50 nuances de Grey : les 7 passages à l'acte les plus fous des spectateurs

50 nuances de Grey : les 7 passages à l'acte les plus fous des spectateurs Exhibitionnisme, masturbation et arrestations dans les cinémas, femme menottée aux urgences, accusation de viol... Les faits divers se multiplient depuis la sortie de "50 Nuances de Grey" sur grand écran. La parution du 4° tome inédit, intitulé "Grey", le 28 juillet aux éditions JC Lattès, aura-t-elle le même impact ?

Le best-seller érotique d'E.L. James a visiblement donné des idées à ses lecteurs et son adaptation sur grand écran semble avoir également enflammé les ardeurs des spectateurs. On ne compte plus en effet les faits divers liés à la sortie de 50 Nuances de Grey en librairie et dans les salles le 11 février. Cinq jours plus tard, la Police nationale d'Ille-et-Vilaine a ainsi rapporté sur son compte Twitter le cas d'une femme qui s'est présentée aux Urgences de Fougères pour se faire retirer une menotte défectueuse à un poignet. Les forces de l'ordre ont finalement réussi à la libérer en utilisant un passe. Dans un cinéma à Rouen, c'est un homme de 46 ans qui a été arrêté après s'être exhibé devant les spectateurs pendant la projection du film, samedi 14 février. L'individu s'est levé de son siège, a baissé son pantalon et uriné devant le public. Au même moment, dans une salle qui projetait le film à Glasgow, en Ecosse, trois femmes entre 30 et 50 ans se faisaient arrêter pour trouble à l'ordre public et agressions. Selon le rapport de la police, elles s'en sont prises à un spectateur qui réclamait le silence dans la salle. L'homme ne souffrirait cependant d'aucune blessure. Au Mexique, c'est une spectatrice de 33 ans qui a été arrêtée pour outrage public à la pudeur après s'être masturbée devant le film en pleine projection.

Les tribunaux ont également commencé à voir défiler les affaires relatives au succès de 50 Nuances de Grey. Un Britannique de 43 ans a ainsi été jugé pour avoir donné 14 coups de fouet à sa compagne, attachée au pied de son lit. Le couple avait auparavant établi un contrat de soumission inspiré de celui soumis par Christian Grey à Anastasia Steele dans le roman. L'homme a finalement été acquitté car sa partenaire était consentante. Un Néo-Zélandais vient également d'être reconnu non coupable d'accusation de viol sur son ex-femme, qu'il avait réussi à séduire de nouveau en lui envoyant anonymement des extraits du livre. Après leur séparation, l'homme avait en effet commencé à l'abreuver de messages coquins en se faisant passer pour un grand timide. La femme avait alors accepté de le rencontrer, sans qu'il ne lui dévoile son identité, et le rendez-vous s'était fini au lit, l'homme portant toujours cagoule et lunettes. Lorsqu'elle a découvert qu'il s'agissait de son ex-mari, elle a porté plainte pour viol et usurpation d'identité, mais vient d'être déboutée.

Aux Etats-Unis, un étudiant ingénieur de 19 ans de l'université de l'Illinois a quant à lui été inculpé pour agression sexuelle après avoir voulu, selon ses déclarations, imiter des scènes sadomasochistes du film. L'homme aurait entraîné une jeune fille dans sa chambre d'étudiant, lui aurait attaché les mains et les jambes, puis l'aurait frappé à plusieurs reprises avec une ceinture, malgré les plaintes de la victime, avant de l'agresser sexuellement. Interpellé dans la soirée, l'étudiant a indiqué à la police de l'université qu'il voulait rejouer des scènes de 50 Nuances de Grey. Autant d'accidents qui risquent encore d'être suivis de nombreux autres, vu le carton assuré par le film dans les salles du monde entier.

EN VIDEO - Les réactions des spectateurs à Paris à la sortie du film "50 Nuances de Grey".

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google