Jeannette Bougrab : après le choc, l'hospitalisation

Jeannette Bougrab : après le choc, l'hospitalisation Celle qui se présente comme la compagne de Charb, Jeannette Bougrab, ne s'est pas rendue à son enterrement vendredi. La jeune femme était ce jour-là à l'hôpital, à Paris.

Jeannette Bougrab n'était pas présente aux obsèques de Charb, à Pontoise, mais ce n'est peut-être pas parce qu'elle ne voulait pas entrer en conflit avec la famille du défunt ce jour-là. Le Parisien nous apprend que la jeune femme, qui se présente comme la veuve du dessinateur assassiné, était hospitalisée vendredi. L'ancienne secrétaire d'Etat n'aurait pu rentrer chez elle que samedi, après plusieurs jours passés dans l'établissement hospitalier du Val-de-Grâce, à Paris. Jeannette Bougrab, qui s'est dévoilée dans les médias français et américains la semaine dernière, apparaissait très affaiblie et manifestement bouleversée par la disparition de Charb.

Quelle que soit la relation qu'elle ait entretenue avec le directeur de la publication de Charlie Hebdo, une des victimes de l'attentat perpétrée le 7 janvier, la peine et l'émotion de Jeannette Bougrab semblent bien réelles. La jeune femme a eu des paroles qui témoignent du traumatisme qu'elle a vécu : "Je préfèrerais être morte et que Charb soit en vie" déclarait-elle un sanglot dans la voix à une chaîne américaine. "Je ne voulais pas y croire, ce n'était pas possible, c'était un cauchemar" expliquait-elle au sujet du choc ressenti le jour de l'attentat. Ce jour-là, elle avait déjà été hospitalisée après s'être effondrée.

Mort de Charb, "reniement" de la famille : le choc de trop ?

Si les adieux de Jeannette Bougrab à Charb n'ont pas pu se faire lors de ses obsèques vendredi, la jeune femme s'est tout de même rendu à la morgue. "J'ai embrassés ses mains et sa tête, mais pas son visage car il n'avait pas de visage. Les médecins avaient mis un voile sur son visage parce qu'il était trop abîmé" explique-t-elle lors de son interview américaine. La famille de Charb avaient publiquement et "formellement démenti l'en­ga­ge­ment rela­tion­nel de Charb avec Jean­nette Bougrab", demandant à la jeune femme de ne plus s'exprimer dans les médias.

Les volontés des proches de Charb ont manifestement attristé Jeannette Bougrab, qui déplorait cette situation, engageant ses forces à prouver leur relation. Après avoir publié une photo d'elle complice avec Charb et sa fille à Paris Match, elle accusait la famille de Charb de s'en prendre à elle sans raison : "C'est moche d'en arri­ver là. Personne ne pourra m'en­le­ver ma rela­tion avec Charb" jugeait-elle dans l'hebdomadaire, avant d'ajouter dans une interview au Figaro Magazine, publiée vendredi : "Ses proches sont moins tolérants (que lui) et apprécient peu qu'un homme de gauche et une femme de droite puissent s'aimer. C'était pourtant la réalité".

Article le plus lu - Remaniement : découvrez le nouveau gouvernement › Voir les actualités

Annonces Google