Elections sénatoriales 2017 : liste des candidats, date, résultat

Elections sénatoriales 2017 : liste des candidats, date, résultat ELECTION SENAT - Qui est candidat aux élections sénatoriales dans votre département ? Qui vote pour les désigner ? Voici tout ce qu'il faut savoir sur les élections de septembre 2017, qui détermineront le poids politique de la majorité au sein du Parlement pour les 3 prochaines années.

[Mis à jour le 11 septembre 2017 à 14h53] Dans quelques jours, en France, a lieu une nouvelle grande élection, à l'issue de laquelle plus 171 parlementaires, mandatés pour participer à l'établissement des lois, seront élus. Il s'agit des élections sénatoriales, pour lesquelles plus de 1900 postulants se sont présentés. La liste de tous les candidats aux sénatoriales 2017 est désormais accessible sur ce site.

Les prochaines élections sénatoriales revêtent une importance politique considérable, quelques mois seulement après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République et l'installation d'une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale. Plus largement, la recomposition opérée dans le champ politique - lors de la campagne, puis depuis la victoire des macronistes - donne à ces sénatoriales 2017 une dimension très particulière : après les législatives, le parti de la majorité gouvernementale est-il en mesure de faire élire suffisamment de sénateurs pour disposer de la majorité des 3/5 pour les trois prochaines années ? C'est le principal enjeu de ces élections sénatoriales.

Rappelons qu'à partir de ce seuil, le gouvernement peut compter sur ses élus pour faire voter une réforme constitutionnelle sans passer par l'organisation d'un référendum. Or ces élections sénatoriales ne concernent que 171 sièges sur les 348 que compte la Haute Assemblée. Le Sénat est en effet renouvelable par moitié tous les 3 ans, ce qui constitue un gage de stabilité et de continuité.

Date des sénatoriales 2017

Les élections sénatoriales ont lieu le dimanche 24 septembre 2017, date à laquelle sont convoqués les collèges électoraux. Dans les départements concernés où les élections ont lieu au scrutin majoritaire, en Martinique, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et à Saint-Pierre-et-Miquelon, le premier tour sera ouvert de 8h30 à 11h00. Le second tour de scrutin sera ouvert de 15h30 à 17h30. Dans les départements où le scrutin se déroule à la représentation proportionnelle, le vote sera ouvert de 9 heures à 15 heures. Les élections se passent dans le chef-lieu du département concerné et dans les ambassades pour les sénateurs représentant les Français de l'étranger.

Candidats aux élections sénatoriales

Les candidatures ont été déposé en préfecture la semaine du 4 août 2017. Au total, 1971 candidats se présentent à sénatoriales 2017, ce qui constitue un record pour cette élection. En 2014, lors du précédent renouvellement sénatorial, 1733 candidats s'étaient présentés. A l'époque, il s'agissait déjà d'un record. A noter, cette année, deux ministres se présentent : Gérald Darmanin, ministres de l'Action et des Comptes publics (à une place non éligible) dans la Nord, et Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur, dans le Loir-et-Cher.

Consultez ci-dessous les candidats qui se présentent en cliquant sur un département :

S'il y a lieu de procéder à un second tour, "les déclarations de candidature doivent être déposées auprès des services du représentant de l'Etat le jour du scrutin au plus tard à 15 heures", indique le décret du 2 juin 2017 portant convocation des collèges électoraux. La liste des candidats sera consultable sur ce site dès qu'elle sera officiellement communiquée par le ministère de l'Intérieur.

Sénatoriales 2017 : les départements concernés

Le 24 septembre 2017, seulement 44 circonscriptions sont concernées par l'élection sénatoriale, celles de "la série 1". Sont concernés les départements suivants : l'Indre-et-Loire, l'Isère, le Jura, les Landes, le Loir-et-Cher, la Loire, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Loiret, le Lot, le Lot-et-Garonne, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Manche, la Marne, la Haute-Marne, la Mayenne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, le Morbihan, la Moselle, la Nièvre, le Nord, l'Oise, l'Orne, le Pas-de-Calais, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, la Savoie, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d'Oise, la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie.

Fonctionnement des élections sénatoriales

Contrairement aux députés, les sénateurs ne sont pas élus par l'ensemble des citoyens. Ils sont en effet désignés au suffrage universel indirect, par les "grands électeurs". Ce collège électoral est composé d'élus, qui sont eux issus du suffrage universel direct. A savoir : des députés, des sénateurs, des conseillers régionaux du département concerné, des conseillers de l'Assemblée de Corse, des conseillers départementaux. Mais l'essentiel des grands électeurs sont les délégués des conseils municipaux : ils représentent à eux seuls 95 % des 162 000 personnes composant le corps électoral de cette élection.

Il existe deux modes de scrutin pour ces élections sénatoriales. Dans 18 circonscriptions concernant au total 34 sièges, s'applique le scrutin majoritaire à deux tours. Pour être élu, un candidat doit obtenir la majorité absolue, avec un nombre de voix égal au quart des électeurs inscrits. Si un second tour est nécessaire, la majorité relative suffit. En cas d'égalité du nombre de voix, c'est le candidat le plus âgé qui est élu. Dans les circonscriptions élisant 3 sénateurs ou plus, le mode de scrutin est différent : c'est la représentation proportionnelle qui s'applique. Cette année, 26 circonscriptions (130 sièges) sont concernés.

Les sénatoriales pour En Marche

L'assemblée haute dispose déjà de 30 sénateurs La République en Marche, suite à la constitution d'un groupe fin juin, après les élections législatives. Mais le parti de la majorité ne peut pas compter sur l'élan qui a mené à la large victoire de l'élection présidentielle puis des législatives. Ce sont des élus locaux qui votent, et ceux-ci sont très majoritairement issus de LR et du PS. Le Canard Enchaîné révélait mi-août que le président du Sénat, Gérard Larcher lui-même, aurait convaincu bon nombre de responsables politiques locaux de ne pas lorgner du côté d'En Marche. La réforme de la taxe d'habitation promise par le président a fini de persuader bon nombre de conseillers municipaux de ne pas accorder de voix à La République en Marche. A l'issue du scrutin, il est fort probable que soient élus davantage de candidats de la droite que de candidats En Marche. Voilà qui constituerait le premier revers électoral pour Emmanuel Macron.

Résultat des élections au Sénat

L'enjeu n'est pas le même pour toutes les formations politiques dans ces élections sénatoriales, certains partis ont plus à perdre que d'autres. Si l'on s'intéresse à la répartition des sièges renouvelables par groupe politique, on observe que 16 sièges sur les 18 détenus par le Parti communiste et ses alliés sont en jeu. 46 des 86 sièges détenus par les socialistes sont renouvelés. La République en Marche compte 19 élus sortants dans cette élection. Seulement 37% des sièges détenus par le parti Les Républicains sont en jeu lors de ce scrutin (53 sièges sur 142). Ce qui signifie que quel que soit le résultat de ces élections sénatoriales, la droite disposera au minimum de 89 sièges dans la Haute Assemblée.

Autour du même sujet