Jet Solidaire : des jets d'affaires au service des plus pauvres

Jet Solidaire : des jets d'affaires au service des plus pauvres Jet Solidaire affrète des jets d'affaires en proposant à ses clients de contribuer à la lutte contre les inégalités. Sébastien Dequenne, son dirigeant, explique son concept et son engagement.

Sébastien Dequenne est à l'initiative d'une start-up solidaire et détonante dans le secteur de l'aéronautique : Jet Solidaire. Ce professionnel spécialisé dans l'affrètement de jets d'affaires reverse 25% de ses bénéfices dans la lutte contre la pauvreté. Un ingénieur engagé qui a décidé de mettre ses compétences au service des plus pauvres.

Linternaute.com : comment vous est venue l'idée de Jet Solidaire ?

Sébastien Dequenne (CEO Jet Solidaire) : Je loue des jets privés depuis des années. En parallèle j'ai eu de nombreux engagements en faveur des plus pauvres. Lors d'une réunion du conseil d'administration d'une association qui s'occupe de jeunes aux parcours très difficiles et dont je suis administrateur, un autre membre du conseil s'est adressé à moi et m'a dit : " Sébastien, c'est merveilleux, avec tous tes clients fortunés, les dons pour notre association vont affluer. " Je lui ai répondu que j'aimerais bien que ce soit le cas mais que je me voyais mal tendre la main à un PDG du CAC 40 à la sortie de son jet pour lui demander de faire un don. Je représentais une grande compagnie de jets privés et c'était juste impensable. Mais c'est là que je me suis dit qu'il y avait moyen de trouver une solution gagnant-gagnant pour les voyageurs de l'aviation d'affaires et les associations qui luttent contre la pauvreté et l'exclusion.

Pouvez-vous nous expliquer le principe de votre start-up ?

Jet Solidaire loue des jets à ses clients et leur propose de choisir librement une démarche de solidarité avec les hommes et la planète à chaque voyage. Associer les mots "jet" et "solidaire" est possible uniquement parce que les jets d'affaires ont une réelle utilité. Rien à voir avec les yachts qui sont uniquement synonymes de plaisir et de loisirs. Impossible et impensable de créer "Yacht Solidaire" ! En revanche, l'avion d'affaires est un outil de productivité qui se justifie pleinement pour un homme d'affaires et pour le développement d'une entreprise. Il permet des gains de temps considérables. Les horaires sont flexibles, les contrôles sont rapides, l'accès à dix fois plus d'aéroports permet de se poser plus près de la destination finale, tous les vols sont directs,... De plus, il présente un réel atout en termes de sécurité, entre autre parce que les terminaux de départ et d'arrivée sont dédiés. Ceci dit, malgré sa réelle utilité, il est indiscutable qu'il s'agit d'un moyen privilégié pour voyager, même si le confort n'est pas toujours à la hauteur d'une classe affaires sur un avion de ligne, en particulier sur les petits jets.

Comment Jet Solidaire s'engage ?

Tout comme nous proposons à nos clients de compenser leurs émissions de CO2 avec la Fondation GoodPlanet, nous leur proposons également de compenser le coût de leur voyage, en faisant des dons au profit d'associations ou fondations luttant contre la pauvreté et l'exclusion comme la Fondation Caritas France, Aviation Sans Frontières ou les Avions du Bonheur. La facture est l'argument le plus percutant pour encourager ces compensations qui sont complètement libres. En effet, quand la facture arrive à la comptabilité, c'est toute la société qui est informée des dépenses de la direction. Recevoir une facture de Jet Solidaire passe nettement mieux que de recevoir une facture d'une société qui s'appellerait "Jet Grand Luxe". Si en plus, la facture porte une mention montrant l'engagement solidaire du dirigeant, tout le monde y gagne. Pour montrer son engagement, Jet Solidaire s'engage à verser 25 % de ses bénéfices pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion. Alternative au don : l'engagement à soutenir un entrepreneur social. En effet, nos clients ont de tels réseaux que l'aide qu'ils peuvent apporter à des entrepreneurs sociaux peut avoir plus d'impact qu'un don de mille ou deux mille euros.

Que faisiez-vous avant de lancer Jet Solidaire ?

Mon parcours n'a pas été en ligne droite mais chaque expérience a eu son utilité. Je suis ingénieur en aérodynamique de l'ISAE-ENSMA. Travailler chez BMW France m'a permis de plonger dans un univers vraiment premium, bien plus qu'avec les compagnies d'aviation d'affaires pour lesquelles j'ai travaillé avant de créer Jet Solidaire. Vivre pendant deux années en colocation solidaire avec d'anciens SDF m'a fait découvrir le monde impitoyable de la rue. Mais l'expérience la plus marquante fut la première : quatre semaines dans un bidonville aux Philippines.

Qui sont vos clients ? Comment réagissent-ils ? lorsque vous leur expliquez le concept de Jet Solidaire ?

Ce sont très majoritairement des dirigeants de grandes sociétés internationales. En revanche, ne comptez pas sur moi pour vous donner des noms. C'est top secret. Nous garantissons une confidentialité absolue à nos clients. A moins qu'ils ne veulent en parler. Je me permettrai juste de vous dire que deux sociétés du CAC40 se sont déjà adressées à Jet Solidaire pour des déplacements de leur PDG. La première réaction est la surprise mais ils comprennent généralement très rapidement l'intérêt de l'offre.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Que le développement de Jet Solidaire permette d'aider le plus grand nombre de personnes démunies. Et que Jet Solidaire donne envie à de nombreux voyageurs de l'aviation d'affaires de devenir de plus en plus philanthropes. La réussite de Jet Solidaire se mesurera par rapport à sa capacité à être solidaire avec les hommes et la planète. Si nous réalisons des millions de chiffre d'affaires mais échouons sur la solidarité alors Jet Solidaire sera un échec. En revanche, si nous arrivons à être véritablement solidaires, Jet Solidaire sera une réussite !

Pour en savoir plus : Jet Solidaire

Article le plus lu - Gilets jaunes : la consultation est mal partie › Voir les actualités

Annonces Google