Nouveau Premier ministre : Borne nommée par Macron, un vrai changement ?

"Nouveau Premier ministre : Borne nommée par Macron, un vrai changement ?"

Nouveau Premier ministre : Borne nommée par Macron, un vrai changement ? PREMIER MINISTRE MACRON. C'est désormais officiel : Elisabeth Borne a été nommée Première ministre par Emmanuel Macron. Après Jean Castex, s'agit-il d'un vrai changement à la tête du gouvernement ?

L'essentiel
  • C'est officiel : Elisabeth Borne est la nouvelle Première ministre. Emmanuel Macron a annoncé sa décision dans un bref communiqué de presse, ce lundi 16 mai, en fin d'après-midi.
  • Comme attendu depuis le début de la journée, c'est donc la désormais ex-ministre du Travail qui s'installe à Matignon et devient cheffe du gouvernement. Evoquée de longue date, Elisabeth Borne a raflé la mise dans la dernière ligne droite.
  • 31 ans après la nomination d'Edith Cresson, Elisabeth Borne est la deuxième femme à accéder à une telle fonction. 
  • Dans son discours d'intronisation, la Première ministre a dit "dédier cette nomination à toutes les petites filles."
  • L'annonce de son futur gouvernement devrait intervenir dans la journée de mardi ou de mercredi. 
  • En nommant Elisabeth Borne à Matignon, Emmanuel Macron s'entoure d'un profil similaire à celui de Jean Castex.
  • Suivez les réactions et analyses en direct sur notre site.
En direct

23:50 - Elisabeth Borne devient la nouvelle Première ministre

[FIN DU DIRECT] Elisabeth Borne a été nommée Première ministre par Emmanuel Macron ce lundi 16 mai 2022, après la démission du gouvernement de Jean Castex. La passation de pouvoir entre Jean Castex et Elisabeth Borne a eu lieu ce lundi soir, à Matignon. Lors de sa prise de parole, Jean Castex a déclaré avoir "essayé de mener le bateau dans ces circonstances exceptionnelles avec un seul objectif : protéger, apaiser, expliquer, rassembler, fédérer". Et la nouvelle Première ministre de lui répondre : "Même si nous venons de familles politiques différentes, nous sommes attachés à la cohésion de notre pays, à l'égalité des chances. Vous pouvez compter sur moi pour poursuivre dans cette voie".

22:39 - Florian Philippot prévoit "un comité d'accueil" à Elisabeth Borne

Florian Phillipot annonce une manifestation ce samedi, un "comité d'accueil pour Elisabeth Borne.

22:24 - Elisabeth Borne remercie Emmanuel Macron

Elisabeth Borne a remercié Emmanuel Macron pour "sa confiance" et "de l’honneur" qu’il lui fait en la "nommant Première ministre".

21:59 - François Ruffin fait un résumé sur le "CV" d'Elisabeth Borne

Sur Twitter, François Ruffin a fait le résumé du "CV" d'Elisabeth Borne et parle de la "reine des technos".

21:56 - Éric Dupond-Moretti présente "ses vœux de réussite" à Elisabeth Borne

Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a présenté ses "vœux de réussite" à Elisabeth Borne.

21:25 - Zemmour dit que "2022 sera l'année de soumission à la gauche"

Sur BFMTV, Éric Zemmour a déclaré que "2022 sera donc l'année de la soumission à la gauche".

20:47 - Christophe Castaner réagit à la nomination d'Elisabeth Borne

Ancien membre du gouvernement, Christophe Castaner a réagi à la nomination d'Elisabeth Borne sur la plateau de France 5.

20:42 - "Elisabeth Borne, c'est la promesse de la destruction des services publics" selon Clémentine Autain

Clémentine Autain, député LFI a critiqué le choix d'Elisabeth Borne comme Première ministre.

20:29 - Gilbert Collard critique vis-à-vis d'Elisabeth Borne

Le président d'honneur de Reconquête!, Gilbert Collard, a critiqué la nomination d'Elisabeth Borne en faisant référence à ses expériences passées. 

20:25 - Mathilde Panot critique la nomination d'Elisabeth Borne

La présidente du groupe LFI à l'Assemblée a vivement critiqué la nomination d'Elisabeth comme Première Ministre : "Artisane du malheur des chômeurs, ministre fantôme de l’écologie, fossoyeuse du rail, administratrice d’un lobby de bétonneurs alors qu’elle était en fonction (...) Femme à tout faire de la Macronie, surtout quand il s'agit du pire".

