Primaire de la droite : le candidat Fillon déjà gagnant de la présidentielle dans les sondages

Primaire de la droite : le candidat Fillon déjà gagnant de la présidentielle dans les sondages Le résultat de la primaire de la droite et du centre a offert la victoire à François Fillon. Les sondages voient déjà le nouveau candidat LR en tête de l'élection présidentielle.


Suivez en direct l'élection présidentielle 2017 sur Linternaute.com. Depuis l'affaire Fillon, l'élection présidentielle a pris une toute autre tournure. Les 23 avril et 7 mai 2017, dates officielles du scrutin, le vainqueur de la primaire de la droite pourrait être largement dépassé par une Marine Le Pen conquérante et un Emmanuel Macron très haut dans les sondages. Candidats, sondages, résultat de la présidentielle... Retrouvez toutes les infos dans notre live.

Election présidentielle 2017 : dates, candidats, sondages, résultat


[Mis à jour le 1 décembre 2016 à 15h50] La primaire de la droite et du centre, qui avait lieu les 20 et 27 novembre dernier, a désigné François Fillon comme candidat pour l'élection présidentielle. L'ancien Premier ministre a créé la surprise lors de scrutin en réalisant une remontée juste avant le premier tour et en éliminant du même coup Nicolas Sarkozy. Il a ensuite battu Alain Juppé, qui était pourtant donné favori durant des mois, avec 66,5 % des voix contre 33,5 % pour le maire de Bordeaux.

Sa première action après avoir été désigné candidat a été de remanier le parti Les Républicains. Bernard Accoyer a ainsi été désigné secrétaire général, Laurent Wauquiez qui était président par intérim est devenu vice-président, une fonction également dévolue à Isabelle Le Callennec. Jean-François Lamour a été choisi pour présider la commission nationale d'investiture. Enfin, Gérard Larcher a été placé à la tête d'un comité politique. Thierry Solère, le Monsieur Primaire, est devenu porte-parole de campagne. Autant de personnalités qui pourraient constituer un futur gouvernement si François Fillon remportait le scrutin de mai prochain.

Résultat de la primaire de la droite

Par département

Cliquez sur un département pour trouver une ville
  • Résultats du second tour (définitifs, sur 4 381 298 votants).
Candidat
Voix
%Voix
F. FILLON
2 904 246
66,5%
A. JUPPÉ
1 464 075
33,5%

 Votes blancs et nuls : 12 977

  • Résultats du premier tour (définitifs, 4 298 097 votants).
Candidat(e)
Voix
%Voix
F. FILLON
1 890 266
44.1%
A. JUPPÉ
1 224 855
28.6%
N. SARKOZY
886 137
20.7%
N. KOSCIUSKO-MORIZET
109 655
2.6%
B. LE MAIRE
102 168
2.4%
J-F. POISSON
62 346
1.4%
J-F. COPÉ
12 787
0.3%

 Votes blancs et nuls : 9883.

Sondages de la primaire de la droite

30 novembre 2016 - François Fillon en tête au premier tour, d'après un sondage Elabe réalisé les 28 et 29 novembre pour Les Echos et BFMTV. Le candidat LR remporterait 31 % des suffrages si Arnaud Montebourg ou Manuel Valls représentait la gauche et 30 % s'il s'agissait de François Hollande. Tous les scénarios testés prennent en compte une candidature de François Bayrou et d'Emmanuel Macron. François Fillon devancerait Marine Le Pen de 6-7 points. Suivraient ensuite Emmanuel Macron à 14-17 %, Jean-Luc Mélenchon à 12 %, le candidat de la gauche à 5-9 %, François Bayrou à 5-6 %, Nicolas Dupont-Aignan à 2 %, Yannick Jadot à 1,5 %, Philippe Poutou à 1 % et Nathalie Arthaud à 0,5 %. Au second tour, Elabe rejoint Kantar TNS : François Fillon est crédité de 66 % des voix contre 34 % pour Marine Le Pen. Lire sur le site d'Elabe.

