Les policiers de Mexico au régime

Difficile de courir après un gangster quand on pèse plus de cent kilos et qu'on ne prend pas soin de son alimentation. C'est sans doute la logique qui a amené il y a peu la police de Mexico à mettre au régime 1 300 de ses officiers. La direction des forces de sécurité s'inquiète en effet que 70 % des 70 000 gardiens de la paix soient aujourd'hui touchés par des problèmes de poids.

Le fléau touche près de la moitié des 110 millions de Mexicains. Plus de 25 millions d'entre eux sont par ailleurs considérés comme obèses, c'est-à-dire en excès de graisses. Et avec un nombre d'enfants en surpoids en hausse de 8 % ces dix dernières années, le pays est en passe de faire mieux (ou pire) que les Etats-Unis en la matière. Au classement de l'OCDE, le Mexique figure déjà en deuxième position devant le Royaume-Uni, l'Australie et la République Slovaque. La France, avec 23 millions de personnes en surpoids dont 6 million d'obèses, arrive en neuvième position.

Mais comment inciter les policiers à donner l'exemple sans pour autant faire de chaque repas un acte criminel ? Nora Frias, secrétaire à la Sécurité publique de la ville, explique dans le Huffington post le programme qui va être imposé aux policiers ayant les problèmes les plus sérieux. "On ne peut pas leur dire : 'Ne mangez pas de sandwiches ou de tacos', rassure-t-elle. Mais ce qu'on peut leur dire, c'est que quand on mange un sandwich ou trois tacos, il faut compenser en y ajoutant quelques légumes". Chaque officier devrait tout de même être contraint de faire des tests sanguins pour évaluer régulièrement son taux de cholestérol et établir un plan personnalisé de perte de poids. Si son programme fonctionne on ne saurait que conseiller à cette chère Nora de renouveler au plus vite son stock d'uniformes…

Mexico

Dernière minute