Alexis Corbière et Raquel Garrido : des aides sociales pour des travaux, anormal ?

Alexis Corbière et Raquel Garrido : des aides sociales pour des travaux, anormal ? Le député de Seine-Saint-Denis et son épouse ont touché 12 000 euros d'aides pour rénover leur logement, après un incendie. Le Canard Enchaîné indique que cette aide est réservée aux foyers "très modestes".

[Mis à jour le mardi 31 octobre à 09h00] Un an après avoir déménagé de son logement HLM, le couple formé par le député Alexis Corbière et son épouse Raquel Garrido est à nouveau l'objet de révélations de presse sur leur logement. Le Canard enchaîné révèle dans son édition du 31 octobre que le député et la chroniqueuse ont bénéficié d'aides sociales, versées par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), pour financer une partie des travaux engagés à leur domicile, pou "amélioration énergétique". L'hebdomadaire ajoute que le montant de l'aide accordée est de l'ordre de 60% des frais engagés, soit un peu plus de 12 000 euros.

Le Canard Enchaîné ne conteste aucunement le caractère légal de la démarche entreprise par Alexis Corbière et Raquel Garrido, le couple a fourni tous les éléments nécessaires pour que cette aide leur soit versée en bonne et due forme. Reste que cette information peut paraître étonnante, compte tenu des revenus du député et de son épouse, avocate et chroniqueuse télé. Alexis Corbière est rémunéré comme parlementaire par une indemnité brute de 7 200 euros mensuelle ; son épouse est rémunérée par la société de Thierry Ardisson d'un montant sensiblement similaire, à côté de son activité d'avocate. Des revenus qui sont bien au-dessus du plafond permettant de toucher une aide sociale de l'Anah.

"Pas de filouterie préméditée" s'agace Alexis Corbière

Comment, donc, Alexis Corbière et son épouse ont-ils pu bénéficier d'une enveloppe de 12 000 euros ? Tout simplement parce qu'au moment où la demande d'aide a été effectuée, l'Anah exigeait du couple de justifier leurs revenus pour l'année précédente et que le dossier a été déposé par Alexis Corbière le 15 mai 2018, selon Le Canard Enchaîné. Le couple a alors communiqué à l'Anah 37 451 euros de revenus fiscal de référence, datant de 2016. Avec trois enfants, ces revenus sont considérés effectivement comme "très modestes" pour un couple en Île-de-France par l'Anah. "Je ne suis pas responsable ni du nom de ces catégories, ni des plafonds retenus. C'est la loi, et strictement la loi, qui a été appliquée pour l'étude de ma demande de subvention", s'est défendu le député LFI dans un communiqué, fustigeant la manière dont le Canard présente les choses. Et d'ajouter : "Il m'est particulièrement insupportable de lire que les travaux étaient en quelque sorte une filouterie préméditée de ma part". L'hebdomadaire satirique laisse entendre, en effet, que le député a avantageusement profité des délais et les dates de publication des chiffres de l'administration fiscale.

Dans son communiqué, Alexis Corbière prend soin de détailler la nature des travaux d'aménagement à son domicile. Il indique qu'un incendie est survenu dans son appartement en février 2018. Sa fille de 4 ans se serait retrouvée "coincée à l'étage par le feu qui remontait dans la cage d'escalier", précise-il. Son domicile est aujourd'hui équipé d'une chaudière à condensation et de deux portes supplémentaires, grâce aux financements de l'Anah et d'un emprunt à la banque.

Rappelons que quelques semaines après son élection à la députation, Alexis Corbière avait déjà fait face à une polémique concernant son logement situé dans le 12e arrondissement. Buzzfeed avait révélé en octobre 2017 qu'il occupait avec son épouse un appartement HLM au loyer de 1200 euros pour 80 mètres carrés. Le bailleur social propriétaire du logement s'était manifesté plusieurs mois plus tôt auprès de lui pour lui demander de quitter le logement, sans qu'il ne réponde aux courriers. L'affaire n'avait absolument rien d'illégal, mais avait posé quelques questions, compte tenu des revenus touchés par Alexis Corbière comme député et par son épouse, Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse sur C8. Le couple a quitté ce logement en octobre 2017 pour s'installer en Seine-Saint-Denis.