Résultat de l'étude Kantar Sofres sur la présidentielle

29 novembre 2016 - François Fillon devance Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, selon un sondage Kantar Sofres-One Point pour LCI, RTL et Le Figaro réalisé le 28 novembre. Il est crédité de 28 à 34% des voix selon les configurations. Le candidat de la droite obtiendrait son meilleur score si François Hollande représentait la gauche et que ni Emmanuel Macron, ni François Bayrou ne venait troubler le jeu. A l'inverse, une candidature de Manuel Valls, Emmanuel Macron et François Bayrou viendrait l'affaiblir et ne lui permettrait pas de dépasser les 28% au premier tour. Quoi qu'il en soit, François Fillon devancerait Marine Le Pen de 4 à 8 points. Au second tour, l'ancien Premier ministre remporterait l'élection avec 66% des voix, contre 34% pour la candidate FN. Lire sur le site de Kantar Sofres.

Fillon gagnant selon Harris.

27 novembre 2016 - François Fillon remporterait l'élection présidentielle selon un sondage Harris Interactive pour Public Sénat et LCP réalisé le jour du vote pour le second tour de la primaire. Le candidat de la droite recueillerait 67% des voix face à Marine Le Pen donnée à 33%. Au premier tour, plusieurs scénarios sont testés, avec François Hollande candidat ou Manuel Valls. Dans tous les cas, François Fillon est crédité de 26% des suffrages. Il devancerait Marine Le Pen à 24%, Jean-Luc Mélenchon à 15 ou 13% et Emmanuel Macron à 13 ou 14%. Le candidat socialiste, François Hollande ou Manuel Valls, ne se placerait qu'en cinquième position avec 9% des voix. Lire sur le site d'Harris Interactive.

27 novembre 2016 - François Fillon devancerait Marine Le Pen de 10 points au premier tour de la présidentielle, selon un sondage Odoxa avec Dentsu Consulting pour France 2. Le désormais candidat de la droite recueillerait 32% des voix au premier tour, devant Marine Le Pen à 22%, Emmanuel Macron à 13%, Jean-Luc Mélenchon à 12%, François Hollande à 8%, François Bayrou à 6%, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan et Yannick Jadot à 2%, et enfin Philippe Poutou à 1%. Au second tour, l'étude réalisée le vendredi 25 novembre, avant le second tour, conclue à une victoire écrasante de François Fillon face à Marine Le Pen, 71% contre 29%. Lire sur le site d'Odoxa.

Candidats à la primaire de la droite

Les finalistes

Alain Juppé, maire de Bordeaux, s'est déclaré candidat dès août 2014 par le biais d'un message posté sur son blog. "Nous devons la gagner (la présidentielle 2017, ndlr) pour sortir la France du marasme où elle stagne aujourd'hui", écrivait-il. Il entendait "rassembler dès le premier tour les forces de la droite et du centre autour d'un candidat capable d'affronter le Front national d'un côté et le PS ou ce qui en tiendra lieu de l'autre". Alain Juppé peut notamment compter sur le soutien de François Bayrou et d'une large partie l'UDI. Hervé Mariton, dont la candidature a été invalidée par la Haute autorité, a également décidé de se ranger à ses côtés.

François Fillon, ancien Premier ministre, a annoncé qu'il se portait candidat en avril 2015 dans les colonnes du Point. "Je suis candidat pour porter un projet de rupture et de progrès autour d'une ambition : faire de la France la première puissance européenne en dix ans", avait-il déclaré. Il a annoncé en janvier 2016 qu'il quitterait la politique si jamais il échouait à remporter cette primaire. 

Les éliminés au premier tour : l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le député de l'Eure Bruno Le Maire, l'élue de Paris Nathalie Kosciocko-Morizet, le maire de Meaux Jean-François Copé, et le député des Yvelines et président du parti chrétien démocrate Jean-Frédéric Poisson étaient aussi candidats. Ils ont été éliminés au premier tour.

Date de la primaire de la droite

La primaire des Républicains s'est tenue le dimanche 20 novembre 2016. Aucun candidat n'étant parvenu à recueillir 50 % des voix, un second tour a été organisé le 27 novembre, soit une semaine plus tard. La campagne a officiellement débuté le 21 septembre, le jour de la publication de la liste officielle des candidats par la Haute autorité. Quatre débats télévisés ont été organisés : le 13 octobre, le 3 novembre, le 17 novembre et le 24 novembre.

