REP (ex-ZEP) : quels sont les critères de choix retenus par l'Education nationale ?

REP (ex-ZEP) : quels sont les critères de choix retenus par l'Education nationale ? La réforme de l'éducation prioritaire est présentée par Najat Vallaud-Belkacem comme "plus juste" et prenant plus en compte les "difficultés sociales".

Le ministère de l'Education nationale synthétise les critères retenus pour établir la liste des REP (réseaux d'éducation prioritaire) et donc l'allocation des moyens mis en oeuvre : revenu des familles, nombre d'élèves et caractéristiques territoriales. "Ce changement de philosophie va, rentrée après rentrée, permettre de rendre l'école plus juste. Et ainsi, réduire les inégalités de départ" explique Najat Vallaud-Belkacem sur le site du ministère. Mais plus largement, "le nouveau modèle distinguera 15 profils qui croisent critères sociaux et territoriaux (de l'académie jusqu'au quartier)".

Pour entrer dans le détail méthodologique, il faut s'intéresser au modèle développé par la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp). C'est elle qui a été chargée d'établir les "familles des communes" des 23 000 villes qui ont une école publique, décrivant la "diversité géographique et sociale de notre territoire. Pour cela, deux critères ont été retenus : l'un, simplement géographique, classant les communes en trois catégories : rurale, intermédiaire et urbaine. L'autre critère classe les communes "en fonction du niveau de vie médian par unité de consommation". Le ministère indique que "les communes sont classées en 5 catégories égales de la plus pauvre à la plus riche".

EN VIDEO - Les choix défendus par Naja Vallaud-Belkacem ne sont pas du goût de tous les enseignants. Parmi ceux qui travaillent dans des ZEP qui ne seront pas transformées en REP, certains manifestent leur désaccord :

Article le plus lu - "Chikirou n'est pas ma compagne", s'agace Mélenchon › Voir les actualités

Annonces Google