20:07 - Fabien Roussel : "je crains que le Président ait trouvé en Mme Borne sa Mme Thatcher"

Sur RTL, Fabien Roussel, ex-candidat PCF à la Présidentielle, a commenté l'arrivée d'Elisabeth Borne à Matignon : "Son CV parle pour elle. C'est elle qui  abaissé les allocations chômage pour un million de chômeurs, c'est elle qui a fermé la centrale de Fessenheim, c'est elle qui a lancé la mise en concurrence de la SNCF et de la RATP. Elle a fait le choix du libéralisme, de la concurrence, jamais le choix d'augmenter les salaires. Et je crois qu'elle s'est déjà prononcée pour la retraite à 65 ans. Je crains que le président de la République ne s'entête et qu'il ait trouvé en Mme Borne sa Mme Thatcher. Et ça, oui c'est une mauvaise nouvelle."

19:52 - La prise de parole d'Elisabeth Borne est terminée

Elisabeth Borne ne s'est pas attardée devant le micro. La prise de parole de la nouvelle Première ministre est terminée.

19:48 - Elisabeth Borne "dédie cette nomination à toutes les petites filles"

Elisabeth Borne : "je ne peux pas m'empêcher d'avoir une pensée pour la première femme qui a occupé ces fonctions. Et peut-être je voudrais dédier cette nomination à toutes les petites filles, en leur disant : allez au bout de vos rêves et rien ne doit freiner le combat pour la place des femmes dans noter société."

19:46 - Borne : "Nous partageons la conviction que les politiques publiques doivent se bâtir dans le dialogue"

Elisabeth Borne : "Nous partageons la conviction que les politiques publiques doivent se bâtir dans le dialogue avec les élus, partenaires sociaux, associations. Même si nous venons de familles politiques différentes,  nous sommes attachés à la cohésion de notre pays, à l'égalité des chances. Vous pouvez compter sur moi pour poursuivre dans cette voie."

19:39 - Jean Castex appelle à ne pas "oublier" les "millions de concitoyens qu'on n'entend jamais"

Jean Castex, à l'adresse d'Elisabeth Borne : "N'oublie pas que, en réalité, il y a ce qu'on entend beaucoup, qui s'expriment fort et haut, et puis, il y a ces millions de nos concitoyens qu'on n'entend jamais, ou si peu, qui sont là , qui observent, qui agissent. Il faut veiller à ne jamais les oublier. Ils ne s'épanchent pas forcément su les réseaux sociaux, ils n'occupent pas forcément les chaines d'info en continu, mais ils ont la colonne vertébrale de la France."

LIRE PLUS

Elisabeth Borne nommée Première ministre par Emmanuel Macron

C'était le nom qui était répété à l'envi depuis la réélection d'Emmanuel Macron : celui d'Elisabeth Borne. Un profil qui correspondait aux divers critères qui semblent être requis pour ce chapitre Macron 2 : une personnalité capable, notamment, de porter la périlleuse réforme des retraites, de mettre en œuvre la planification écologique -le Premier ministre en sera "directement chargé" a annoncé Emmanuel Macron durant la campagne d'entre deux-tours mais aussi d'être issue de la gauche alors que c'est ce flanc politique que le chef de l'État drague en vue d'être réélu. L'alors ministre du Travail semble semblait répondre à ces pré-requis, elle qui détenait déjà le portefeuille lié à la principale réforme souhaitée par le président-candidat, après être passée par la Transition écologique et la direction du cabinet de Ségolène Royal lorsqu'elle était ministre de l'Ecologie. Présentée comme ex-proche du Parti socialiste, elle a bel et bien été nommée Première ministre lundi 16 mai 2022 par Emmanuel Macron.

Qui est Elisabeth Borne, Première ministre de la France ?

Intronisée Première ministre pour succéder à Jean Castex, Elisabeth Borne, 61 ans, s'installe donc à Matignon après une longue carrière dans la fonction publique, mais pas que. Passée par divers cabinets ministériels, elle fut également à la tête de la SNCF et de la RATP. Membre du gouvernement d'Emmanuel Macron depuis l'accession du président de la République à la fonction suprême, elle se voit là récompensée par le chef de l'Etat. Jeunesse, famille, fortune... Voici ce qu'il faut savoir sur le nouveau numéro 1 du gouvernement.

Elisabeth Borne est devenue la 25e personnalité à occuper le poste de Premier ministre sous la Ve République. Mais ce n'est que la deuxième femme dans l'histoire, 31 ans après la nomination d'Edith Cresson par François Mitterrand.

Election présidentielle