Orages en Corse : fin de la vigilance, les images des violentes intempéries

"Orages en Corse : fin de la vigilance, les images des violentes intempéries"

Orages en Corse : fin de la vigilance, les images des violentes intempéries ORAGES. Après deux épisodes orageux, les vigilances oranges ont été levées en Corse le vendredi 19 août. L'état de catastrophe naturelle sera décrété mercredi a confirmé Gérald Darmanin compte tenu de la violence des orages. Les images.

[Mis à jour le 19 août 2022 à 15h19] Le violent épisode orageux qui a frappé la France et plus particulièrement la Corse touche à sa fin. Les vigilances oranges pour orages et inondations ont enfin été levées sur les deux départements corses dans la matinée du vendredi 19 août 2022. La veille et dans la nuit et jeudi à vendredi, les violentes intempéries marquées par des rafales tempétueuses et des pluies diluviennes ont fait plusieurs victimes :  cinq morts et une vingtaine de blessés dont quatre grièvement. Des "nouvelles rassurantes" concernant "les personnes qui étaient entre la vie et la mort" sont toutefois remontées aux oreilles du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en déplacement dans les campings corses sinistrés ce 19 août. Un bilan humain très lourd auquel s'ajoutent d'importants dégâts matériels.

Face à la violence des épisodes orageux, le ministre a confirmé que l'état de catastrophe naturelle sera décrété en Corse le mercredi 24 août. Mieux, Gérald Darmanin a indiqué qu'il reviendra sur l'île de beauté en septembre en compagnie du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, en septembre pour suivre le dédommagement des sinistrés et la reconstruction économique, sociale et environnementale de l'île.

Les orages en Corse ont-ils été annoncés trop tard par Météo-France ?

Les orages en Corse ont surpris par leur violence et la rapidité avec laquelle ils ont frappé l'île. Tôt dans la matinée du 18 août des rafales tempétueuses d'une force équivalente à celles observées lors d'ouragan de catégorie 4 et des pluies torrentielles sont survenues. Météo-France a enregistré des vents allant à plus de 200 voire 220 km/h par endroit et des cumuls d'eau de 80 à 100 mm. Outre la force, c'est la localisation de la perturbation orageuse qui a surpris et suscité la colère des habitants corses car aucun orage de la sorte n'avait été annoncé en Corse par les prévisions météorologiques. Depuis le 18 août, les critiques fusent à l'égard de Météo-France accusé d'avoir mal-évalué la situation. L'institut météorologique se défend face à ces reproches et a insisté sur le caractère "difficilement prévisible" des orages qui ont frappé la Corse.

Lorsque les orages ont éclaté en Corse, les deux départements de l'île étaient placés en vigilance jaune et sont entrés en niveau d'alerte supérieur une demi-heure après le début des intempéries selon plusieurs témoignages. Météo-France assure de son côté avoir élevé lae niveau d'urgence autour de 8h35 dès que la déviation de la perturbation vers les terres a été observée. Quant au décret initial de la vigilance jaune, les prévisionnistes de Météo-France ont expliqué s'être fiés aux modélisations numériques qui, pour la plupart, annonçaient une perturbation en mer. Une seule modélisation prévoyait le passage de l'orage au-dessus de la Corse. Les ingénieurs prévisionnistes, tels que de François Gourand aurpès de Franceinfo, reconnaissent toutefois "les limites de ce que les prévisions météo permettent de déceler." Cette erreur d'évaluation des orages en Corse est symptomatique de la difficulté d'alerter sans placer toute la France en vigilance. Un point qui mérite réflexion et sur lequel le chercheur Philippe Arbogast conclut : "Il faut trouver un équilibre entre essayer de ne pas louper un éléments et ne pas sur-alerter".

Fin des vigilances oranges en Corse

Les vigilances oranges pour orages et inondations ont été levées à 10 heures, vendredi 19 août, en Haute-Corse et en Corse-du-Sud. Les alertes ont fait des va-et-vient en Corse avec une vigilance déclenchée en urgence dans la matinée du 18 août face à l'arrivée soudaine de violentes intempéries et levée à 11 heures avant d'être de nouveau de mise en œuvre de 16 heures jusqu'au lendemain matin. Aucune nouvelle vigilance n'est attendue puisque l'épisode orageux touche à sa fin selon Météo-France.

Quel est le bilan des orages en Corse ?

Les orages qui ont frappé la Corse dans la matinée du 18 août 2022 ont fait au moins cinq morts et une vingtaine de blessés selon le bilan encore provisoire mais déjà lourd. Plusieurs personnes ont perdu la vie à cause de chutes d'arbre : une jeune fille de 13 ans au camping de Sagone, un homme de 46 ans dans un camping de Calvi, une femme de 72 ans sur la plage du Liamone, à Coggia, un pêcheur retrouvé à Girolata et une kayakiste qui a péri à Erbalunga. De nombreuses opérations de sauvetage ont eu lieu dont plus 125 en mer selon le préfet maritime. Au 19 août, ces interventions ne sont plus nécessaires et le bilan ne s'est pas alourdi.

D'autres victimes des intempéries tempétueuses sont les 7 000 résidents des campings qui ont été évacués des lieux de vacances dans la soirée du 18 août par mesure de sécurité. Tous ont pu rejoindre les établissements ce vendredi. Les dégâts matériels sont également nombreux car les rafales ont arraché des toitures et détruit plusieurs bateaux sur les côtes. Le réseau électrique a aussi été endommagé laissant 45 000 foyers sans électricité au plus fort des orages. Le courant a été rétabli progressivement et dans la soirée du 18 août encore près de 9 000 foyers étaient encore privés d'électricité.

Images des orages en Corse

Les images des violents orages qui ont touché la Corse ce jeudi 18 août ne manquent pas et montrent la violence des intempéries entre pluies torrentielles et rafales tempétueuses. Les orages ont sévi sur les côtes occidentales et orientales de la Corse.

Les dégâts causés par les orages, en mer comme sur les terres, sont aussi impressionnants. Sur les côtes, plusieurs bateaux ont été détruits sous la force des vents, des pluies et des vagues tandis que dans les terres on ne compte plus les arbres déracinés ou les toitures arrachées.