Nicolas Sarkozy : il embauche la demi-soeur de Carla Bruni aux frais du contribuable

Nicolas Sarkozy : il embauche la demi-soeur de Carla Bruni aux frais du contribuable Mediapart révèle tous les avantages dont bénéficie Nicolas Sarkozy en tant qu'ancien président de la République. L'Etat lui a notamment remboursé 1,6 million d'euros de frais. Une somme qui lui a notamment permis de rémunérer les conseillers dont il s'est entouré. Et parmi eux, on trouve la demi-sœur de Carla Bruni.

[Mis à jour le 23 janvier à 9h24] Aux frais de la princesse... ou plutôt du contribuable. En tant qu'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy peut bénéficier de plusieurs avantages, tous payés par l'Etat. Tous les ex-locataires de l'Elysée ont droit à la générosité de la République depuis une loi de 1955. Mais c'est Laurent Fabius, alors Premier ministre, qui a pris une "décision" en 1985 pour consolider les "droits" des anciens chefs d'Etat. Et ça, le chef de l'UMP ne l'a pas oublié. Mediapart liste ce lundi, en détails, tous les privilèges dont profite Nicolas Sarkozy. Le plus gros poste de dépenses se situe dans la rémunération du personnel mis à sa disposition. On dénombre 5 fonctionnaires ainsi que 5 conseillers payés entre 5 247 et 7 020 euros net par mois. Et parmi ces conseillers, figure une certaine Consuelo Remmert, qui se trouve être... la demi-sœur de Carla Bruni, la femme de Nicolas Sarkozy. Selon Mediapart, celle qui a le titre de "conseillère diplomatique" aurait le rôle d'organiser les fameuses conférences rémunérées que l'ex-chef d'Etat donne dans le monde entier. Au total, le coût de personnel se chiffre à 1,6 million d'euros pour deux ans et demi. Les modalités de mise en oeuvre des avantages précisées en 1985 laissent la liberté aux anciens chefs d'Etat de choisir comme bon leur semble les personnels "mis à leur disposition ou rémunérés par l'Etat".

On apprend également que l'ancien président, entre mai 2012 et décembre 2014, a entièrement renouvelé le mobilier du 77 de la rue Miromesnil, là où il a installé ses bureaux (Paris). Nouveaux meubles, nouveaux ordinateurs et téléphones. Mais aussi lampadaires, canapés, fauteuils, porte-manteaux, coffre-fort et coffre de sécurité... 55 000 euros ont été dépensés en tout. L'Etat paie également le loyer de ces bureaux : plus de 196 000 euros par an, ce qui correspond à environ 16 000 euros par mois, pour une surface de 320 m2. Ce n'est pas tout : Nicolas Sarkozy jouit aussi d'une Citroën C6 V6 HDI Exclusive, achetée 44 140 euros après sa défaite à la présidentielle contre François Hollande. Mediapart va même jusqu'à fournir la facture du carburant : 4 046 euros par an, auxquels il faut rajouter 5 031 euros par an d'entretien.

Avantages, cérémonial, rang protocolaire

Les dispositions prises par Laurent Fabius en 1985 précisent non seulement les avantages pratiques et financiers, mais aussi le rang protocolaire des anciens chefs d'Etat. Ainsi, "lorsque les corps constitués sont convoqués", "les anciens présidents de la République prennent rang entre le président de l'Assemblée nationale et les membres du gouvernement". Le texte ajoute également qu'ils sont "invités à toutes les grandes réceptions, tant nationales qu'internationales, dès lors que les corps constitués y sont conviés ensemble".

Reste que les révélations qui font écho à la tribune écrite par plusieurs députés socialistes en décembre dernier. Emmenés par Yann Galut et Alexis Bachelay : ils réclamaient que Nicolas Sarkozy abandonne les avantages dont il bénéficie comme ancien président, arguant qu'il était avant tout le chef de l'opposition. L'entourage de Nicolas Sarkozy, lui, réfute tout mélange des genres. Comme l'indique le Figaro, Véronique Waché, sa conseillère en communication, jurait à Mediapart le 15 janvier dernier que tous les frais qui concernent l'organisation avaient été doublés, si bien que les frais liés à sa fonction d'ancien président ne bénéficient pas au chef de l'UMP.

En vidéo - Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a reçu samedi les nouveaux adhérents du parti, un rendez-vous qu'il veut renouveler chaque mois.

Article le plus lu - Remaniement : c'est imminent, ultimes rumeurs › Voir les actualités

Annonces Google