test PCR n'était réalisé que chez les personnes qui développaient des symptômes. Au total, 16 volontaires sur 14 900 qui avaient reçu les deux doses du vaccin ont été testés positifs (soit 0,1%), contre 62 sur 4 900 qui avaient reçu le placebo (soit 1,3%). Toutefois, les auteurs de l'étude expliquent que "l'analyse de l'efficacité ne porte que sur les cas symptomatiques". "D'autres recherches sont nécessaires pour cerner l'efficacité du vaccin sur les cas asymptomatiques et sur la transmission".

Comment est formé le vaccin Spoutnik V ?

Le vaccin Spoutnik V est un vaccin "à vecteur viral", c'est à dire qu'on prend pour base d'autres virus, rendus inoffensifs et adaptés pour combattre le Covid (technique utilisée par le vaccin d'AstraZeneca/Oxford). Dans le détail technique de sa conception, alors que le vaccin d'AstraZeneca est basé sur un unique adénovirus de chimpanzé, le Spoutnik V russe utilise deux adénovirus humains différents pour chacune des deux injections. Selon ses concepteurs, le fait d'utiliser pour le rappel un adenovirus différent de celui de la première injection pourrait provoquer une meilleure réponse immunitaire.

Quels effets secondaires pour le vaccin Spoutnik V ?

À l'heure actuelle, il existe encore peu de données sur les effets secondaires du vaccin Spoutnik. Mais selon une analyse du laboratoire Gamaleya Research Institute- Health Ministry of the Russian Federation, "aucun événement indésirable grave n'a été détecté" lors de la première injection. En revanche, "un effet secondaire était plus fréquent après la seconde injection. Une douleur au point d'injection était signalée par 58% des participants (52,6% avec le vaccin congelé et 63,2% avec le lyophilisé). Les événements indésirables systémique les plus fréquents étaient une hyperthermie (52% des participants sur l'ensemble des sujets inclus dans les deux essais, 81,6% avec les vaccins congelés, 23,6% avec les lyophilisés), des céphalées (respectivement 42%, 52,6% et 31,6%), une asthénie (respectivement 28%, 44,7% et 10,5%), et douleurs musculaires et douleurs articulaires (respectivement 25%, 28,9% et 23,7%)."

Le vaccin distribué en Europe ?

Le Spoutnik V a été pour le moment homologué dans plus de quinze pays, d'ex-républiques soviétiques restées proches comme le Bélarus et l'Arménie, des alliés comme le Venezuela et l'Iran, mais aussi la Corée du Sud, l'Argentine, l'Algérie, la Tunisie ou le Pakistan. Pour l'instant le Kazakhstan, l'Inde, la Corée du Sud et le Brésil produisent le Spoutnik V alors que la Russie a annoncé avoir reçu des commandes de plus d'un milliard de doses. À l'heure actuelle, sa circulation est encore absente en Europe mais elle pourrait très vite changer après cette étude du Lancet.