Valérie Trierweiler : François Hollande "ne voit pas la réalité"

Valérie Trierweiler : François Hollande "ne voit pas la réalité" Pour Valérie Trierweiler, François Hollande n'a pas réagi correctement à la publication de son ouvrage. L'ex-Première dame dit de pas accepter "les accusations de mensonges".

Après avoir écoulé 500 000 exemplaires de son livre "Merci pour ce moment" et avoir été, à nouveau, sous le feu des critiques pendant des semaines, Valérie Trierweiler prend enfin la parole. L'ex-Première dame se livre sur le tourbillon médiatique et la polémique créée par la parution de son ouvrage, en marge d'un reportage réalisé à Madagascar pour Paris-Match. Valérie Trierweiler l'affirme haut et fort : elle "n'accepte pas les accusations de mensonge", faisant référence à la réaction de François Hollande sur la formule tant commentée des "sans-dents". Le président de la République avait assuré mi-septembre dans Le Nouvel Observateur qu"il ne voulait pas "qu'on puisse dire ou écrire qu'(il) (s)e moque de la douleur sociale". "C'est un mensonge qui me blesse" avait asséné le chef de l'Etat. François Hollande avait même hésité à attaqué l'ex-Première Dame, avant de se raviser.

Valérie Trierweiler avait fait la sourde oreille, allant jusqu'à refuser toute interview pour la promotion de son livre. Malgré tout, elle avait fait savoir qu'elle détenait "des preuves" que l'expression polémique avait bien été utilisée par François Hollande, et qu'elle les rendraient publiques si elle en était contrainte. Le chef de l'Etat se voile-t-il la face ? Que sous-entend la journaliste de Paris-Match ? "La politique isole de tout et de tous. Un dirigeant ne voit pas la réalité" explique Valérie Trierweiler, faisant clairement référence au président de la République. Le changement d'attitude de son ancien compagnon accédant aux plus hautes responsabilités, se réfugiant dans sa tour d'ivoire est d'ailleurs largement développé dans son livre "Merci pour ce moment".

EN VIDEO - La parution de "Merci pour ce monent" a provoqué une onde de choc politique à la rentrée.

Désormais, Valérie Trierweiler veut prendre de la distance. Ce reportage à Madagascar, elle le vit comme une manière de rompre avec sa mauvaise expérience à l'Elysée : "Personne ne me reconnaît au fin fond d'un village de Madagascar ou dans un quartier défavorisé au bout du monde. C'est sans doute la meilleure façon de passer à autre chose, de tourner la page. Et d'être enfin moi-même, libérée du passé" affirme-t-elle dans Paris-Match.

Article le plus lu - Jean-Marie Le Pen hospitalisé sur demande des médecins › Voir les actualités

Annonces Google