Routes à 80 km/h : quelles sont les routes où la vitesse a baissé ?

Routes à 80 km/h : quelles sont les routes où la vitesse a baissé ? Attention, depuis le 1er juillet 2018, la vitesse maximale autorisée est passée de 90 à 80 km/h sur de nombreux axes. Quelles sont les routes concernées ? On vous dit tout pour y voir plus clair et bien comprendre les nouvelles règles.

[Mis à jour le 9 juillet 2018 à 14h33] De nombreuses routes ont vu leur vitesse abaissée à 80 km/h le dimanche 1er juillet. Le décret concerne l'ensemble du territoire même si les départements ruraux, qui comprennent davantage d'axes aujourd'hui limités à 90 km/h, seront du coup concernés en premier lieu. Qu'en sera-t-il sur les routes près des grandes agglomérations : dans le bassin de la Gironde près de Bordeaux, autour de la métropole lyonnaise, de Nice ou de Lille ? Voici un premier aperçu de ce qui vous attend en ce mois de juillet.

Depuis le 1er juillet, la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparation est abaissée de 90km/h à 80km/h. Cette mesure sera effective au moins jusqu'en 2020, date où un bilan devrait être effectué. Vous pouvez retrouver toutes les infos : routes limitées à 80 km/h, amendes ou chiffres... et la réponse à toutes vos questions ci-dessous :

Routes à 80 km/h : les routes concernées

Quelles routes sont précisément concernées par cette mesure ? Beaucoup ! Le texte officiel transmis aux préfets en décembre évoque les "routes bilatérales". Le texte exact a été publié mi-juin 2018 au Journal Officiel et évoque, après la questions des autoroutes et voies rapides : "80 km/ h sur les autres routes. Toutefois, sur les sections de ces routes comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation, la vitesse maximale est relevée à 90 km/ h sur ces seules voies. Ces sections font l'objet d'une signalisation routière dans les conditions prévues par l'article R. 411-25." 

Par routes bilatérales, il faut donc entendre en fait celles à 1x1 voie (une voie dans chaque sens de circulation) et ne présentant pas de séparation physique entre les deux sens de circulation, c'est à dire aucun muret, terre-plein central ou encore glissières de sécurité. Les routes 2x2 voies sans séparation centrale (un cas extrêmement rare) sont donc exclues de ce nouveau texte et resteront à 90 ou 110 km/h en fonction de la signalisation déjà en vigueur.

Attention, les axes avec 2 voies d'un côté, une voie de l'autre (pour des zones de dépassement notamment) seront concernés dans un seul sens : celui à une voie de circulation, l'autre sens restant à 90 pour favoriser les dépassements. Il s'agit au final de l'essentiel du réseau routier extra-urbain, hors voies rapides et autoroutes. "A titre personnel, j'y suis favorable car je sais que deux tiers des accidents se concentrent sur ces tronçons de routes nationales et départementales bidirectionnelles aujourd'hui limitées à 90 km/h", avait déclaré Edouard Philippe début décembre lors d'une réunion consacrée à la sécurité routière. La vitesse sera alors de 80 km/h pour tous : deux-roues et voitures comme poids lourds. De quoi inquiéter certaines associations d'automobilistes...

Vitesse à 80 km/h : à quelle date ?

Le 1er juillet 2018, l'ensemble des routes concernées par le passage à 80 km/h a vu leur vitesse maximale autorisée abaissée de 10 km/h. Les acteurs n'ont eu que quelques mois pour commander et poser les panneaux de signalisation qui devront avertir les automobilistes de ce changement. La date du 1er juillet, soit juste avant les grands flux des départs en vacances d'été, avait été annoncée en janvier par le gouvernement. Cette limitation doit être en vigueur jusqu'à l'été 2020, date à laquelle un bilan doit être effectué et communiqué avant une possible (probable ?) prolongation.

Vitesse à 80km/h : quelles amendes ?

Comme pour tout excès de vitesse, le non-respect de cette vitesse maximale autorisée entraînera des sanctions : perte de points sur le permis de conduire et amende : 68 euros (montant forfaitaire) pour un excès de vitesse de moins de 20 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée, 135 euros s'il est inférieur à 50km/h de plus que la vitesse maximale autorisée  et 1500 euros s'il est supérieur à 50 km/h. Le retrait de points est d'un point quand l'excès de vitesse est inférieur à 20 km/h, deux points quand il est supérieur à 20 km/h mais inférieur à 30 km/h, de trois points quand il est supérieur à 30 km/h mais inférieur à 40 km/h, de quatre points quand il est supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h, et enfin de 6 points quand il est supérieur ou égal à 50 km/h.

Limitation de vitesse : les chiffres

La baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 km/h à 80 km/h avait été testée depuis 2015 sur trois tronçons : 18 kilomètres sur la RN7 dans la Drôme, 49 kilomètres entre Nièvre et Yonne sur la RN151 et 14 kilomètres en Haute-Saône sur la RN57. Mais aucune étude pouvant fournir un bilan de l'expérience n'a depuis été publiée. Matignon a tout de même choisi de l'étendre et finalement de la généraliser à l'ensemble du réseau de voies bilatérales, et non uniquement des zones ciblées jugées dangereuses. L'association "40 Millions d'Automobilistes" a déjà annoncé l'ouverture d'une pétition en ligne contre cette mesure jugeant qu'elle ne "permettrait en aucun cas d'améliorer la sécurité routière". La limitation de la vitesse à 80km/h est déjà en vigueur dans d'autres pays européens comme la Suisse, le Danemark, la Norvège, l'Irlande ou encore la Finlande.

Article le plus lu - Nordahl Lelandais fait de nouveaux aveux glaçants › Voir les actualités

Annonces Google