Cigarettes électroniques : la liste des molécules cancérogènes

Cigarettes électroniques : la liste des molécules cancérogènes La cigarette électronique, utilisée par près d'un million de Français, serait potentiellement cancérogène. Tour d'horizon des différentes molécules qui composent le gadget.

[Mis à jour le 28 août à 16h22] "Les cigarettes électroniques sont loin d'être les gadgets inoffensifs qu'on nous présente", affirme Thomas Laurenceau, rédacteur en chef du magazine de l'Institut national de la consommation (INC). Utilisée comme substitut à la cigarette par près d'un million de Français, l'objet n'avait jamais été étudié... Jusqu'à aujourd'hui. Grâce à une méthode inédite, "une installation capable de simuler le fonctionnement d'une cigarette électronique et de recueillir l'ensemble des composés émis", les chercheurs de l'INC affirment avoir découvert plusieurs molécules dans la vapeur de la e-cigarette, dont certaines sont des "molécules cancérogènes en quantité significative".

Plus alarmant, certains taux se rapprochent de ceux des cigarettes traditionnelles, mettant en cause la pertinence du produit, censé remplacer le tabac chez les gros fumeurs avec des effets moins néfastes. Formol, acroléine, acétaldéhyde... Parmi les innombrables molécules décelées par les scientifiques et répertoriées dans le magazine 60 Millions de consommateurs, trois sont particulièrement dangereuses pour l'homme :

 

La formaldéhyde ou formol

Les chercheurs ont observé que "dans trois cas sur dix, pour des produits avec ou sans nicotine, les teneurs en formaldéhyde relevées flirtent avec celles observées dans certaines cigarettes conventionnelles". Ce produit, plus communément appelé "formol", est un polluant classé parmi les molécules cancérogènes par le Centre international de recherches sur le cancer.

 

L'acroléine

Les recherches ont aussi permis de déceler une molécule très toxique : l'acroléine. Elle serait présente, en fonction des cigarettes électroniques, en quantités supérieures à la norme dans les cigarettes électroniques, "à des teneurs qui dépassent même parfois celles que l'on peut mesurer dans la fumée de certaines cigarettes". Ce produit est aussi toxique par inhalation que par ingestion et serait formé à partir de la montée en température excessive de l'appareil et de la molécule glycérine du liquide de la e-cigarette.

 

L'acétaldéhyde

Cette molécule imprononçable et potentiellement cancérogène est présente, mais son taux reste inférieur à celui des cigarettes conventionnelles. Elle est présente dans les e-cigarettes Cigway jetables, Nhoss jetables, Cigartex, Edsylver, Maygalia et Joyetech.

 

Les marques les plus dangereuses

L'étude ne s'arrête pas là. Selon les chercheurs, les doses varient en fonction des dispensaires d'e-cigarettes. En plus des molécules cancérogènes présentes dans la quasi-totalité des cigarettes électroniques sur le marché, les scientifiques ont décelé des traces de métaux, potentiellement toxiques pour l'Homme. Qui plus est, les doses varient en fonction des dispensaires : la Cigartex libère autant de nickel et de chrome qu'une véritable cigarette, la Cigway jetable libère plus d'antimoine qu'elle et l'E-Roll émet d'importantes quantités d'acroléine selon 60 Millions de consommateurs.Les marques sont aussi accusées de tromper les clients, selon le magazine de l'INC. Qu'il s'agisse de doses de nicotines discordantes, les "oublis" de mentionner la présence de certaines molécules telles que le propylène glycol, des bouchons de sécurité pour les enfants, les fabricants sont pointés du doigt. Thomas Laurenceau lance un appel au secours aux autorités de santé : il leur demande de réagir et de renforcer le contrôle effectué sur les cigarettes électroniques. Quant aux défenseurs de la cigarette électronique, certains d'entre eux réagissent sur le Web, pour contester cet article de 60 Millions de consommateurs.

Les e-cigarettes allègent le porte-monnaie

L'Institut national de la consommation a notamment examiné l'aspect financier de la consommation d'e-cigarettes. D'après leurs calculs, un fumeur qui consomme un paquet de cigarettes par jour dépense 2 482 euros par an. Pour les habitués des cigarettes électroniques, la dépense serait de 1 150 euros pour les cigarettes rechargeables et entre 1 425 et 2 138 euros par an pour les jettables.

Certaines e-cigarettes contiennent de la nicotine. L'institut national de la consommation souhaite un contrôle plus approfondi des produits utilisés et des composants afin de "prendre en compte les risques". Il faut rappeler que le tabac tue 73 000 français chaque année. 

Votre avis
 

EN VIDÉO - Marisol Touraine, ministre de la Santé, vise à interdire la cigarette électronique dans les lieux publics.


Article le plus lu - Préfecture de police : du nouveau sur la clé USB › Voir les actualités

Cigarettes électroniques : la liste des molécules cancérogènes

[Mis à jour le 28 août à 16h22] "Les cigarettes électroniques sont loin d'être les gadgets inoffensifs qu'on nous présente", affirme Thomas Laurenceau, rédacteur en chef du magazine de l'Institut national de la consommation (INC)....

Je gère mes abonnements push