La date de la primaire de la droite avait fait débat au sein des Républicains. Plusieurs responsables du parti voulaient que la date de la primaire de la droite soit avancée en juin 2016. Ils souhaitaient déterminer au plus tôt le candidat afin d'éviter les longs mois d'affrontement, et se donner le temps de renforcer l'union derrière la personne désignée alors que l'absence de la droite au second tour de la présidentielle au profit de Marine Le Pen était envisagée. Les partisans d'une primaire avancée étaient aussi des soutiens de Nicolas Sarkozy, qui espéraient ainsi donner plus de chances au président des Républicains d'être élu candidat. Parmi eux, on comptait notamment Eric Ciotti, Luc Chatel, Gérard Longuet et Christian Jacob. Alain Juppé et François Fillon, les principaux opposants de l'ancien chef de l'Etat durant cette primaire, préféraient eux garder la date initialement choisie, arguant des difficultés d'organisation en cas de délais réduits. Finalement, le débat a été tranché par Christian Jacob, patron des députés LR, mi-décembre et  le calendrier avait été maintenu. "Il n'y a visiblement pas de consensus", avait-il affirmé.

Comment voter à la primaire de la droite

En 2016, le site de la primaire LR précisait que pour voter il fallait être inscrit sur les listes électorales au 31 décembre 2015. Certains mineurs pouvaient toutefois participer. "Une liste électorale complémentaire est établie afin de permettre aux citoyens ayant 18 ans à la date de l'élection présidentielle 2017 de prendre part au scrutin", précisait la Haute autorité. Ils devaient se préinscrire sur Internet. Les Français établis hors de France devaient également se soumettre à une préinscription pour pouvoir participer par voie électronique.

Ceux souhaitant exprimer leur voix devaient simplement se rendre à leur bureau de vote, payer deux euros et signer une "charte de l'alternance" assurant qu'ils partagaient "les valeurs de la droite républicaine et du centre" et qu'ils s’engageaient "pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France". Pour cette primaire, le vote électronique tout comme la remise d'une procuration n'étaient pas possibles, les électeurs devaient donc se déplacer dans l'un des 10 000 bureaux de vote prévus sur l'ensemble du territoire.

Résultats des élections à l'UMP

Avec la primaire de la droite de 2016, ce n'était pas la première fois que Nicolas Sarkozy se mesurait à d'autres personnalités de son camp à travers une élection interne. En 2004, il s'était en effet battu pour accéder à la présidence de l'UMP, dans l'optique de remplacer Alain Juppé suite à sa mise en cause dans l'affaire des emplois fictifs et à sa démission. Le 28 novembre, lors d'un congrès au Bourget – qui avait alors fait polémique de par son ampleur et les dépenses engagées-, Nicolas Sarkozy avait été largement choisi par 85,09 % les adhérents, quand 9,1 % se prononçaient pour Nicolas Dupont-Aignan et 5,82 % pour Christine Boutin. Le taux de participation était alors de 53,29 %.

Après la défaite de 2012, une autre élection avait opposé François Fillon à Jean-François Copé, deux autres candidats de cette primaire de la droite aujourd'hui. Après des jours de crise, les deux candidats dénonçant des fraudes, c'est finalement Jean-François Copé qui sera déclaré vainqueur, avec 50,03 % des voix contre 49,97 % pour son adversaire. Quelques dizaines de voix séparaient les deux candidats selon des résultats officiels sujets à caution et qui ont laissé des traces durables. Enfin, une autre élection à l'UMP a eu lieu en 2014 et opposait cette fois Nicolas Sarkozy, de retour en politique, Bruno Le Maire, Hervé Mariton. L'ancien président s'était imposé sans plébiscite avec 64,5 % des voix contre 29,18 % pour Bruno Le Maire et 6,32 % pour Hervé Mariton.

Nicolas Sarkozy / François Fillon