François Hollande : la liste des promesses non tenues

François Hollande s'apprête à passer le cap de sa première année installé à L'Elysée. Si le chef de l'Etat estime avoir fait "des choix majeurs pour la France", il a aussi dû revenir sur plusieurs de ses promesses.

Depuis sa prise de fonction le 16 mai dernier, François Hollande s'est lentement - mais sûrement - enfoncé dans l'impopularité. Dans un entretien accordé à plusieurs agences de presse il y deux semaines, le chef de l'Etat a exprimé son intention de garder le cap et estime avoir été déjà très actif. Ses propos sont ainsi rapportés par le Monde : "On peut critiquer mes décisions, penser que je fais fausse route, dire que je n'ai pas pris le bon cap mais s'il y a une chose dont je suis sûr c'est que depuis un an, j'ai fait des choix majeurs pour la France".

Le président de la République doit faire face, alors qu'il n'a pas encore entamé la seconde année de son mandat, aux critiques de plus en plus virulentes de l'opposition. A sa gauche, certains socialistes n'hésitent plus à s'en prendre à la politique d'austérité pratiquée en Europe, avec comme message latent, une mise en garde à l'endroit de François Hollande, qui avait promis de relancer la croissance sur le continent et de mettre un terme aux "excès" de la rigueur budgétaire. Jean-Luc Mélenchon ne cache plus son souhait de voir le gouvernement remanié, quitte à prendre Matignon. A droite, beaucoup appellent au départ de Jean-Marc Ayrault et l'idée de la formation d'un gouvernement "d'union nationale" fait son chemin.

Comment, en à peine 12 mois, en est-on arrivé là ? Pourquoi un tel climat de défiance vis à vis de l'éxécutif ? Peut-on établir un bilan des premiers échecs de François Hollande pour donner quelques éléments d'explication ?

Les promesses non tenues de François Hollande :

Parmi toutes les promesses faites par le chef de l'Etat, on peut estimer que celles-ci n'ont pas été tenues, reportées (sans calendrier précis), ou très partiellement tenues :

"Le déficit public sera réduit à 3% du PIB en 2013" : Face à la crise, le président a renoncé et annoncé que l'objectif ne sera pas atteint avant 2016.

"Je défendrai un budget européen (2014-2020) au service des "grands projets d'avenir"" : Pour la première fois de l'Histoire, le budget européen voté lors du conseil européen des 7 et 8 février est en baisse. François Hollande n'a pas réussi à se faire entendre et a dû faire des compromis pour sauvegarder certains budgets, comme celui de la PAC.

"Neuf contribuables sur dix pas concernés par les augmentations de fiscalité" : Cette phrase prononcée par le Premier ministre n'échappe pas à la contradiction. La loi de financement de la sécurité sociale et le gel partiel du barème de l'impôt sur le revenu touchent de fait une grande majorité de Français.

"Pas de hausses d'impôts après 2013" : Pierre Moscovici lui-même a reconnu que les prélèvements obligatoires allaient être augmentés en 2014, pour un montant de 6 milliards d'euros.

"Droit de vote des étrangers aux élections locales" : Pas de majorité suffisante des parlementaires, la mesure n'est pas sortie des cartons.

"Taxer à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euros par an" : Retoquée par le Conseil constitutionnel, la réforme devra prendre une autre forme. François Hollande veut désormais que les entreprises prennent en charge cet impôt sur les revenus versés dans les sociétés.

"Proposer la création rapide d'Euro-obligations" : Jean-Marc Ayrault a assuré que le projet ne verrait pas le jour avant plusieurs années face au refus de l'Allemagne.

"Non-cumul des mandats pour les parlementaires socialistes dès 2012" : Si certains élus socialistes ont renoncé à leur cumul, il ne s'agit encore que d'une petite minorité.

"Je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l'Elysée" : Le chef de l'Etat a reçu des parlementaires socialistes en petits groupes et compte renouveler ce type de rencontres.

"Le prix du gaz n'augmentera pas plus que l'inflation" : GDF-Suez a contraint le gouvernement a accepter une hausse des prix. Elle a été au total égale à +6,2 % depuis août 2012.

"Je proposerai à la chancelière d'Allemagne l'élaboration d'un nouveau traité franco-allemand, traité de l'Elysée un demi-siècle après l'acte fondateur de De Gaulle et d'Adenauer" : pas de nouveau traité, seules deux déclarations communes ont été rédigées en janvier 2013.

En défenseur des Droits de l'Homme, "Je ne recevrai pas de dictateurs "en grand appareil" à l'Elysée". François Hollande a reçu plusieurs personnalités pas franchement connues pour être de grands démocrates : Mohammed VI (Maroc) , Cheikh Hamad bin Jassim Al Thani (Qatar), Abdallah II de Jordanie, Ali Bongo (Gabon)...

"Imposer à la police de délivrer un récépissé lors des contrôles d'identité" : Jugée trop complexe à mettre en place par Manuel Valls, la mesure est enterrée.

"Ne pas toucher au budget de la Culture" : En réalité, le ministère de la Culture a dû accepter une baisse de 4,3% du budget en 2013.

"Participer à la commémoration du génocide arménien chaque année" : En 2013, le chef de l'Etat s'est fait remplacer par Vincent Peillon.

A voir : Toutes les promesses passées au crible sur le blog : "Lui président"

France / François Hollande