La cigarette électronique recommandée par les autorités britanniques pour arrêter de fumer

La cigarette électronique recommandée par les autorités britanniques pour arrêter de fumer Une étude publiée par un organisme public britannique affirme que la cigarette électronique est environ 95% moins nocive que le tabac.

La cigarette électronique est environ 95% moins nocive que le tabac. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude menée par Public Health England, un organisme dépendant des autorités sanitaires britanniques. Selon elle, les cigarettes électroniques devraient même être reconnues comme un médicament et recommandées dans le cadre d’un sevrage. "Les résultats montrent de manière systématique que l’-cigarette est un outil supplémentaire pour arrêter de fumer", explique le professeur Ann McNeil qui a participé à l’étude. "De mon point de vue, les fumeurs devraient essayer de vapoter et ceux qui vapotent devraient cesser complètement de fumer".

EN VIDEO - Explosion d'une e-cigarette : danger réel ou accident rarissime ?

L’étude rappelle toutefois l’utilisation des cigarettes électroniques n’est pas sans risque. Il est vrai qu’elle s’oppose aux conclusions apportées par l’Organisation mondiale de la Santé et publiées en août 2014. Elles recommandaient notamment son interdiction en milieu fermé et sa vente aux mineurs. Actuellement, en France, les personnes de moins de 18 ans n’ont pas le droit d’utiliser de cigarette électronique. Selon l’étude britannique, elle n’inciterait pas les jeunes à se tourner vers le tabac.